AccueilGuide de la micro-entreprise
Creer Micro Entreprise Terrassement

Conseils et étapes clés pour un démarrage réussi

micro-entreprise de terrassementBusinessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Le fait est qu’il en représente la base. S’il n’est pas fait correctement, il sera impossible de construire sur le terrain et/ou de garantir une construction stable et robuste.

Normalement, cette étape qui précède les travaux de fondations est confiée à des entreprises spécialisées et professionnelles, dotées de l’expertise nécessaire et des outils adéquats. Mais rien n’empêche un particulier de fournir lui-même des services de terrassier s’il remplit les mêmes conditions.

Vous voulez devenir terrassier indépendant ? Découvrez tout ce qu’il y à savoir pour créer votre propre micro-entreprise de terrassement.

Terrassier auto-entrepreneur : en quoi cela consiste ?

Le terrassier est un professionnel des travaux publics qui intervient toujours en début de chantier. Son rôle est de préparer le terrain avant la construction. Et cela, afin d’en faire un terrain viable et propice aux grands travaux qui vont venir. 

Le terrassement comprend plusieurs tâches : 

  • La lecture et l’interprétation des plans
  • Le remuage et l’extraction
  • Le transport de la terre
  • Le creusement de tranchées
  • Les travaux d’excavation
  • La pose de revêtements

Les compétences requises pour devenir auto-entrepreneur en terrassement

Le terrassement n’est pas une tâche aisée. C’est un travail à la fois difficile et délicat. Les conséquences - s’il n’est pas réalisé dans les règles et les normes - peuvent être désastreuses. Voilà pourquoi, il faut avoir des compétences à la fois physiques et intellectuelles précises pour pouvoir devenir auto-entrepreneur dans ce domaine précis.

  • Une grande résistance physique. Le travail est le plus souvent réalisé en extérieur. Le terrassier est fréquemment exposé aux excentricités du climat : forte chaleur ou froid extrême. Il doit aussi être apte à soulever de lourdes charges, ou à transporter des outils et des matériels difficiles à déplacer.
  • Une bonne connaissance du domaine. Il est indispensable de maîtriser tous les domaines relatifs à cette activité : les plans, la législation, les règles de sécurité, les normes environnementales, etc.
  • La capacité de conduire des engins de chantier. L’auto-entrepreneur terrassier devrait avoir le permis pour manipuler et maîtriser divers engins tels que les niveleuses, les excavatrices, les pelleteuses chenillées, les bulldozers, les marteaux pneumatiques, etc.

Les diplômes nécessaires

Il n’est pas nécessaire d’avoir de suivre une formation terrassier, ni d’avoir un diplôme en particulier pour lancer une micro-entreprise proposant des services de terrassement. Cela dit, notez que les services que vous pourrez rendre en tant que terrassier auto-entrepreneur seront limités. Vous ne pourrez jamais intervenir sur des chantiers de construction si vous n’avez pas les qualifications académiques.

C’est la raison pour laquelle, nous vous conseillons de suivre une formation qualifiante - si ce n’est pas encore le cas - avant de vous lancer. En France, vous pourrez suivre les formations permettant d’obtenir les certifications suivantes : 

  • Le Diplôme d’ingénieur en génie civil ou travaux publics
  • Le DUT Génie Civil option travaux publics et aménagements
  • Le CAP conducteurs d’engins de travaux publics et carrières
  • Le Brevet professionnel conducteurs d’engins de chantiers de travaux publics
  • Le BEP travaux publics

La création d’entreprise de terrassement : comment procéder ?

Les prérequis

Pour créer une micro-entreprise de terrassement et exercer le métier de terrassier, l’auto-entrepreneur doit remplir les conditions suivantes : 

  • Il n’a jamais été condamné. Il n’a pas le droit d’exercer s’il a déjà fait l’objet d’une condamnation, parce qu’il a commis un crime. Ou s’il a écopé d’une peine d’interdiction de gérer, de diriger ou d’administration une entreprise artisanale.
  • Il dispose d’un CACES (Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité). Dans la mesure où il sera amené à conduire de nombreux engins de chantier, il faut qu’il puisse certifier qu’il a reçu une formation adéquate et l’autorisation nécessaire pour le faire.
  • Il a une carte d’artisan ambulant. Dans la mesure où les déplacements peuvent être fréquents, il est essentiel d’avoir cette carte délivrée par la CMA. Elle est valide pendant 4 ans.
  • Il doit souscrire certaines assurances. La micro-entreprise a notamment besoin d’être couverte par les trois garanties suivantes : la garantie décennale, la responsabilité civile professionnelle et l’assurance auto pro, s’il utilise un véhicule pour son entreprise.

Les premières étapes : par où commencer ?

Choisir le terrassement comme activité principale d’une micro-entreprise est avisé. Les demandes dans le secteur du BTP sont en hausse constante. Votre projet a donc toutes les chances de réussir. Ce ne sont pas les clients potentiels qui vont vous manquer. Cela dit, avoir cette assurance ne suffit pas pour créer une entreprise. Pour garantir la réussite et la pérennité de votre projet, vous devez procéder étape par étape.

La création d’une micro-entreprise commence toujours par les étapes-clés suivantes : 

  • L’étude du marché pour comprendre le secteur, et identifier l’état des offres et des demandes.
  • La détermination du budget prévisionnel afin de vous assurer que votre projet est viable sur le long terme.
  • L’établissement d’un business plan pour garantir la rentabilité de votre entreprise.

Les démarches administratives et les obligations comptables

Arriver à cette étape, vous avez fait plus de la moitié du chemin. Maintenant, pour lancer officiellement votre micro-entreprise, vous devez vous attaquer aux obligations administratives.

  • La déclaration du début d’activité, que vous devez faire au guichet unique de l’INPI. C’est lors de cette étape que vous allez aussi choisir le statut de votre entreprise, ainsi que son régime d’imposition.
  • L’immatriculation au RNE, qui se fera automatiquement après la déclaration. Après cette étape, vous recevrez vos numéros d’identification : le SIRET, le SIREN et le code APE.

Une fois votre micro-entreprise officiellement créée, plusieurs obligations comptables et fiscales vous attendent. Mais ne vous inquiétez pas. Dans la mesure où vous êtes auto-entrepreneur, elles ne sont pas compliquées. Vous devez notamment vous occuper de deux choses : 

  • La déclaration de revenu. Vous devez rapporter votre chiffre d’affaires annuel en ligne, sur le site de l’URSSAF consacré aux auto-entrepreneurs. Le règlement des cotisations sociales devra aussi se faire à cette occasion.
  • La tenue de registres obligatoires. En tant que micro-entrepreneur, vous n’avez pas besoin d’effectuer un bilan comptable. Et cela, tant que votre chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 10 000 €. Vous devez juste mettre à jour votre registre des achats et votre livre de recettes régulièrement.

Notez toutefois qu’avec le statut de micro-entreprise, vous devez respecter un plafond en ce qui concerne votre chiffre d’affaires.  Votre recette annuelle globale ne doit pas être supérieure à 188 700 €. Tant que ce seuil est respecté, vous pourrez toujours profiter de votre statut et serez, subséquemment, exonéré de TVA.

Conclusion

Créer une micro-entreprise en terrassement est une aventure entrepreneuriale prometteuse. Professionnalisme, rigueur et écoute du client sont, pour finir, les clés de la réussite de votre projet. 

Ci-dessous, par ailleurs, quelques éléments clés que vous devez retenir concernant votre micro-entreprise : 

  • La Chambre de Métiers et de l’Artisanat est votre centre de formalité.
  • Le plafond de votre chiffre d’affaires est de 188 700 € par an.
  • Le taux de vos cotisations sociales est de 21.2% pour la main-d’œuvre et 12.3% pour la revente de fournitures.
  • Les BIC sont votre catégorie d’imposition.
  • Votre code APE est 12 B.

Nos derniers articles du même thème :

13/1/24

Les différents impôts d'une micro-entreprise

Le statut de micro-entreprise n'exempte pas son propriétaire d’impôts.

Lire l'article
13/1/24

Qu'est-ce qu'une micro-entreprise dans l'achat et la vente de véhicules ?

La création d'une micro-entreprise dans l'achat et la vente de véhicules est une opportunité lucrative dans le secteur automobile.

Lire l'article
13/1/24

Qu'est-ce qu'une micro-entreprise de couture ?

Lancer une micro-entreprise dans le domaine de la couture est une entreprise gratifiante, vous permettant de mettre en valeur vos compétences

Lire l'article
13/1/24

Démission pour création de micro-entreprise et chômage ?

Opter pour la démission en vue de créer sa propre micro-entreprise ouvre la voie à une aventure entrepreneuriale prometteuse, bien que parsemée de défis.

Lire l'article
28/11/23

Qui est concerné par la CFE ?

Les obligations fiscales du micro-entrepreneur ne se limitent pas à l’impôt sur le revenu

Lire l'article
28/11/23

Les Bases de l'Impôt en Micro-Entreprise

Si vous êtes un entrepreneur individuel ou que vous envisagez de vous lancer dans l'aventure entrepreneuriale.

Lire l'article