Facebook Pixel

Portage salarial : le statut idéal pour démarrer une activité professionnelle ?

Sarah avatar

Écrit par Sarah

Publié le 10/01/2022

photo-of-serious-redhead-woman-holds-hands-under-chin-looks-displeased-aside-smirks-face-with-dissatisfaction-wears-blue-jumper-and-hat-breaks-through-paper-hole
Sommaire

Vous faites partie des nombreux consultants en devenir qui s’interrogent sur le portage salarial, un statut hybride à mi-chemin entre le travailleur indépendant et le salarié, idéal pour démarrer une activité professionnelle sans s’encombrer des démarches administratives et comptables. Qu’en est-il ? Est-ce plus intéressant de devenir salarié porté que de créer sa propre structure ? Quels sont les avantages du portage par rapport aux autres statuts, comme celui d’auto-entrepreneur ? Avant de vous lancer comme consultant porté, voici ce qu’il faut savoir.

Comment fonctionne le portage salarial en tant que statut ?

Le portage salarial est une pratique en plein essor qui permet à un consultant d’exercer son activité professionnelle en bénéficiant à la fois de l’autonomie d’un entrepreneur indépendant et de la protection sociale inhérente au statut de salarié. Dans le cadre du portage salarial, le salarié est au cœur d’une relation tripartite qui intègre aussi :

  • Une société de portage, avec laquelle le consultant signe un contrat de travail ainsi qu’une convention de portage ;

  • Une entreprise cliente, pour laquelle le consultant réalise une ou plusieurs missions, et qui signe avec la société de portage un contrat de prestation.

Quelles sont les particularités du statut de salarié porté ?

À travers le portage salarial, le statut dont bénéficie le consultant réunit ainsi le meilleur des deux mondes. Les salariés portés sont en effet protégés par le Code du travail au même titre que n’importe quel employé de droit commun. Ils profitent d’une protection optimale (dont l’affiliation à la Sécurité sociale et l’assurance chômage) et de la gestion de leurs démarches administratives et comptables par les entreprises de portage.

De plus, en tant que salarié porté, vous touchez un salaire versé par la société de portage, qui facture les missions réalisées. Avec, à la clé, de multiples possibilités d’optimisation des frais en portage salarial, dont le remboursement de vos frais professionnels.

Enfin, la création d’entreprise n’est pas nécessaire : le portage salarial est un statut en soi qui n’exige pas de disposer d’une structure juridique.

En contrepartie, le consultant porté est lié par un contrat de travail, et responsable vis-à-vis de l’entreprise de portage. Il doit chercher lui-même ses clients, négocier ses honoraires et les modalités de chaque prestation, et rendre compte de ses activités. Pour en savoir plus, lisez notre article sur les droits et obligations du salarié porté.

En quoi le statut de portage salarial diffère d’autres statuts juridiques ?

Vous aurez sans doute compris qu’en portage salarial, le statut diffère des autres cadres juridiques permettant d’exercer une activité professionnelle comme indépendant. Pour vous le démontrer, faisons le tour de ces différents statuts.

  • La micro entreprise. Le statut d’auto-entrepreneur se distingue par sa simplicité : régime fiscal réduit au strict minimum, charges sociales proportionnelles au chiffre d’affaires, pas de TVA sous un certain seuil de bénéfices. En revanche, le micro-entrepreneur est limité : il doit rester sous un plafond de chiffre d’affaires annuel (72 600 euros pour les prestations de services) et se contenter de l’abattement de 34 % couvrant les frais professionnels.

  • Les entreprises individuelles (EIRL) et unipersonnelles (EURL et SASU) offrent un maximum d’indépendance et d’autonomie, mais se caractérisent par une certaine lourdeur administrative. En fonction des cas, il faut déposer des statuts, bloquer un capital, recourir à une aide comptable… Une gestion lourde à porter. En outre, ces statuts n’offrent pas de protection en cas de chômage.

  • L’intérim. Le statut d’intérimaire est parfois comparé au statut en portage salarial, car tous deux s’apparentent au salariat. Mais l’intérim est très différent : les missions sont proposées par l’entreprise de travail temporaire, la prestation intervient dans un cadre précis (remplacement ou accroissement temporaire d’activité) et le salaire est établi à partir de la grille de rémunération du client.

Prenez le temps de comparer les statuts avant de faire votre choix, et posez-vous la question : en portage salarial, le statut est-il adapté à votre démarrage d’activité ? Si la réponse est oui, il vous reste à trouver votre première mission et à contacter une entreprise de portage !

Pour aller plus loin :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter