AccueilGuide chômage
Intérim

Comment toucher le chômage après une période d'intérim ?

femme en intérimBusinessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Il faut toutefois que les travailleurs intérimaires connaissent les règles et les démarches à suivre pour en bénéficier. Comment toucher le chômage après une période d’intérim ? Quelles sont les démarches à suivre pour l’obtenir ? Nous répondons à ces questions dans cet article.

Chômage et intérim : les conditions

Sous certaines conditions, les travailleurs intérimaires peuvent percevoir le chômage. Ils peuvent percevoir leur Allocation de Retour à l’Emploi (ARE) pendant la durée de leur mission d’intérim, ou à son issue. Pour toucher l’ARE, le travailleur intérimaire doit répondre aux conditions d’éligibilité générales aux allocations chômage suivants :

  • Être âgé de moins de 62 ans, c’est-à-dire inférieur à l’âge de la retraite à taux plein
  • Valider la durée minimale de travail qui est de 6 mois en général. Cela vaut 130 jours et 910 heures travaillées au cours des deux dernières années.
  • Avoir travaillé pendant au moins 6 mois au cours des 3 dernières années si le salarié est âgé de plus de 53 ans lors de son précédent contrat de travail.
  • Être inscrit à Pôle Emploi comme demandeur d’emploi. L’inscription doit avoir lieu dans les 12 mois suivant la fin du contrat d’intérim et elle se fera en ligne, sur le site de Pôle Emploi.
  • Être sans emploi involontairement et apte à travailler
  • Être à la recherche active d’emploi et pouvoir le justifier grâce aux démarches régulières de recherche. Il faudra que le travailleur se mette à jour mensuellement auprès de Pôle Emploi pour la déclaration de sa situation.

Comment ça marche le chômage après intérim ?

C’est Pôle emploi qui gère le système de chômage après une période d’intérim. Si l’intérimaire remplit les conditions d’éligibilité mentionnées plus haut, il peut faire l’inscription auprès de Pôle Emploi en tant que demandeur d’emploi. En général, il doit passer par les étapes suivantes pour toucher le chômage après intérim :

  • Faire l’inscription ou la réinscription à Pôle Emploi dans un délai de 12 mois suivant la fin de son contrat d’intérim. Celle-ci se fera en ligne, sur le site de Pôle Emploi. En remplissant le formulaire d’inscription, l’intérimaire n’enregistre pas uniquement sa demande. Il va aussi la valider et l’entretien à venir avec son conseiller sera beaucoup plus simple.
  • Poursuivre sa recherche active d’emploi et actualiser sa situation chaque mois, sans oublier les preuves de ses démarches de recherche. Il faut souligner que Pôle Emploi peut convoquer le demandeur d’emploi à des entretiens. Il peut aussi lui demander des justificatifs de ses démarches. Il faudra alors répondre à ces convocations et fournir les justificatifs demandés pour obtenir une réponse favorable à la demande. 
  • Après évaluation de la situation du salarié, Pôle Emploi va calculer ses droits aux allocations chômage en se basant sur ses précédentes périodes d’emploi. Cela inclut naturellement l’intérim. Lors de cet examen, Pôle Emploi vérifie principalement la durée minimale de travail en intérim et les cotisations.

Si les conditions requises à l’obtention du chômage après intérim sont respectées, le travailleur peut bénéficier de l’ARE dont le montant dépendra de ses anciens salaires et de sa durée d’activité. Il lui sera versé mensuellement.

Il faut souligner que le travailleur doit respecter les règles se rapportant au cumul d’activités et de revenus. Il doit aussi faire une déclaration de son nouveau travail ou revenu auprès de Pôle Emploi lorsqu’il y en a.

Quelles règles s’appliquent pendant et après une mission ?

Au cours de sa mission, un salarié intérimaire jouit des mêmes droits que les salariés de l’entreprise utilisatrice. Il a droit aux mêmes équipements collectifs et est placé sous l’autorité et le contrôle du chef de l’entreprise. Quant à sa rémunération, il est égal à celle d’un salarié en CDI qui dispose d’une qualification équivalente et avec le même poste de travail de l’entreprise utilisatrice au minimum. L’intérimaire bénéficie aussi du même suivi médical que les autres salariés si son activité nécessite une surveillance médicale renforcée. C’est à l’entreprise utilisatrice de s’en charger.

Après chaque mission d’intérim, l’intérimaire perçoit une indemnité de fin de mission. Cette IFM vaut 10% de sa rémunération totale brute au minimum. Il est possible de percevoir un taux d’indemnité plus élevé grâce à la convention ou à l’accord collectif qui s’applique à l’entreprise utilisatrice. Pour chacune de ses missions, l’intérimaire a aussi droit à une indemnité compensatrice de congés payés. Là encore, le montant ne doit pas être inférieur à 10% de la rémunération brute totale durant la mission. Enfin, la loi du 9 mars 2023 stipule que l’entreprise doit informer les intérimaires des postes en CDI qui y sont disponibles.

Calcul des droits au chômage avec un contrat d’intérim

C’est à Pôle Emploi de déterminer les droits au chômage d’un travailleur intérimaire. Les éléments à prendre en compte lors de ce calcul sont le nombre d’heures travaillées, la durée de la mission ainsi que le salaire perçu et l’âge du travailleur. Si l’intérimaire réalise plusieurs missions, le montant de son chômage repose sur les revenus qu’il aurait perçus au cours de ces contrats de travail. Pôle Emploi adopte deux méthodes de calcul pour fixer le montant des ARE. Il retient ensuite le montant le plus élevé. Il vaut 57% du salaire journalier de référence (SJR) ou 40,4% du SJR + une somme forfaitaire par jour qui vaut 12,71 €.

Pour calculer le montant de l’ARE, Pôle Emploi ne prend pas en compte les indemnités de congés payés et les indemnités de précarité d’emploi. Par contre, il tient compte du 13ème mois et des autres avantages financiers. Les intérimaires qui souhaitent connaître en mieux leur droit au chômage après une période d’intérim et le montant de leur ARE doivent alors se renseigner auprès de Pôle Emploi.Le travail temporaire, également connu sous le nom d’intérim, est une forme d’emploi précaire qui peut être une option pour les personnes à la recherche d’un travail. Cependant, une fois la mission terminée, il est important de connaître les règles et les démarches pour toucher le chômage. Dans cet article, nous allons expliquer comment toucher le chômage après une période d’intérim.

Chômage et intérim : les conditions

Pour toucher le chômage après une période d’intérim, vous devez remplir certaines conditions. Tout d'abord, vous devez avoir travaillé pendant une certaine période et avoir perdu votre emploi involontairement. La durée de travail requise varie en fonction de votre âge et de votre situation. Par exemple, si vous avez moins de 50 ans, vous devez avoir travaillé au moins 610 heures au cours des 28 derniers mois. Si vous avez plus de 50 ans, vous devez avoir travaillé au moins 910 heures au cours des 36 derniers mois.

De plus, vous devez être inscrit auprès de Pôle Emploi et être en mesure de prouver que vous êtes à la recherche d'un emploi. Enfin, vous ne devez pas avoir atteint l'âge de la retraite à taux plein.

Voici la liste des conditions pour toucher le chômage après une période d'intérim :

  1. Avoir travaillé pendant une certaine période (610 heures au cours des 28 derniers mois si vous avez moins de 50 ans, 910 heures au cours des 36 derniers mois si vous avez plus de 50 ans).
  2. Avoir perdu votre emploi involontairement.
  3. Être inscrit auprès de Pôle Emploi.
  4. Être en mesure de prouver que vous êtes à la recherche d'un emploi.
  5. Ne pas avoir atteint l'âge de la retraite à taux plein.

Comment ça marche le chômage après intérim ?

La première étape pour toucher le chômage après une période d’intérim est de vous inscrire auprès de Pôle Emploi dans les 12 mois suivant la fin de votre mission. Pour ce faire, vous devrez fournir certaines informations, telles que votre identité, votre adresse, vos coordonnées bancaires et votre numéro d'identification de sécurité sociale.

Une fois inscrit, vous devrez continuer à chercher activement un emploi et répondre aux convocations de Pôle Emploi. Vous devrez également mettre à jour régulièrement votre profil sur le site de Pôle Emploi et fournir des preuves de votre recherche d'emploi.

Pour toucher le chômage après une période d'intérim, vous devez suivre les étapes suivantes :

  1. Vous inscrire auprès de Pôle Emploi dans les 12 mois suivant la fin de votre mission d'intérim.
  2. Fournir les informations nécessaires à Pôle Emploi, telles que votre identité, votre adresse, vos coordonnées bancaires et votre numéro d'identification de sécurité sociale.
  3. Continuer à chercher activement un emploi et répondre aux convocations de Pôle Emploi.
  4. Mettre régulièrement à jour votre profil sur le site de Pôle Emploi et fournir des preuves de votre recherche d'emploi, telles que des lettres de motivation et des réponses à des offres d'emploi.
  5. Respecter les règles en matière de cumul d'activités et de revenus, et déclarer tout nouveau travail ou revenu.

Il est important de se rappeler que pour toucher le chômage après une période d'intérim, vous devez remplir certaines conditions et être en mesure de prouver que vous êtes à la recherche d'un emploi.

Quelles règles s’appliquent pendant et après une mission ?

Pendant votre mission d'intérim, vous devez être payé selon les mêmes règles que les employés permanents de l'entreprise. Vous avez également droit aux mêmes avantages, tels que les congés payés et les jours fériés.

Après la fin de votre mission, vous avez droit à une indemnité de fin de mission (IFM) qui est égale à 10% de votre salaire brut. Cette indemnité est payée par l'entreprise d'intérim.

Pendant une mission d'intérim, les règles qui s'appliquent dépendent de votre contrat de travail et de l'accord de branche applicable. Cependant, voici quelques règles générales qui s'appliquent pendant une mission d'intérim :

  1. La durée maximale de votre mission est fixée par la loi et varie en fonction de l'accord de branche applicable.
  2. Vous avez droit aux mêmes avantages que les salariés permanents de l'entreprise où vous travaillez, tels que les tickets restaurants, les congés payés et les jours fériés.
  3. Vous avez également droit à une rémunération équivalente à celle des salariés permanents de l'entreprise pour le même travail.

Après une mission d'intérim, les règles qui s'appliquent dépendent de votre situation :

  1. Si vous retrouvez immédiatement un nouvel emploi, vous ne pouvez pas prétendre au chômage.
  2. Si vous ne retrouvez pas immédiatement un nouvel emploi, vous pouvez prétendre au chômage si vous remplissez les conditions requises.
  3. Vous pouvez également bénéficier d'un congé de fin de mission (CFM), qui vous donne droit à une indemnité équivalente à 10 % de votre rémunération brute totale pendant la mission.

Il est important de noter que les règles qui s'appliquent pendant et après une mission d'intérim peuvent varier en fonction de votre situation et de l'accord de branche applicable. Il est donc important de vous renseigner auprès de votre agence d'intérim ou de Pôle Emploi pour connaître les règles qui s'appliquent dans votre cas.

Calcul des droits au chômage avec un contrat d’intérim

Le calcul des droits au chômage pour un travailleur intérimaire dépend de plusieurs critères, tels que le nombre d'heures travaillées, la durée de la mission, le salaire perçu et l'âge du travailleur. Voici un exemple pour illustrer le calcul des droits au chômage pour un travailleur intérimaire :

Prenons l'exemple d'un travailleur intérimaire qui a travaillé pendant 6 mois avec une mission de 35 heures par semaine, pour un salaire horaire brut de 10 €. Au total, le travailleur a travaillé 840 heures pendant sa mission.

Pour avoir droit à l'assurance chômage, le travailleur doit remplir une condition de durée d'activité minimale, qui est de 88 jours ou 610 heures travaillées au cours des 28 derniers mois. Dans notre exemple, le travailleur a travaillé plus de 610 heures, donc il remplit cette condition.

Le montant de l'indemnisation journalière est calculé en fonction de la rémunération brute perçue pendant la mission d'intérim. Pour cela, on divise la rémunération brute totale par le nombre d'heures travaillées pendant la mission. Dans notre exemple, le travailleur a perçu une rémunération brute totale de 8 400 € (840 heures x 10 €/heure). Le montant journalier brut de l'indemnisation est donc de 32,08 € (8 400 €/208 jours ouvrables).

La durée d'indemnisation dépend également du nombre d'heures travaillées pendant la mission. Dans notre exemple, le travailleur aura droit à une indemnisation pendant 208 jours ouvrables (soit environ 8 mois) à partir de la fin de sa mission d'intérim.

Il est important de noter que le calcul des droits au chômage pour les travailleurs intérimaires peut être complexe, car il peut prendre en compte d'autres critères tels que l'âge du travailleur, la durée de la mission et la période de référence pour le calcul des heures travaillées. Il est donc recommandé de se renseigner auprès de Pôle Emploi pour connaître précisément ses droits à l'assurance chômage.

Nos derniers articles du même thème :

20/9/2023

Comment toucher le chômage après la rupture d'une période d'essai ?

La période d’essai est utile aussi bien au salarié qu’à l’employeur.

Lire l'article
21/8/2023

Chômage et intérim : les conditions

Comme tous les autres contrats de travail existant en France, l’intérim permet aussi de bénéficier des allocations chômage.

Lire l'article
8/6/2023

Je suis autoentrepreneur, suis-je éligible au chômage ?

Vous êtes autoentrepreneur et vous vous demandez si vous avez le droit au chômage ? Ce n'est pas si simple ! Nous vous expliquons tout dans cet article.

Lire l'article
8/6/2023

Ais-je droit aux allocations chômage si je suis indépendant ?

Est-ce qu’un travailleur indépendant peut toucher une indemnisation s’il est réduit au chômage ? Ce n'est pas si simple. On vous explique.

Lire l'article
8/6/2023

Quelles sont les aides réservées aux chômeurs de plus de 50 ans ?

Les chômeurs de plus de 50 ans rencontrent plus de difficultés à réintégrer le marché de l'emploi. Des aides spécifiques leur sont donc réservées.

Lire l'article
8/6/2023

Vous êtes au chômage ? Et si vous en profitiez pour lancer votre entreprise ?

Les périodes de chômage sont propices à la réflexion sur votre carrière. Saviez-vous que c'était le bon moment de lancer votre entreprise ?

Lire l'article