AccueilGuide chômage
Chômage en Théorie

Quelles sont les grandes analyses théoriques du chômage ?

comment se passe le chômageBusinessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Pour des raisons conjoncturelles, les entreprises peuvent être amenées à mettre certains de leurs salariés au chômage technique. N’importe quel travailleur peut être victime de cette situation, quand l’entreprise est obligée de réduire temporairement et partiellement son activité. Pendant une durée limitée, ces salariés gardent leur poste, mais leur temps de travail sera réduit. C’est une solution qui permet à l’entreprise d’éviter un licenciement économique. Ses charges de personnel seront réduites, mais elle pourra toujours garder son effectif. Voyons de plus près les théories du chômage techniques dans cet article.

Quelle est l'explication du chômage selon Keynes ?

John Maynard Keynes est un économiste britannique de renom ayant influencé la pensée économique et les politiques économiques du XXe siècle. Il est également très connu pour son célèbre ouvrage « Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie », publiée en 1936.

Selon lui, le chômage est dû au manque de la demande globale. Lorsque la consommation de la production d’une économie n’est pas suffisante par rapport à l’offre, cela conduit au chômage. Baisse de consommation, insuffisance des investissements, baisse des exportations nettes et des dépenses publiques peuvent être à l’origine de cette situation.

Pour y remédier, Keynes a proposé des politiques économiques actives incluant, par exemple, les dépenses publiques. Si elles augmentent, il est possible de stimuler la demande globale et réduire le chômage puisque la production et l’emploi augmenteraient. Pour ce faire, il faudrait réduire les taux d’intérêt ou mettre en place des politiques fiscales et monétaires expansionnistes.

Quels sont les 3 types de chômages ?

Il existe en effet 3 grands types de chômages dont le chômage frictionnel, le chômage structurel et le chômage conjoncturel. Ils ont chacun leur spécificité et c’est ce que nous allons voir ci-dessous.

Le chômage frictionnel ou chômage naturel 

Il désigne la situation des travailleurs en transition entre deux emplois ou à la recherche de leur premier emploi. Il est appelé chômage naturel, parce qu’il peut se produire de manière inhérente et normale dans le marché du travail, même lorsque l’économie est stable et en croissance. Cette situation résulte d’un déséquilibre temporaire entre l’offre et la demande de travail. Il faut souligner que le chômage frictionnel ne concerne pas les travailleurs qui gardent leur poste en attendant de trouver une nouvelle opportunité. Ces derniers ne sont pas au chômage, car ils passent immédiatement à un autre emploi après avoir quitté le leur.

Le chômage structurel

Il se produit lorsqu’il y a des difficultés ou des changements structurels de l’économie. Parmi les changements pouvant causer le chômage structurel, il y a, par exemple les innovations technologiques, le changement dans la demande des consommateurs, les changements des modes de production, etc.

Ils peuvent conduire à la création de nouveaux emplois, nécessitant par la même occasion de nouvelles compétences et des qualifications que tous les employés ne possèdent pas forcément. Ceux qui ne sont pas en mesure d’occuper les postes disponibles se trouvent donc au chômage. La plupart d’entre eux doivent se reconvertir ou acquérir de nouvelles compétences pour s’y adapter. Le chômage structurel est l’un des types de chômages les plus complexes à résoudre. Il implique des ajustements structurels significatifs qui peuvent prendre un temps considérable.

Le chômage conjoncturel 

Il résulte des fluctuations économiques à court terme. Il peut s’agir de crise économique ou d’une baisse de la demande des consommateurs. Ce type de chômage est temporaire, car il prend généralement fin lorsque l’économie se redresse. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne risque pas de s’éterniser. Il est possible que les salariés soient confrontés à de longues périodes de chômage, leur empêchant de retrouver facilement un travail adapté à leurs compétences face aux changements. Le chômage conjoncturel n’affecte pas uniquement la vie des salariés, car le pays en est aussi victime. Les dépenses publiques liées aux indemnités chômage vont grimper alors que les recettes fiscales sont réduites en raison d’une baisse de la production économique.

Quelles sont les grandes analyses théoriques du chômage ?

Bien que les visions de Keynes soient parmi les plus connues des théories du chômage, il existe aussi d’autres explications des causes de cette situation qui peut toucher tous les travailleurs. Voici d’autres théories explicatives du chômage à ne pas négliger.

La théorie classique du chômage 

Cette théorie désigne les rigidités sur le marché du travail en tant que cause du chômage : salaires minimums, contrats de travail, syndicats qui protègent les travailleurs, etc. Ces conditions réduisent la rentabilité des entreprises et les empêchent de produire davantage parce qu’elles ne peuvent pas embaucher autant de travailleurs qu’elles le souhaiteraient. Cela réduit alors l’offre de biens et de services sur le marché. D’un autre côté, un salaire trop bas pourrait conduire à un manque de travailleurs, réduisant ainsi le chômage.

Cette analyse souligne que le marché du travail devrait fonctionner comme les autres, c’est-à-dire que les salaires devraient être déterminés par l’offre et la demande de travail. Si les salariés acceptent de travailler pour des salaires plus bas, l’offre de travail augmentera, permettant ainsi au marché du travail d’atteindre le plein emploi. Elle suppose que le marché du travail est parfaitement concurrentiel.

L’analyse keynésienne

Cette analyse explique le chômage comme la conséquence d’une insuffisance de la demande globale dans l’économie. Elle met en avant l’importance des anticipations et de la confiance dans l’économie. Lorsque les entreprises anticipent une réduction de la demande, elles ne vont pas baisser le coût de leurs produits. Au lieu de ça, elles optent pour la réduction des quantités proposées sur le marché. L’insuffisance de la demande entraîne une baisse de la production, obligeant ainsi les entreprises à licencier du personnel, créant le chômage involontaire.

Selon les keynésiens, l’Etat devrait intervenir pour résoudre ce problème en augmentant les dépenses publiques et en réduisant les impôts. Cela va stimuler la demande et créer des emplois. Au cas où l’économie serait bloquée dans une situation de sous-emploi, l’intervention de l’Etat peut redresser les déséquilibres économiques.

La théorie de job search et chômage

Cette théorie désigne le manque de mobilité de la main-d’œuvre en tant que cause du chômage. L’analyse se concentre particulièrement sur le comportement des travailleurs qui ne semblent pas fournir les efforts nécessaires pour trouver du travail. Ils ne sont pas aussi actis qu’ils le devraient être et ne prennent pas beaucoup d’initiative pour se déplacer afin de trouver du travail. Leur qualification et leur compétence ainsi que leur capacité d’adaptation aux changements économiques et technologiques peuvent aussi causer le chômage.

Selon cette théorie, les employés doivent être motivés et disposés à chercher activement du travail pour dénicher un emploi. Ils peuvent se déplacer pour ce faire. En gros, l’analyse de la recherche d’emploi veut comprendre la façon dont les travailleurs cherchent du travail et comment les employeurs peuvent les trouver.

L’analyse de la segmentation du marché du travail

Cette théorie explique le chômage en se concentrant sur les inégalités et les différences entre les travailleurs sur le marché du travail. Selon elle, le marché du travail est segmenté en différents secteurs ayant chacun ses spécificités : salaires, conditions de travail, sécurité de l’emploi, types de contrats, etc. Les travailleurs peuvent être classés dans un groupe en fonction de leurs caractéristiques, de leurs compétences et de leurs expériences.

Pourtant, cette segmentation réduit leurs chances de passer à un groupe supérieur et il peut y avoir des déséquilibres entre les différents groupes du marché du travail. Certains secteurs peuvent compter trop de travailleurs qualifiés alors que d’autres seront en manque. Des facteurs structurels comme les évolutions technologiques, les politiques économiques ainsi que les tendances démographiques peuvent aussi causer les déséquilibres des segments. Selon cette théorie, les travailleurs sont répartis en différents segments du marché du travail, chacun avec ses propres qualifications et caractéristiques. Le niveau d’emploi dans chaque segment repose sur l’équilibre entre l’offre et la demande de travailleurs qualifiés.

L'analyse de l'offre et de la demande de travail

La cause du chômage est, selon cette théorie, le déséquilibre entre l’offre et la demande de travail sur le marché du travail. Selon elle, c’est un marché comme les autres dont le niveau d’emploi dépend de la relation entre l’offre et la demande de travail. Quand l’offre est plus importante par rapport à la demande, les travailleurs doivent faire face à une concurrence accrue. Cela peut entraîner une réduction des salaires et une augmentation du chômage. Dans le cas contraire, les employeurs auront des difficultés à trouver des employés qualifiés. Cela peut donc faire grimper les salaires et réduire le chômage.

Cette théorie suggère qu’il est essentiel d’augmenter la demande de travail pour résoudre le problème de chômage. Cela peut s’accomplir par l’adoption de politiques fiscales ou monétaires qui favorisent la croissance économique. Il est également possible de réduire l’offre de travail en adoptant des politiques qui permettent la retraite anticipée.

Les autres théories du chômage

D’autres théories expliquent aussi les causes du chômage dont  la théorie du salaire d’efficience et la théorie des contrats implicites en sont des exemples.

La théorie du salaire d’efficience par Harvey Leibenstein

Elle met en avant le besoin des entreprises à payer un salaire plus élevé par rapport au salaire d’équilibre sur le marché du travail. De cette façon, elle pourrait éviter le turn-over et sa productivité ne risque pas de baisser. Un salaire élevé peut attirer l’attention des travailleurs qualifiés et productifs qui n’acceptent pas toujours le salaire d’équilibre. Les employeurs peuvent gagner leur loyauté et bénéficier d’une meilleure productivité de leur part.

La théorie des contrats implicites chômage de Costas Azariadis 

Elle évoque l’effet de la rigidité salariale sur le chômage. Selon cette analyse, les fluctuations d’activité des entreprises peuvent entraîner des phénomènes de « sous-salaires » et de « sur-salaires ». Quand l’activité économique évolue, les entreprises hésitent à augmenter les salaires, bien que leur chiffre d’affaires augmente. Cela crée donc le phénomène de sous-salaire. D’un autre côté, les employeurs peuvent aussi avoir du mal à réduire les salaires lors d’une période de récession, menant au phénomène de sur-salaire. Cette situation peut conduire à une forme de chômage volontaire, car les travailleurs peuvent être disposés à rester au chômage plutôt que de travailler pour un salaire inférieur à leur salaire précédent.

Pourquoi Keynes dit que le chômage est involontaire ?

Dans son livre « Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie », Keynes explique que le chômage involontaire est dû au déséquilibre entre l’offre et la demande de travail sur le marché du travail. Il affirme que les chômeurs se trouvent dans cette situation involontairement. Même s’ils souhaitent travailler et qu’ils sont disponibles à tout moment, ils sont bloqués par des facteurs économiques qui échappent à leur contrôle. A cause de l’insuffisance de la demande globale qui ne permet pas une liquidation totale de la production, le chômage se produit.

Selon toujours cet économiste britannique, l’insuffisance de la demande pousse les entreprises à réduire leur production et leur embauche. Bien qu’elles veuillent produire davantage et que les employés désirent travailler, l’insuffisance de la demande empêche la création d’emplois. Les entreprises n’ont aucune garantie que leurs produits et services seront consommés entièrement s’il n’y a pas suffisamment de demandes.

D’un autre côté, Keynes souligne aussi que la rigidité des salaires est un élément majeur qui démarque le marché du travail des autres marchés. Les employeurs n’acceptent pas facilement des salaires plus bas même s’ils risquent de rester au chômage. D’autant plus qu’une baisse des salaires peut conduire à une importante réduction de la demande, car les travailleurs ne peuvent pas se permettre de trop dépenser. Cela peut entraîner une réduction de la production et une augmentation du chômage, ce qui peut finalement réduire les profits des employeurs.

Keynes met donc en évidence le fait que le chômage est involontaire. C’est un phénomène économique complexe qui résulte de différents facteurs externes au travailleur : fluctuations économiques, changements dans la demande globale, etc. Il propose donc une intervention gouvernementale pour stimuler la demande globale et encourager la création d’emplois. De plus, cette intervention peut se faire de plusieurs manières comme l’adoption de politiques budgétaires expansionnistes ou de politiques monétaires expansionnistes, etc.

Nos derniers articles du même thème :

20/9/2023

Comment toucher le chômage après la rupture d'une période d'essai ?

La période d’essai est utile aussi bien au salarié qu’à l’employeur.

Lire l'article
21/8/2023

Chômage et intérim : les conditions

Comme tous les autres contrats de travail existant en France, l’intérim permet aussi de bénéficier des allocations chômage.

Lire l'article
8/6/2023

Je suis autoentrepreneur, suis-je éligible au chômage ?

Vous êtes autoentrepreneur et vous vous demandez si vous avez le droit au chômage ? Ce n'est pas si simple ! Nous vous expliquons tout dans cet article.

Lire l'article
8/6/2023

Ais-je droit aux allocations chômage si je suis indépendant ?

Est-ce qu’un travailleur indépendant peut toucher une indemnisation s’il est réduit au chômage ? Ce n'est pas si simple. On vous explique.

Lire l'article
8/6/2023

Quelles sont les aides réservées aux chômeurs de plus de 50 ans ?

Les chômeurs de plus de 50 ans rencontrent plus de difficultés à réintégrer le marché de l'emploi. Des aides spécifiques leur sont donc réservées.

Lire l'article
8/6/2023

Vous êtes au chômage ? Et si vous en profitiez pour lancer votre entreprise ?

Les périodes de chômage sont propices à la réflexion sur votre carrière. Saviez-vous que c'était le bon moment de lancer votre entreprise ?

Lire l'article