SARL et Auto-Entrepreneur : Peut-on les combiner ?

Businessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Dans l'univers complexe de l'entrepreneuriat, la question du cumul de statuts est source de confusion et d'incertitude. Parmi les interrogations les plus fréquentes, celle portant sur la possibilité d'assumer à la fois la fonction de gérant majoritaire au sein d'une SARL et celle de micro-entrepreneur revient souvent. Dans cet article, nous allons répondre à cette question !

Le statut de gérant majoritaire d'une SARL

Tout d'abord, un directeur général est considéré comme majoritaire s'il détient plus de 50 % des parts de l'entreprise, directement ou en association avec son conjoint, son partenaire de PACS ou ses enfants mineurs. Cette position lui confère un contrôle important sur les décisions stratégiques de l'entreprise.

En termes de pouvoirs, le gérant majoritaire dispose d'une grande autorité au sein de la SARL. Il peut prendre seul la plupart des décisions lors des assemblées générales et représenter légalement la société auprès des tiers. Cette autonomie de décision lui permet d'agir rapidement et efficacement pour le bien de la société.

Sur le plan fiscal et social, l'associé majoritaire est affilié au régime des travailleurs non-salariés (TNS) pour la sécurité sociale. Cela signifie qu'il bénéficie d'une couverture sociale spécifique, notamment en matière d'assurance maladie et de pension. De plus, ils sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Contrairement à d'autres formes de gérance, il ne peut pas être révoqué par les autres associés de manière unilatérale. En effet, ces derniers ne peuvent pas rassembler suffisamment de parts sociales pour obtenir un vote majoritaire en faveur de sa révocation. Cette stabilité dans le statut du gérant majoritaire lui confère une certaine sécurité dans sa position au sein de la société.

Qu'est-ce qu'un auto-entrepreneur ?

L'auto-entrepreneur, ou micro-entrepreneur, est un statut juridique en France qui offre une solution attractive aux entrepreneurs individuels désireux de simplifier la création et la gestion de leur activité. Sa popularité repose sur plusieurs caractéristiques distinctives.

Tout d'abord, la simplicité est l'un des principaux avantages de ce statut. En effet, l'auto-entrepreneur bénéficie d'une gestion allégée et d'une création d'entreprise rapide, avec moins de contraintes administratives par rapport à une société classique.

Sur le plan fiscal et social, les auto-entrepreneurs bénéficient d'un régime simplifié. Il est soumis au régime micro-social, permettant de calculer ses charges sociales en micro-entreprise selon son chiffre d'affaires. De plus, il peut opter pour le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, ce qui simplifie encore la gestion de ses obligations fiscales.

Cependant, ce statut n'est pas sans contraintes. En effet, l'auto-entrepreneur doit respecter des plafonds de chiffre d'affaires qui ne doivent pas être dépassés. Cette limite vise à garantir que le statut reste réservé aux petites entreprises et aux entrepreneurs individuels.

Par ailleurs, l'activité est exercée en nom propre, ce qui signifie que l'entrepreneur et son entreprise sont juridiquement la même entité. Cette caractéristique offre une grande souplesse, mais peut également entraîner une responsabilité personnelle en cas de dettes ou de litiges.

Enfin, en ce qui concerne la protection sociale, bien que simplifiée, celle de l'auto-entrepreneur est moins étendue que celle des salariés. Cependant, elle offre tout de même une couverture sociale minimale, adaptée aux besoins des entrepreneurs individuels.

Le cumul entre SARL et micro-entrepreneur

Si vous êtes associé d'une SARL (Société à Responsabilité Limitée), vous pouvez parfaitement cumuler votre activité indépendante avec ce statut. Cette option offre une flexibilité appréciable pour diversifier vos sources de revenus tout en participant à une entreprise collective.

Pour les gérants associés minoritaires ou égalitaires de SARL, le cumul est également envisageable. En tant qu'assimilés salariés, ces gérants peuvent exercer une activité de micro-entrepreneur en parallèle de leur fonction au sein de la SARL. Cependant, il est crucial que les activités exercées soient différentes pour éviter tout risque de requalification en abus de droit.

En revanche, le cumul entre une micro-entreprise et le statut de gérant majoritaire de SARL est impossible. Les deux statuts sont affiliés à la caisse des indépendants, et une même personne ne peut être inscrite deux fois auprès de la même caisse. Cette restriction vise à éviter les conflits d'intérêts et à maintenir la cohérence des régimes sociaux.

Concernant la création d’entreprise EURL, la possibilité de cumul dépend du statut de l'associé unique. Si celui-ci exerce une fonction distincte de celle de gérant, il ne peut pas cumuler avec une activité de micro-entrepreneur. En revanche, un associé unique sans fonction dans l'entreprise peut exercer une activité de micro-entrepreneur en parallèle.

Est-il envisageable de combiner SAS/SASU et micro-entreprise ?

Il est tout à fait envisageable de combiner le statut de SAS (Société par Actions Simplifiée) ou SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) avec celui du statut de micro-entreprise. En effet, le président d'une SAS, ainsi que le directeur général s'il y en a un, sont des dirigeants assimilés salariés.

Par conséquent, ils ont la possibilité de cumuler leur mandat de dirigeant avec une activité en tant que micro-entrepreneur. Cette option offre une grande flexibilité aux dirigeants de SAS qui souhaitent diversifier leurs sources de revenus ou explorer de nouvelles activités entrepreneuriales.

De même, il est tout à fait possible d'être associé d'une SAS tout en étant micro-entrepreneur. Cette combinaison de statuts permet aux associés de bénéficier des avantages de la structure juridique de la SAS tout en développant une activité indépendante sous le régime simplifié de la micro-entreprise.

Il est important de souligner qu'il n'y a pas de restrictions particulières dans le cumul du statut de micro-entrepreneur avec un mandat de dirigeant de SAS ou un statut d'associé de SAS. Cette liberté de cumul offre aux entrepreneurs une grande souplesse dans la gestion de leurs activités et dans l'exploration de nouvelles opportunités professionnelles.

Cumuler 2 micro-entreprises : Est-ce possible ?

Il n'est pas possible de cumuler deux micro-entreprises. En effet, la micro-entreprise est une forme juridique d'entreprise qui bénéficie du régime fiscal de la micro. Dans ce cadre, l'entreprise individuelle et son dirigeant ne font qu'un, ce qui signifie qu'une personne physique, tout comme une personne morale, ne peut obtenir qu'un seul numéro Siren / Siret.

Parallèlement, il faut savoir qu’il n'est pas possible de cumuler une micro-entreprise avec une autre forme d'entreprise individuelle classique sous un régime réel d'imposition. Les mêmes restrictions s'appliquent en raison de la nature de l'entreprise individuelle et de son régime fiscal spécifique.

La combinaison d'un emploi salarié et d'une micro-entreprise est-elle possible ?

La combinaison d'un emploi salarié et d'une activité en tant que micro-entrepreneur est généralement envisageable, mais elle est soumise à certaines règles et restrictions. En principe, rien n'interdit d’être salarié et micro-entrepreneur, tant qu'il respecte son obligation de loyauté envers son employeur.

Cependant, des clauses spécifiques peuvent être prévues dans le contrat de travail, telles que des clauses d'exclusivité, qui interdisent au salarié de cumuler son emploi avec une autre activité rémunérée. Dans ce cas, le salarié doit respecter les termes de son contrat de travail et obtenir l'autorisation de son employeur s'il souhaite exercer une activité complémentaire.

De plus, des restrictions ou des interdictions peuvent également découler du secteur d'activité dans lequel le salarié évolue, ou de son statut professionnel. Par exemple, les fonctionnaires peuvent être soumis à des règles spécifiques régissant le cumul d'activités professionnelles en dehors de leur emploi principal.

Peut-on diversifier ses activités en tant qu'auto-Entrepreneur sans cumuler les statuts ?

Bien que le cumul entre le statut de gérant majoritaire d'une SARL et celui d'auto-entrepreneur soit interdit, il existe plusieurs alternatives légales pour les auto-entrepreneurs désireux de diversifier leurs activités.

Développer une activité secondaire

Développer une activité secondaire peut être une stratégie judicieuse pour diversifier vos revenus et explorer de nouveaux horizons professionnels. Cette approche vous permet d'exploiter vos compétences et votre expertise dans un domaine différent, tout en bénéficiant des avantages de votre activité principale.

Lorsque vous envisagez d’ajouter une activité secondaire à votre entreprise, vous devez, dans un premier temps, choisir un domaine qui vous passionne et qui complète vos compétences existantes. Cette approche vous permettra de maximiser vos chances de succès et de maintenir votre motivation à long terme.

Une fois que vous avez identifié le domaine dans lequel vous souhaitez développer votre activité secondaire, vous devez planifier attentivement sa mise en œuvre. Cela peut impliquer de rechercher des formations complémentaires, d'établir un plan d'affaires détaillé et de définir des objectifs clairs pour votre nouvelle entreprise.

Il est également important de garder à l'esprit que développer une activité secondaire peut nécessiter un investissement de temps et de ressources. Vous devrez peut-être ajuster votre emploi du temps et établir des priorités pour concilier votre activité principale avec votre nouvelle entreprise.

Opter pour le portage salarial

Le cumul entre une micro-entreprise et le portage salarial est tout à fait possible, offrant ainsi une flexibilité intéressante pour les travailleurs indépendants. Le portage salarial permet à un professionnel d'exercer une activité en tant que consultant ou prestataire de services tout en bénéficiant d'un statut de salarié porté par une entreprise de portage.

En pratique, cela signifie que le travailleur indépendant peut facturer ses prestations à ses clients sous forme d’honoraires, tout en bénéficiant de la sécurité sociale et de la couverture sociale d'un salarié, ainsi que des avantages liés à un contrat de travail.

Le cumul d'une micro-entreprise avec le portage salarial offre plusieurs avantages. Tout d'abord, cela permet de diversifier ses sources de revenus et de répondre à différents besoins clientèles. Ensuite, cela permet également de bénéficier de la simplicité administrative du régime de la micro-entreprise tout en garantissant une protection sociale plus étendue grâce au portage salarial.

Créer une entreprise distincte sous un autre statut juridique

Créer une entreprise distincte sous un autre statut juridique peut être une décision stratégique pour développer vos activités tout en explorant de nouveaux marchés ou secteurs d'activité.

Cette approche vous permet de séparer clairement les responsabilités et les finances de votre nouvelle entreprise de celles de votre entreprise existante, offrant ainsi une plus grande flexibilité et une meilleure protection juridique.

Pour ce faire, la première étape consiste à choisir le statut juridique qui convient le mieux à vos besoins et à votre situation. Parmi les options les plus courantes, on trouve :

  • L'EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée),
  • La SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle),
  • La SARL (Société à Responsabilité Limitée).

Une fois que vous avez choisi le statut juridique approprié, vous devrez suivre les étapes de création de votre nouvelle entreprise, telles que l'immatriculation au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés), l'élaboration des statuts et la publication d'une annonce légale.

Collaborer avec d'autres professionnels ou entreprises

Une autre option consiste à collaborer avec d'autres professionnels ou entreprises. Ce choix vous permet d'élargir vos compétences et de saisir de nouvelles opportunités de croissance, tout en bénéficiant des forces et de l'expertise complémentaires de vos partenaires et en partageant les risques et les responsabilités liés à vos projets communs.

La première étape d'une coopération avec d'autres professionnels ou entreprises consiste à rechercher des partenaires dont les valeurs et les objectifs sont alignés sur les vôtres. Le succès d'une collaboration repose sur une communication ouverte, une confiance mutuelle et une compréhension claire des attentes et des responsabilités de chacun.

Il existe différentes formes de collaboration, allant de simples partenariats ponctuels à des collaborations plus étroites et à long terme, telles que des co-entreprises ou des alliances stratégiques. Le choix de la forme de collaboration dépendra de la nature de vos projets et de vos objectifs commerciaux.

Pour maximiser les avantages de votre collaboration, vous et votre collaborateur devez établir un business plan auto-entrepreneur et définir clairement les objectifs, les rôles et les responsabilités de chaque partie dès le départ. Une communication ouverte et transparente est essentielle pour maintenir une collaboration fructueuse tout au long du projet.

Découvrez aussi :

23/4/2024

Travailleur Indépendant : Comprendre les nuances et les défis de l'autonomie professionnelle

Découvrez dans notre article ce que signifie réellement être un travailleur indépendant et les défis uniques de cette autonomie professionnelle.

Lire l'article
23/4/2024

Trouver des clients freelance : 4 conseils pratiques et efficaces

Découvrez ici des stratégies efficaces pour trouver des clients freelance et réussir dans le monde compétitif du travail indépendant

Lire l'article
22/4/2024

Cotisations URSSAF : Leur importance pour les auto-entrepreneurs

L'importance des cotisations URSSAF pour les auto-entrepreneurs : garantir leur protection sociale et contribuer à la solidarité nationale.

Lire l'article
22/4/2024

Le monde du freelance : Trouver le travail idéal pour vous

Trouvez votre voie dans le monde du freelance : Explorez les options, évaluez vos compétences et choisissez le travail qui vous convient.

Lire l'article
19/4/2024

Comment bénéficier de l'ACRE et booster votre entreprise en tant qu'auto-entrepreneur ?

Découvrez les étapes essentielles pour bénéficier de l'ACRE en tant qu'auto-entrepreneur et booster votre entreprise dès son démarrage.

Lire l'article
19/4/2024

Passer d'auto-entrepreneur à SAS : Pourquoi et comment ?

Découvrez les étapes et les implications financières de la transition de l'auto-entrepreneur à la SAS pour une expansion stratégique de votre entreprise

Lire l'article
Simuler mon revenu