AccueilGuide de la micro-entreprise
Financement Micro Entreprise

Comprendre les besoins financiers d'une micro-entreprise

financement d'une micro-entrepriseBusinessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Certes, l’immatriculation d'une micro-entreprise est totalement gratuite. Mais en dehors de cette formalité administrative, le lancement de l’activité peut occasionner des dépenses plus ou moins élevées. En fonction des besoins, cet apport financier peut devenir conséquent, un budget dont les auto-entrepreneurs ne disposent pas forcément.

La bonne nouvelle, c’est que les sources de financement pour micro-entreprise sont nombreuses et variées aujourd’hui. Les futurs auto-entrepreneurs ont plusieurs possibilités entre le prêt bancaire, les financements publics, le crowdfunding, le leasing et les investisseurs privés.

Création de micro-entreprise : pourquoi demander un financement ?

Le statut d’auto-entrepreneur offre de nombreux avantages sur les plans administratif, fiscal et comptable, mais pas financier malheureusement. Bien sûr, la déclaration du début d’activité se fait sans frais. Mais d’autres dépenses inhérentes au lancement et au développement de  l’entreprise peuvent attendre le micro-entrepreneur au tournant : 

  • L’achat de matériels et d’équipements;
  • L’achat de marchandises;
  • L’acquisition de véhicules professionnels;
  • La location de local;
  • Les frais de formation;
  • Etc.

En fonction des activités, ces dépenses peuvent devenir élevées. Un financement personnel pour micro-entreprise est envisageable à condition que les économies de l’auto-entrepreneur suffisent pour tenir le navire à flot jusqu’à ce que l’activité soit bien lancée et acquiert une certaine stabilité financière. Il faut en effet rappeler que d’autres dépenses sont aussi à prévoir quelques mois après le lancement : 

  • Le loyer du local
  • Les cotisations sociales
  • Le paiement des fournisseurs externes
  • Le carburant des véhicules

Ces charges sont souvent inévitables et devront être supportées par les finances personnelles de l’auto-entrepreneur. Et cela, tant que la micro-entreprise n’a pas perçu assez d’encaissements, et donc gagné assez de clients pour devenir financièrement indépendante.

Les prêts bancaires pour micro-entreprise

Le prêt bancaire est la solution de financement la plus classique, et la plus plébiscitée. Il faut dire que les établissements prêteurs proposent aujourd’hui des solutions vraiment variées, pouvant s’adapter aux besoins et aux situations de chaque auto-entrepreneur.

Ci-dessous quelques exemples des prêts auxquels un entrepreneur peut souscrire pour financer la création de sa micro-entreprise : 

  • Le micro-crédit professionnel. C’est une bonne option pour ceux qui ont besoin d’un petit coup de pouce, mais qui ne souhaitent pas s’endetter pour autant. Les micro-crédits pour financement de micro-entreprise permettent d’obtenir un montant pouvant aller jusqu’à 10 000 €, remboursable en 36 à 48 mois. Ils permettent de disposer d’une somme suffisante pour s’acheter des équipements, pour s’approvisionner en marchandise, pour acquérir un véhicule ou pour avoir de la liquidité en réserve.
  • Le PCE ou Prêt à la création d’entreprise. C’est un prêt à taux zéro créé spécifiquement pour les futurs entrepreneurs ou ceux qui reprennent leurs activités. En fonction de la situation de l’emprunteur, il permet d’obtenir un montant variant entre 2 000 € et 7 000 €. Une somme considérable qu’on peut utiliser pour renflouer la trésorerie, ou qui peut être utilisé comme fonds de roulement en attendant que l’entreprise puisse gagner en stabilité.
  • Le prêt NACRE ou Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d’Entreprise. C’est également un prêt à taux zéro qui se destine aux demandeurs d’emploi et à ceux qui perçoivent des allocations sociales. Le dispositif vise à encourager la création et la reprise d’activité.
  • Le prêt professionnel. C’est un prêt classique qui se destine à tout auto-entrepreneur ayant un budget limité. Il permet d’obtenir des montants adaptés à tous les besoins, mais il nécessite généralement des garanties, soit sur les biens personnels de l’auto-entrepreneur soit sur les actifs de l’entreprise.

Certaines banques et organismes de financement peuvent également proposer d’autres prêts qu’on peut utiliser pour financer la création d’une entreprise : 

  • Le prêt d’honneur
  • Le prêt à la transmission-reprise d’entreprise

Les financements publics

En France, différents types de financements publics peuvent être octroyés aux futurs auto-entrepreneurs. Les subventions pour financer une micro-entreprise sont nombreuses. Les micro-entrepreneurs peuvent également bénéficier de crédits d’impôts ou de fonds de garantie.

Ci-dessous quelques exemples de financements publics : 

  • L’ACRE (Aide à la création ou à la reprise d’entreprise). C’est un dispositif qui permet aux auto-entrepreneurs en devenir ou à ceux qui souhaitent reprendre leur activité d’être exonérés d’une partie de leur charge sociale pendant un certain temps.
  • Les crédits d’impôt. Certains crédits d’impôts tels que le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) sont destinés à aider financièrement les entrepreneurs en réduisant leur charge fiscale.
  • Les aides régionales pour le financement de micro-entreprise. De nombreuses régions et collectivités proposent des aides variées, sous la forme de subventions ou de prêts avantageux aux micro-entrepreneurs. 
  • Les fonds de garantie. De nombreux fonds de garantie pour le financement de micro-entreprise sont prévus en France. Il s’agit de prêts à risque réduit, octroyés par des banques et des organismes spécifiques tels que France Active, FGIF (Fonds de Garantie à l’initiative des Femmes), le Bpifrance Assurance Export, France Initiative, France Active Garantie, Fonds de garantie à l’insertion, etc.

Les aides de l’Etat pour le financement de micro-entreprise sont aussi nombreuses. Mais elles peuvent varier d’une région ou d’une collectivité à une autre. Raison pour laquelle, il convient de se renseigner pour connaître celles disponibles dans chaque localité et savoir comment faire une demande de financement public.

Le financement participatif (Crowdfunding)

Le financement participatif pour micro-entreprise, également appelé Crowdfunding, a vu le jour en 2000. C’est un mécanisme qui permet de financer un projet professionnel via une levée de fonds adressée au grand public. Il se fait sur des plateformes en ligne spécialisées et peut être octroyé sous des formes variées : un prêt, un don, un financement avec une contrepartie, des créances ou des capitaux, etc.

Cette option est indispensable dans deux cas :  

  • L’auto-entrepreneur n’a pas pu obtenir de prêt.
  • L’auto-entrepreneur est à la recherche d’une solution de financement complémentaire ou variée.

Par la même occasion, elle offre de nombreux avantages : 

  • Elle permet de financer un projet professionnel sans s’endetter.
  • Elle permet de valider le service ou le produit auprès de la communauté, donc de potentiels futurs clients.
  • Elle permet de booster la visibilité et constitue une bonne stratégie de marketing pour se faire connaître, et pour attirer l’attention du grand public.

A noter cependant que ce type de financement n’a pas que des avantages. Dans un premier temps, il faut souligner qu’il n’y a aucune garantie quant à l’obtention totale ou partielle du financement nécessaire. La concurrence peut être rude, car les demandeurs inscrits sur la plateforme peuvent être nombreux. L’auto-entrepreneur doit donc faire le nécessaire pour que son projet se démarque des autres. Il doit susciter l’intérêt des investisseurs individuels potentiels, sans toutefois en dévoiler trop sur son activité, de peur de se faire voler l’idée.

Les investisseurs privés (Business Angels)

Les Business Angels sont des investisseurs privés. Ce sont des boîtes, des sociétés ou des individus qui investissent souvent dans des projets de micro-entreprises et de PME. La plupart du temps, ils choisissent un domaine d’activité qu’ils connaissent bien et dans lequel ils ont de l’expérience. Ainsi, en plus d’un soutien financier, ils apportent également un accompagnement pendant la phase de lancement, mais aussi de développement. En échange, ils deviennent actionnaires de l’entreprise. A ce titre, ils ont aussi droit aux bénéfices qu’elle va générer dans le futur.

Le financement par le biais de business angels pour micro-entreprise peut ainsi prendre plusieurs formes : 

  • Fonds personnels
  • Prêts 
  • Avances remboursables
  • Accès à un large réseau
  • Accès à plus d’investisseurs

Ce type de financement n’est cependant pas accessible à tous. Les investisseurs privés sont, pour la plupart, des businessmen. Ils n’investissent pas dans n’importe quel projet. Grâce à leur expérience du monde des affaires, ils ont le flair pour détecter ceux à fort potentiel. Ils n’accordent leur soutien qu’à ceux qui sont prometteurs.

Le leasing

Le leasing consiste en le financement de micro-entreprise par le crédit-bail. En d’autres termes, il s’agit d’un financement qui prend la forme de biens physiques, qu’une société va acquérir afin de les louer par la suite au micro-entrepreneur aussi longtemps que ce dernier en a besoin. Cette solution offre de nombreux avantages : 

  • Elle est la moins coûteuse. Elle convient donc parfaitement en cas de manque de budget, car elle permet un lancement sans faire de gros investissements.
  • Elle est la moins risquée. En cas d’échec ou de faillite, l’auto-entrepreneur arrête tout simplement de louer les actifs.

Le financement de micro-entreprise par la location longue durée se met en place comme suit : 

  • L’auto-entrepreneur indique ce dont il a besoin pour lancer son activité. Il peut s’agir de biens, d’équipements spécifiques, de véhicules, etc.
  • La société de crédit-bail va procéder à l’achat de ces actifs. Elle va élaborer un contrat de location longue durée que l’auto-entrepreneur devra signer. Dans ce contrat seront indiquées la durée de la location, les modalités de paiement du loyer, etc. 
  • L’auto-entrepreneur devra s’acquitter des frais de location en respectant les conditions du contrat. Pendant toute la période de location, il devra se charger de l’entretien et de la maintenance des actifs concernés.
  • La société de crédit-bail va fixer une valeur résiduelle pour l’ensemble des actifs. Ce prix correspondra au montant que l’auto-entrepreneur devra verser pour les acheter s’il le souhaite, à la fin du contrat.

Conclusion

Vous souhaitez créer votre micro-entreprise ? Vous le savez maintenant, le manque de budget ne constitue pas une contrainte. Il existe, à ce jour, de nombreuses solutions qui vous permettront de financer votre projet. Et cela, même si vous ne disposez pas de gros investissements initiaux. Seulement, avant de prendre une décision, prenez le temps d’étudier chaque option qui se présente à vous. En plus de tenir compte des avantages et des inconvénients de chaque solution possible, pensez également à vérifier laquelle vous coûte la moins chère.

Nos derniers articles du même thème :

13/1/24

Les différents impôts d'une micro-entreprise

Le statut de micro-entreprise n'exempte pas son propriétaire d’impôts.

Lire l'article
13/1/24

Qu'est-ce qu'une micro-entreprise dans l'achat et la vente de véhicules ?

La création d'une micro-entreprise dans l'achat et la vente de véhicules est une opportunité lucrative dans le secteur automobile.

Lire l'article
13/1/24

Qu'est-ce qu'une micro-entreprise de couture ?

Lancer une micro-entreprise dans le domaine de la couture est une entreprise gratifiante, vous permettant de mettre en valeur vos compétences

Lire l'article
13/1/24

Démission pour création de micro-entreprise et chômage ?

Opter pour la démission en vue de créer sa propre micro-entreprise ouvre la voie à une aventure entrepreneuriale prometteuse, bien que parsemée de défis.

Lire l'article
28/11/23

Qui est concerné par la CFE ?

Les obligations fiscales du micro-entrepreneur ne se limitent pas à l’impôt sur le revenu

Lire l'article
28/11/23

Les Bases de l'Impôt en Micro-Entreprise

Si vous êtes un entrepreneur individuel ou que vous envisagez de vous lancer dans l'aventure entrepreneuriale.

Lire l'article