Facebook PixelDevenir freelance : comment s'y prendre ? | Embarq

Devenir freelance : comment s'y prendre ?

Clément avatar

Écrit par Clément

Publié le 29/03/2021

Liberté, autonomie, flexibilité, indépendance, … Les raisons pour se lancer en freelance sont nombreuses. En 2020, plus d’un million de travailleurs ont passé le cap (soit 145% de plus qu’il y a 10 ans). Certains ont quitté leur emploi au sein d’une entreprise pour devenir freelance et lancer leur activité. D’autres se sont lancés alors qu'ils étaient au chômage. D’autres encore ont choisi la sécurité et sont devenus freelances tout en conservant leur statut de salarié (en respectant certaines clauses validées par leur entreprise). D’autres enfin ont tout simplement voulu changer de vie et se lancer dans un nouveau projet professionnel. Bref, il y a mille raisons de devenir indépendant. 

L’activité de freelance a souvent été associé à tous les métiers qui touchent à l’informatique ou encore à la création (directeur artistiques, graphiste, designer, etc.) mais maintenant il touche de plus en plus d’activités professionnelles comme le coaching, la formation, les ressources humaines, le marketing et l’immobilier.  

Alors, prêt à vous lancer et monter votre projet d’entreprise ? Envie de devenir auto entrepreneur ? On vous a préparé un petit guide des étapes à suivre pour créer votre projet et devenir freelance dans les meilleures conditions (spécialités, régime juridique, visibilité).  

Comment devenir freelance : les étapes ?

Il n’existe pas encore de bouton magique pour passer du régime de salarié à celui de freelance. Dommage, mais rassurez-vous, la création de votre activité de travailleur indépendant n’est pas si compliquée. On vous a détaillé les étapes à suivre. Promis, c’est simple et rapide. 

Choisir une spécialité 

La première chose incontournable ? Choisir votre spécialité. Cela peut paraître anodin mais c'est essentiel. Oui, il s’agit de définir le type de service et de prestation que vous allez vendre et proposer à vos clients sous forme de mission. Teaser : plus votre offre sera simple et claire, plus vous aurez de contrats et votre chiffre d’affaires sera important.  

Revenons-en aux étapes à suivre :  

  1. Analyse : Commencez par un bilan personnel. Qui êtes-vous ? Votre champ d’action et de compétences (web, design, gestion de projet, etc.) ? Les services que vous voudriez proposer à vos clients ? À ce stade, vous allez certainement arriver à une panoplie d'options. Il peut être tentant de tout proposer. Et pourtant, les freelances qui réussissent le mieux sont ceux qui se spécialisent. Vendez ce que vous maitrisez le plus, devenez une référence sur le sujet. Spécialisez-vous dès la création de votre entreprise, cela vous évitera de vous perdre. 

  1. Observation : Ne naviguez pas à l’aveugle. Faites votre enquête (aka une étude de marché). Regardez ce que les autres freelances proposent (tarif, prestation, etc.) et qui sont leurs clients. Baladez-vous sur les plateformes de petites annonces (Crème de la crème, Malt, Upwork). Cette démarche, c’est aussi celle que feront les entreprises lorsqu’elles auront un besoin, et donc potentiellement vos prospects.  

  1. Création : Vous avec maintenant une bonne vision de ce que vous pouvez proposer, et de ce que vos concurrents ont à offrir. En fonction de vos envies, et en gardant en tête les résultats de votre petite étude de marché : définissez votre positionnement, votre client cible, votre promesse.

Vous l’aurez compris, le choix de votre spécialisation et des missions sur lesquelles vous souhaitez travailler découle à la fois d’un travail personnel mais également de ce que proposent les professionnels de votre environnement. 

Choisir un statut 

Vous avez défini le travail et les missions que vous souhaitez réaliser en tant que freelance. Une bonne chose de faite. Vous savez également ce que vous allez réellement proposer en tant qu’indépendant à vos clients. Il s’agit maintenant d’en définir le cadre. C’est l’heure de parler de la partie administrative : choisir votre statut juridique. Devenez incollable sur les différents régimes juridiques auxquels vous pouvez avoir accès (types de sociétés, capital, responsabilités, cotisations sociales, avantages formation, etc.). En effet, être freelance, ce n’est pas un statut juridique. Vous pouvez soit être une entreprise individuelle ou alors monter une société. Voilà quelques explications pour faire le meilleure choix (EI, SASU, EURL ou le portage salarial).  

Les 3 formes juridiques qui s’offrent à vous :  

  • Les entreprises individuelles (EI et micro-entreprise) : Cette forme ne nécessite pas de création de statuts d’entreprise et permet d’éviter les lourdeurs qui vont avec (administratif, comptabilité, gestion, etc.). Rapide, simple, pratique et à coût limité. En revanche, l’entreprise individuelle peut aussi être vite limitante (pas de sécurité sociale, chiffre d’affaires plafonné, responsabilité personnelle engagée, etc.). Il est également impossible de s’associer sous ce statut et comme précisé précédemment, en cas de faillite, la responsabilité personnelle peut être engagée pour rembourser ses dettes. La micro entreprise, c’est le bon choix si vous en êtes au début de votre vie de travailleur indépendant, si vous avez envie de découvrir l’entrepreneuriat. Vous pourrez évoluer vers un autre statut si votre activité prend de l’ampleur, et qu’il devient nécessaire de créer une société.    

  • Les sociétés unipersonnelles (SASU ou SAS, EURL ou SARL) : Cette forme juridique implique la création d’une société. Elle est plus réglementée et donc moins intuitive (création de statut, suivi comptabilité, administratif, cotisations sociales, gestion, etc.). En revanche, les sociétés unipersonnelles de type SASU ou EURL offrent un potentiel quasi illimité (pas de plafond de chiffre d’affaires, recrutements, protection de vos biens personnels, etc.). Ce statut permet de s’associer et de pouvoir exercer son activité professionnelle à plusieurs. Bref, c’est la forme parfaite pour ceux qui veulent voir les choses en grand. 

  • Le portage salarial : C’est un régime hybride entre salariat et indépendance. Pas de création de statuts, mais bel et bien une forme freelancing. Grâce au portage salarial, vous bénéficiez de la sécurité du salariat (protection sociale, assurance chômage, mutuelle, contrat de travail) et d’un soutien dans la gestion de votre activité (administratif, comptabilité, légal, formation, etc.). C’est l’option idéale pour exercer votre activité en toute simplicité, et en vous concentrant sur l’essentiel : votre travail et vos missions. 

Pour retrouver le détail des avantages et inconvénients de ces différentes formes juridiques concernant les freelances (protection sociale, gestion, administratif, formation, etc.), consultez notre article dédié. Ce n’est pas tout. En tant que freelance, il y a également une autre étape à ne pas négliger : la construction de votre visibilité.

Choisir une stratégie de visibilité

Vous l’aurez compris, votre prochaine mission est de vous faire connaître (projet, compétences, profil, etc.). Souvent négligée, c’est pourtant une partie essentielle de la vie de freelance. Parlons personal branding (ou marque personnelle). Oui, en devenant indépendants, vous vous devez d’émerger dans un monde très concurrentiel. Quelques conseils : 

  • Créez une vitrine : Portfolio, site internet, page professionnelle, etc. Peu importe la forme, il est clé d’établir votre présence, notamment sur le web, afin de mettre en avant votre projet et vos compétences professionnelles en tant qu’auto entrepreneur. La présence en ligne est de plus en plus importante et peut vous permettre de gagner de nombreux clients (et de signer vos futurs contrats). Présentez vos compétences, vos missions réalisées, vos projets. Personne ne le fera mieux que vous. Votre visibilité sur le web grâce à un site en ligne est un très bon moyen pour vous mettre en avant et partager vos expériences ainsi que des cas clients sur lesquelles vous avez pu mettre en exergue vos compétences et votre expertise professionnelles. Envie de vous former sur le sujet ? Voici deux ressources créées par des entrepreneurs : Live Mentor, La boîte numérique

  • Développez votre réseau : Commencez par le plus simple, vos clients. Prenez soin d’eux, capitalisez sur vos collaborations. Ils vous connaissent à travers vos missions, ce sont les mieux placés pour vous recommander (témoignage sur votre site web, introduction auprès d’autres clients, etc.). Consacrez également du temps à vos pairs et aux formats qui vous permettent de rencontrer du monde (meetup, conférence, etc.) pour mettre en avant vos services. Récolter également des avis auprès de vos clients à la suite de la réalisation de votre mission. Ces avis sont très importants pour des prospects ou futures collaborations qui souhaiteraient travailler avec vous. Que ce soit en BtoC ou en BtoC, les avis sur les entreprises sont de plus en plus pris en compte pour la décision de convertir. 

  • Prenez la parole : Il est important de montrer ce que vous faites (projets, missions, etc.). Incarnez votre expertise, exprimez-vous en public (réseaux sociaux, site web, forums.). Pas à l’aise sur le sujet ? Découvrez la formation Linkedin de Germinal (payante mais éligible au Compte Professionnel Formation) ou ce dossier complet pour devenir un expert des réseaux sociaux (réalisé par deux indépendants). Les réseaux sociaux permettent de partager à votre cible vos connaissances ainsi que vos compétences. Ils vous permettent également de créer un réseau professionnel autour de votre activité professionnelle.  

Les avantages d’être freelance

Enfin dernier point de ce guide, les avantages d’être freelances. Plus qu’une façon de travailler, être freelance, c’est avant tout un mode de vie, une autre vision du monde du travail. Vous pourrez bénéficier d’avantages non négligeables : autonomie, maîtrise du temps de travail, indépendance dans le choix des missions et clients, formation, flexibilité du lieu de travail, … Bref, une forme d’emploi à la carte, où vous définissez ce qui vous convient le mieux. 

Être travailleur indépendant vous permet de gérer votre temps comme vous le souhaiter. Il y a une certaine liberté, flexibilité et autonomie pour livrer vos services lors de vos projets avec vos clients. Vous pouvez également prendre du temps pour suivre des formations et augmenter en compétences plus rapidement. C’est pourquoi faire le choix d’être freelance est souvent associé à une meilleure productivité, un meilleur équilibre vie professionnelle et vie personnelle, une meilleure gestion et organisation et un meilleur épanouissement personnel.  

Contrairement au statut de salarié, les freelances n’ont pas de lien de subordination avec leur client. Un contrat est établi entre le freelance et les clients déterminant l’ensemble des missions du projet ainsi que les modalités des livrables.  

Vous pouvez, dès lors, travailler en tant que freelance à n’importe quel endroit. En effet vous pouvez autant travailler dans les locaux de votre client, à votre domicile ou encore dans un espace de coworking. Ces espaces sont très intéressants pour trouver de nouveaux clients et signer de nouveaux contrats mais également pour tisser des liens avec les autres auto entrepreneurs ou d’autres sociétés.  

Que ce soit dans le cadre d’un régime en société ou d’une micro entreprise, vous gardez la liberté du mode de fonctionnement du freelance. Vous pouvez devenir freelance via différents moyens mais il est important de faire les choses par étapes pour maximiser les chances de réussir et d’avoir le maximum de clients.  


Voilà, grâce à ce guide, vous savez (presque) tout sur le statut de freelance et cette nouvelle vie d’entrepreneur qui s’offre à vous. Comme on dit dans le jargon : “Il n’y a plus qu’à !”. Une dernière question ? Écrivez-nous. Envie d’échanger avec des indépendants qui ont déjà passé le cap ? Rejoignez la communauté Embarq. 

Clément avatar

Écrit par Clément

Publié le 29/03/2021

Découvrez d’autres articles de la même catégorie :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter