AccueilGuide de la micro-entreprise
Statut Micro Entreprise Avantages Inconvenients

Les avantages du statut de micro-entreprise

avantages de la micro expliquésBusinessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Il permet de bénéficier d’un régime simplifié au maximum. Et cela, aussi  bien sur le plan administratif que comptable. Cela dit, ce statut ne présente pas que des avantages. Les inconvénients de cette forme juridique sont aussi considérables. Ils doivent être portés à la connaissance du futur auto-entrepreneur bien avant le lancement de ses activités. 

Les avantages du statut de micro-entreprise

À titre de rappel, une micro-entreprise est une petite entreprise individuelle. Elle appartient et est gérée par un auto-entrepreneur, c’est-à-dire une personne qui exerce son activité en son nom propre. Elle ne compte pas plus de 10 salariés. Sa particularité : c’est un régime conçu spécifiquement pour les petites activités. Elle est ouverte à toutes les catégories socioprofessionnelles et peut s’adapter à n’importe quel domaine : artisanal, agricole, commercial et libéral.

La simplicité administrative du statut micro-entreprise

La simplicité des démarches de création et de gestion de la micro-entreprise est ce qui attire le plus les futurs entrepreneurs dans ce statut. Les formalités pour créer ce type d’entreprise ont été simplifiées au maximum. Aujourd’hui, il n’est même pas nécessaire de se déplacer pour déclarer le début des activités. La procédure de déclaration peut se faire directement en ligne via le guichet unique INPI. Il en va de même pour l’inscription au registre et pour l’obtention des numéros SIRET et SIREN.

Les avantages fiscaux du statut micro-entreprise

Les micro-entrepreneurs jouissent d’un régime fiscal particulier : 

  • Le régime micro-BIC pour les commerciaux.
  • Le régime micro-BNC pour ceux qui exercent des activités libérales.

Ces régimes de la micro-entreprise sont plus simples et facilitent la déclaration fiscale pour plusieurs raisons : 

  • Le taux d’imposition est plus faible.
  • L’impôt sur le revenu est calculé sur la base du chiffre d’affaires réalisé. 
  • Pas de TVA pour la micro-entreprise. Ce type d’entreprise n’a pas besoin de collecter la TVA sur ses ventes.

La flexibilité du statut micro-entreprise

Le statut de micro-entreprise est beaucoup plus flexible. Nul besoin d’être un expert dans un domaine en particulier pour pouvoir devenir auto-entrepreneur. C’est une forme juridique accessible à tous : aux étudiants, aux salariés, aux retraités, aux demandeurs d’emploi… Et cela, aussi bien en tant que source de revenu principal que comme revenu complémentaire.

  • Les obligations comptables sont allégées. Avec un régime fiscal plus simple et la dispense de la TVA, le micro-entrepreneur n’a besoin que d’un livre des achats et d’un registre de recettes.
  • Les charges sociales sont plus simples. L’auto-entrepreneur bénéficie aussi d’un régime social avantageux pour la micro-entreprise. Les cotisations sont aussi calculées sur la base du chiffre d’affaires réalisé.
  • La procédure de cessation d’activité est aisée. Si le micro-entrepreneur veut cesser ses activités, il lui suffit de clôturer son entreprise en ligne. 

Les inconvénients du statut de micro-entreprise

La limitation du chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires que la micro-entreprise peut réaliser par an est limité. Il ne doit pas dépasser un certain plafond. Et cela peut poser un problème si l’activité est bien lancée et connaît un essor considérable. Si le seuil imposé est dépassé pendant deux années de suite, cela entraîne un basculement obligatoire vers un régime fiscal plus adapté. L’auto-entrepreneur perd donc tous les avantages inhérents à son statut.

La limite du chiffre d'affaires pour une micro-entreprise est de : 

  • 77 700 € par an pour les prestations de service et les activités libérales.
  • 188 700 € par an pour les prestations d’hébergement et les activités commerciales.

Les inconvénients fiscaux du statut micro-entreprise

L’auto-entrepreneur jouit d’un régime fiscal simple, mais qui est loin d’être parfait : 

  • L’impôt sur le revenu est calculé sur la base de ses revenus personnels et professionnels. Par ailleurs, les charges ne sont pas déduites lors du calcul, comme il est d’usage pour d’autres régimes fiscaux. Même avec un taux d’imposition relativement faible, si les revenus bruts sont élevés, l’impôt peut aussi être conséquent.
  • Les cotisations sociales ne tiennent pas compte du chiffre d’affaires réalisé. Les taux sont forfaitaires et sont appliqués quel que soit le montant du bénéfice réalisé par la micro-entreprise. Ils sont donc dûs même si l’entreprise n’a pas fait de bénéfices.
  • La TVA ne peut pas être récupérée. L’absence de récupération de la TVA pour la micro-entreprise peut être problématique si l’entreprise occasionne des coûts élevés. Il n’est pas possible, en effet, de facturer la TVA aux clients, ni de la déduire des dépenses professionnelles.

La responsabilité illimitée du micro-entrepreneur

La responsabilité illimitée du micro-entrepreneur est le plus grand inconvénient de ce statut. Le micro-entrepreneur n’a pas de statut juridique propre. Il est donc pleinement responsable de toutes les obligations financières contractées par son entreprise. Cela a de nombreuses conséquences : 

  • Le patrimoine personnel est engagé. En cas de soucis ou de litiges concernant ses activités professionnelles (remboursement de dettes, impôts impayés, prêts, factures non réglées, etc.), ses biens personnels peuvent être saisis.
  • La responsabilité est sans limite. Contrairement aux SARL et aux SA, pour lesquelles la responsabilité de l’entrepreneur est limitée par la valeur des actions qu’il détient, l’auto-entrepreneur n’est pas du tout protégé. Les obligations de l’entreprise sont ses obligations. Elles ne sont pas séparées.

Une protection sociale limitée avec le statut micro-entreprise

L’un des atouts majeurs du statut de micro-entreprise, c’est qu’il peut être combiné avec d’autres activités. Une personne peut ainsi être salariée et auto-entrepreneur à la fois. Et cette configuration est très avantageuse, car elle lui permet, entre autres choses, de bénéficier d’une couverture sociale très complète.

Si le micro-entrepreneur est un travailleur non-salarié, les choses sont différentes. Il ne peut pas bénéficier de la même couverture sociale que les salariés. Il sera affilié à la SSI (Sécurité sociale des indépendants), dont la protection est moindre et soumise à de nombreuses conditions.

Statut de micro-entreprise : pour qui ?

Vous l’aurez constaté, le statut de micro-entreprise peut être très intéressant, notamment sur le plan administratif, fiscal et comptable. Toutefois, l’entreprise demeure risquée. Avant de vous lancer, vous devez étudier point par point les implications de cette forme juridique.

Elle n’est pas faite pour vous : 

  • Si votre activité présente des risques non-négligeables;
  • Si votre activité requiert un investissement important et donc des fonds de trésorerie personnelle conséquents;
  • Si vous voulez que votre activité devienne florissante et qu'elle génère beaucoup de revenus.

Vous pouvez vous lancer dans l’auto-entrepreneuriat : 

  • Si votre activité présente peu de risques;
  • Si votre activité peut être lancée sans un financement considérable;
  • Si vous ne vous attendez pas à ce qu’elle génère un chiffre d’affaires trop élevé.

Nos derniers articles du même thème :

13/1/24

Les différents impôts d'une micro-entreprise

Le statut de micro-entreprise n'exempte pas son propriétaire d’impôts.

Lire l'article
13/1/24

Qu'est-ce qu'une micro-entreprise dans l'achat et la vente de véhicules ?

La création d'une micro-entreprise dans l'achat et la vente de véhicules est une opportunité lucrative dans le secteur automobile.

Lire l'article
13/1/24

Qu'est-ce qu'une micro-entreprise de couture ?

Lancer une micro-entreprise dans le domaine de la couture est une entreprise gratifiante, vous permettant de mettre en valeur vos compétences

Lire l'article
13/1/24

Démission pour création de micro-entreprise et chômage ?

Opter pour la démission en vue de créer sa propre micro-entreprise ouvre la voie à une aventure entrepreneuriale prometteuse, bien que parsemée de défis.

Lire l'article
28/11/23

Qui est concerné par la CFE ?

Les obligations fiscales du micro-entrepreneur ne se limitent pas à l’impôt sur le revenu

Lire l'article
28/11/23

Les Bases de l'Impôt en Micro-Entreprise

Si vous êtes un entrepreneur individuel ou que vous envisagez de vous lancer dans l'aventure entrepreneuriale.

Lire l'article