Passer d'auto-entrepreneur à SAS : Pourquoi et comment ?

Businessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Passer de l'auto-entrepreneur à la SAS : voilà une idée qui résonne chez de nombreux entrepreneurs désireux de franchir le pas vers une croissance stratégique. Si l'auto-entrepreneuriat offre simplicité et souplesse, le passage à la Société par Actions Simplifiée (SAS) ouvre de nouvelles portes à l'expansion, à la protection et à la crédibilité. Dans cette quête de croissance, il est essentiel de comprendre les motivations sous-jacentes et de naviguer habilement dans les méandres fiscaux et juridiques. Découvrez dans cet article comment cette transition peut propulser votre entreprise vers de nouveaux sommets.

Auto-entrepreneur et SAS : Quelle différence ?

Lorsque vous passez du statut d'auto-entrepreneur à celui de SAS, vous vous engagez dans un changement important de la structure de votre entreprise. Il est donc essentiel de comprendre les différences entre ces deux statuts pour pouvoir prendre des décisions éclairées sur la meilleure voie à suivre pour votre entreprise.

L'auto-entrepreneuriat est une forme d'entreprise individuelle qui se caractérise par sa simplicité administrative et fiscale. Vous bénéficiez d'un régime fiscal d’auto-entrepreneur simplifié, avec des cotisations sociales et des impôts calculés sur la base du chiffre d'affaires. Cette structure convient généralement aux entrepreneurs débutants ou à ceux qui exercent leur activité dans des secteurs de petite taille.

La SAS, en revanche, est une forme de société plus complexe et plus souple, qui offre de plus grandes possibilités de croissance et de structuration. Contrairement à l'auto-entrepreneur, la SAS est une entité distincte de son fondateur, ce qui signifie que la responsabilité financière est limitée aux apports en capital des actionnaires.

Sur le plan fiscal, les différences entre l'auto-entrepreneur et la SAS sont tout aussi marquées. Alors que l'auto-entrepreneur bénéficie d'un régime fiscal simplifié avec des prélèvements proportionnels au chiffre d'affaires, la SAS est soumise à l'impôt sur les sociétés (IS) sur ses bénéfices. En revanche, la SAS offre une plus grande souplesse en matière de rémunération des dirigeants.

En matière de gouvernance, la création d’entreprise SAS offre une grande souplesse. Les actionnaires sont libres de fixer les règles de fonctionnement de la société dans les statuts, notamment en ce qui concerne la répartition des pouvoirs, la prise de décision et la distribution des bénéfices. Cette souplesse leur permet de structurer leur société en fonction de leurs besoins spécifiques.

Pourquoi passer de l'auto-entreprise à la société par actions simplifiée ?

Bien que l'auto-entreprise offre simplicité et flexibilité, elle comporte également des limites qui peuvent freiner la croissance et la pérennité de l'entreprise. L'une des principales limites réside dans le plafond de chiffre d'affaires imposé par le régime fiscal.

Au-delà de ce seuil, vous êtes automatiquement exclu du régime de l'auto-entrepreneur et vous devez opter pour un régime fiscal plus complexe. Cette restriction peut entraver vos ambitions de croissance et limiter votre capacité à saisir de nouvelles opportunités commerciales.

De plus, en tant qu'auto-entrepreneur, vous êtes seul responsable des dettes et obligations de votre entreprise. Cela signifie que vos biens personnels sont exposés en cas de difficultés financières ou de litiges juridiques, ce qui peut constituer un risque important, surtout lorsque l'activité de votre entreprise se développe.

Passer à une société par actions simplifiée offre plusieurs avantages significatifs par rapport au statut d'auto-entrepreneur. Tout d'abord, la SAS permet une séparation claire entre le patrimoine de l'entreprise et celui des actionnaires. En cas de difficultés financières, seuls les biens de la société sont engagés, préservant ainsi les biens personnels des actionnaires.

De plus, la SAS offre une plus grande flexibilité en matière de gouvernance et de structuration de l'entreprise. Contrairement à l'auto-entreprise, la SAS permet de définir librement les règles de fonctionnement de la société dans les statuts. Cela comprend la répartition des pouvoirs, la prise de décision, la répartition des bénéfices, etc.

Enfin, la SAS offre des possibilités de croissance et de développement plus importantes. En structurant votre entreprise sous forme de SAS, vous pouvez plus facilement attirer des investisseurs, conclure des partenariats stratégiques et accéder à des financements supplémentaires pour soutenir la croissance de votre entreprise.

Comment passer de l’auto-entrepreneur à la SAS ?

Passer de l'auto-entrepreneur à la SAS est une démarche stratégique qui nécessite une planification minutieuse et des étapes clés pour assurer une transition en douceur. Contrairement à une simple « transformation », cette transition implique la création d'une nouvelle entité juridique distincte de votre personne en tant qu'entrepreneur individuel.

La première étape essentielle consiste à cesser votre activité en micro-entreprise afin d'obtenir sa radiation auprès des autorités compétentes. Cette étape implique également l'évaluation des actifs de votre auto-entreprise, tels que les marchandises, le matériel, la clientèle et le nom commercial.

Ensuite, vous devez créer une nouvelle société pour y transférer votre activité. Cela peut se faire soit par cession du fonds de commerce, soit par apport en capital :

  • Si vous optez pour la cession du fonds de commerce, vous devrez rédiger un contrat de cession détaillé et fixer le prix du fonds de commerce. Il est également possible d'effectuer un prêt à votre société pour financer l'acquisition du fonds, ce qui est connu sous le nom d'apport en compte courant d'associé.
  • En revanche, si vous choisissez l'apport en nature du fonds de commerce, celui-ci sera intégré au capital de la nouvelle société. Cette option nécessite la rédaction d'un traité d'apport et la désignation d'un commissaire aux apports chargé de vérifier que la valorisation du fonds de commerce est appropriée.

Créer une nouvelle société implique des démarches plus complexes par rapport à la création d'une micro-entreprise. Vous devrez :

  • Rédiger des statuts détaillés définissant les règles de fonctionnement de la société,
  • Faire publier une annonce légale pour informer le public de la création de la société,
  • Déposer le capital social requis sur un compte bancaire bloqué,
  • Constituer un dossier d'immatriculation comprenant divers documents administratifs.

Combien coûte le passage de l’auto-entreprise à la SAS ?

Si la radiation d'une auto-entreprise est généralement gratuite, ce qui constitue un avantage financier pour les entrepreneurs, la création d'entreprise et son immatriculation entraînent des frais supplémentaires d'environ 300 euros, sans compter le coût du Journal d'Annonces Légales et la rédaction des statuts.

En plus des frais de formalités, il est important de prévoir des dépenses complémentaires. Par exemple, l'achat d'un logiciel de facturation et de comptabilité adapté au nouveau statut juridique peut être nécessaire pour assurer une gestion efficace de l'entreprise.

De même, le partenariat avec un expert-comptable peut être recommandé pour vous accompagner dans la transition et garantir une conformité fiscale et comptable optimale. De plus, la refonte des documents commerciaux tels que les contrats, les devis et les factures peut également entraîner des frais supplémentaires.

Quelles sont les implications du passage du statut d'auto-entrepreneur à celui de SAS ?

Le passage du statut d'auto-entrepreneur à celui de SAS entraîne des implications significatives sur divers aspects de votre entreprise :

  • Sur le plan fiscal

Le passage à une SAS implique un changement de régime d'imposition. En tant qu'auto-entrepreneur, vous êtes soumis à un régime fiscal simplifié basé sur le chiffre d'affaires réalisé, avec des taux de cotisations sociales et d'impôt sur le revenu prélevés directement sur ce chiffre d'affaires.

En revanche, une SAS est soumise à l'impôt sur les sociétés (IS) sur ses bénéfices, ce qui peut entraîner une imposition différente et plus complexe. Cependant, la SAS offre également des possibilités d'optimisation fiscale grâce à une rémunération flexible des dirigeants, avec le choix entre salaires et dividendes.

Ainsi, avant de prendre une décision, il peut être utile d'effectuer une simulation portage salarial pour évaluer l'impact financier de ce changement de statut.

  • Sur le plan juridique

Passer à une SAS implique une transformation de la structure de votre entreprise. Alors qu'en tant qu'auto-entrepreneur, vous exercez seul le contrôle de votre entreprise et êtes personnellement responsable de ses dettes, une SAS est une entité juridique distincte de ses actionnaires, offrant ainsi une responsabilité limitée aux fondateurs.

Cela signifie que vos biens personnels sont protégés en cas de difficultés financières ou de litiges juridiques, ce qui constitue un avantage significatif en matière de sécurité financière.

  • Sur le plan financier

Du point de vue financier, le passage à une SAS peut ouvrir de nouvelles possibilités de croissance et de financement pour la création de votre entreprise. En choisissant SAS, vous pouvez plus facilement attirer des investisseurs, obtenir des financements bancaires et conclure des partenariats stratégiques.

De plus, la SAS offre une plus grande crédibilité et une image plus professionnelle, ce qui peut renforcer la confiance des clients, des fournisseurs et des partenaires commerciaux.

  • Sur le plan opérationnel

Enfin, sur le plan opérationnel, le passage à une SAS peut nécessiter des ajustements dans la gestion et le fonctionnement de votre entreprise. Avec une SAS, la gouvernance est plus complexe, avec la mise en place d'organes de direction tels que le conseil d'administration et la nomination de dirigeants sociaux.

La SAS impose des obligations comptables et juridiques plus rigoureuses, avec la tenue de registres légaux, la rédaction de procès-verbaux d'assemblées générales, etc.

Découvrez aussi :

24/5/2024

Naviguer dans les différents statuts freelance en informatique : Un guide complet

Vous vous demandez quel statut freelance choisir dans le domaine de l'informatique ? Découvrez les différentes options disponibles et les facteurs à considérer pour prendre la meilleure décision pour votre carrière informatique.

Lire l'article
24/5/2024

Réussir le changement en entreprise : Stratégies et astuces pour une transition réussie

Découvrez comment accompagner le changement en entreprise avec des stratégies pratiques pour une transition harmonieuse et productive.

Lire l'article
23/5/2024

Comment bénéficier des aides pour créer votre entreprise et réussir votre lancement ?

Découvrez les meilleures aides pour lancer votre entreprise avec succès : financements, accompagnement et conseils adaptés à vos besoins !

Lire l'article
23/5/2024

En quoi consiste le travail en freelance ?

Découvrez ce que signifie réellement travailler en freelance : autonomie, flexibilité et responsabilités. Explorez les avantages et les défis de cette forme de travail indépendant, et trouvez des conseils pour réussir dans ce mode de vie professionnel unique.

Lire l'article
22/5/2024

Devenez votre propre patron : Tout ce qu'il faut savoir sur la formation auto-entrepreneur

Explorez les bases essentielles de la formation pour les auto-entrepreneurs. Développez vos compétences et réussissez dans votre entreprise.

Lire l'article
22/5/2024

Statut légal des graphistes freelances : comment faire le bon choix ?

Découvrez les meilleures options de statut pour les graphistes freelances. Que vous optiez pour le portage salarial, le régime d'auto-entrepreneur ou le statut de travailleur indépendant, trouvez la solution qui correspond le mieux à vos besoins et à votre activité.

Lire l'article
Simuler mon revenu