Facebook PixelComment être rentable en freelance | Embarq

Être rentable en freelance : le guide

Romain avatar

Écrit par Romain

Publié le 18/11/2021

Comment être rentable en freelance ? C’est la question à se poser. Mieux, comment optimiser votre revenu quand votre emploi du temps est déjà saturé ? Quels sont les meilleurs leviers à votre disposition ? Quels sont les métiers et les missions qui offrent le meilleur TJM ? Quelles sont les charges à prendre en compte ? L’équipe d'Embarq a enquêté sur le sujet et rassemblé un maximum d’informations. C’est parti ! ​​👌

Votre revenu en tant que freelance

Vous êtes freelance ou souhaitez le devenir ? Félicitations pour ce beau projet ! En tant qu'indépendant, vous allez choisir vos clients, fixer vos tarifs, et créer votre propre emploi. Mais puisque tout travail mérite salaire, vous allez vous poser très rapidement la question du revenu. Ce sera même le point déterminant de votre activité. Quel revenu souhaitez-vous générer ? Quelles sont les charges à prendre en compte ? À combien s’élèvent-elles et à quoi correspondent-elles ? On vous explique.

Le Taux Journalier Moyen

Dans le jargon, on parle de TJM. Concrètement, c’est le montant que vous allez facturer à vos clients pour la réalisation des prestations. Autrement dit ? C’est ce qui va générer votre chiffre d’affaires. Ce n’est malheureusement pas ce que vous empochez à la fin du mois. À cela, il faut en effet déduire un ensemble de cotisations et de taxes, qui dépendent du statut freelance pour lequel vous avez opté.  

Les charges et taxes à prendre en compte

Si vous avez choisi d'exercer en SASU en en micro-entreprise, vous devrez vous acquiter de charges spécifiques tous les mois ou trimestres, selon le rythme que vous aurez choisi. Elles s’élèvent en moyenne à hauteur de 22% pour une activité de prestation de services (ce qui correspond par ailleurs à la grande majorité des profils en portage salarial)

Petit exemple, sur une base de 130 jours travaillés sur l’année et avec un TJM de 480€.

  • 130 * 480 € = 62 400 € de chiffres d’affaires TTC encaissés 

  • 62 400€ - 10 400 € de TVA (en SASU uniquement : votre entreprise prélève la TVA et la reverse à l’État) = 52 000€

  • 52 000€ x 0,22 (charges sociales 22%) et 52 000€ x 0,022 (impôt sur le revenu 2,2%  en versement forfaitaire libératoire) = 39 400€

Ces 39 400€ correspondent donc à ce que vous recevez réellement sur votre compte en tant qu'entrepreneur. À savoir que ce montant lui sert aussi à financer ses dépenses professionnelles, et l’ensemble des frais annexes (mutuelles, location de bureaux). Par ailleurs, en tant que freelance il est important de prévoir la constitution d’une épargne de secours. Celle-ci va pouvoir permettre de réagir en cas de coup dur, ou de besoin d’avance de trésorerie. Il est également important de prendre en compte l’aspect vacances, et donc de prévoir un revenu supplémentaire afin de pouvoir tout de même bénéficier de jours de repos. Pour résumer, on estime que le revenu réel correspond à environ 50% du revenu généré.

Il est donc primordial de bien travailler sur votre business model et sur votre offre de service afin de tirer un chiffre d'affaires, et par extension un revenu, satisfaisant. Il faut notamment être vigilant au fait que votre futur revenu soit en ligne avec le niveau de vie auquel vous aspirez, et vous permette de mener à bien vos projets personnels (comme l'acquisition de votre domicile).

En portage salarial, vous n'avez pas de société, mais il faudra tout de même vous acquitter des cotisations patronales et salariales, comme pour un salarié classique. L'avantage de ce statut est que la société de portage se chargera de gérer la partie administrative, comptable et financière de votre activité. L'idée est que vous puissiez vous concentrer à 100% sur vos missions.

Les 4 éléments à garder en tête en tant que freelance

  • Des revenus diversifiés : Être freelance, c’est avant tout choisir les missions qui vous conviennent. Il est donc tout à fait possible de sélectionner des missions différentes, certaines mieux payées que d’autres, afin de pouvoir trouver le bon juste milieu, de diversifier les revenus, et d’obtenir le TJM moyen souhaité.

  • Un coût facilement négociable : Gardez à l’esprit que le prix que vous facturez à l’entreprise peut être légèrement plus important que pour un salarié classique. La raison ? Elle paye simplement les frais liés à la mission et n’a pas à investir tous les coûts liés au salariat (charges sociales, bureaux, CE, mutuelle). C’est donc justifié de fixer un tarif légèrement au-dessus. 

  • Un travail récompensé : Contrairement au salariat, en freelance, plus vous travaillez, plus vous gagnez de l’argent. Oui, votre revenu sera bel et bien dépendant de votre productivité. À vous de choisir la charge de travail, et d’ajuster également selon vos besoins en termes de revenu. 

  • Un revenu défini par vos soins : Vous êtes 100% libre de définir vos tarifs. Ces derniers doivent bien entendu être cohérents par rapport au marché, mais vous décidez de votre propre TJM. Ce dernier peut par ailleurs varier du simple au double pour une même mission. Tout dépend du service, de vos compétences et de la qualité du travail proposé.

Les 5 secteurs qui rapportent le plus en étant freelance

Petit tour d’horizon des métiers qui payent le mieux aujourd’hui en freelance. La liste n’est pas exhaustive et varie largement selon le nombre d’années d’expérience et le profil, mais cela donne un ordre d’idées. Nous nous sommes basés sur les informations proposées par le baromètre Malt, réalisé grâce aux données de plus de 150 000 profils analysés. Au global, on distingue 5 grands cœurs de métiers. Sans surprise, les métiers du web et techniques se démarquent nettement. Les entreprises clients se les arrachent :

  • Chefs de projets et coach agiles : Ils représentent plus de 17% des profils freelances et le tarif moyen affiché est de 666€. On distingue 4 grands profils (coach agile 746€, product manager 679€, scrum master 675€, chef de projet 642€).

  • Administrateur système et sécurité : Ce secteur représente 28% des profils de freelance à ce jour. Le TJM moyen est autour de 540€ et on retrouve des profils très variés (expert en cybersécurité à 694€, administrateur système et réseau 556€, administrateur base de données 549€). 

  • Développeur : C’est le métier pour lequel il y a le plus de demandes aujourd’hui, où les profils sont les plus recherchés et donc où les tarifs proposés sont les plus élevés. Cela représente plus de 28% des profils recensés et un TJM moyen de 539€. Voici quelques exemples de TJM dans ce domaine : consultant en informatique (800€), développeur back end (529€), développeur mobile (515€), développeur front end (504€), webmaster (443€).

  • Le marketing: Cela représente environ 10% des profils de freelance aujourd’hui et le TJM moyen affiché est de 582€. On retrouve alors 4 grands profils (consultant marketing 595€, consultant analytics 535€, consultant webmarketing 514€, consultant SEO 487€).

  • La création de contenu : Cela comprend l’ensemble des profils avec une dimension plus artistique, axée autour de la création. Le tarif est en moyenne de 396€, avec des profils très variés (UX designer 455€, webdesigner 396€, graphiste 376€, directeur artistique 376€, illustrateur 373€).

Voilà, vous savez (presque) tout ! Vous souhaitez accroître votre revenu alors que votre activité est déjà saturée ? Plusieurs options. Élargir votre champ d’action (et vous positionner sur des missions avec un TJM plus élevé), signer des contrats avec de plus gros clients (qui auront davantage de moyens), faire évoluer vos tarifs, revoir la diversité de votre portefeuille (et ne développer que les prestations les mieux rémunérées). 

Vous avez d’autres astuces ? Partagez-les nous, nous serons ravis de les relayer auprès de la communauté Embarq.


Crédit photo : Freepik - wayhomestudio

Romain avatar

Écrit par Romain

Publié le 18/11/2021

Découvrez d’autres articles de la même catégorie :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter