Quel statut professionnel pour exercer en freelance ?

Businessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Dans un monde professionnel en constante évolution, de plus en plus de personnes choisissent de se tourner vers le travail en freelance pour la flexibilité et l'autonomie qu'il offre. Cependant, une des premières questions que se pose un futur freelance concerne le statut juridique à adopter. Que ce soit pour des raisons fiscales, sociales ou administratives, le choix du statut est crucial pour démarrer son activité dans les meilleures conditions. Cet article explore les différents statuts possibles pour travailler en freelance, en détaillant leurs avantages et inconvénients respectifs.

Le statut de micro-entrepreneur

De plus en plus de professionnels se tournent vers le freelancing pour la flexibilité et l'autonomie qu'il offre. Toutefois, le choix du statut juridique pour exercer en freelance est une décision cruciale qui peut influencer la gestion administrative, fiscale et sociale de son activité. Parmi les différents statuts disponibles, celui de micro-entrepreneur se distingue par sa simplicité et ses avantages fiscaux. Cet article se propose de détailler ce statut, ses avantages et ses inconvénients.

Définition et cadre légal

Qu'est-ce que la micro-entreprise ?

La micro-entreprise est un régime simplifié de l’entreprise individuelle, destiné aux entrepreneurs souhaitant bénéficier de démarches administratives et fiscales allégées. Introduit en France en 2008 sous le nom d'auto-entrepreneur, il a été rebaptisé micro-entreprise en 2016. Ce régime permet de lancer une activité commerciale, artisanale ou libérale sans lourdeur administrative et avec des charges sociales proportionnelles au chiffre d'affaires.

Conditions pour en bénéficier

Pour bénéficier du statut de micro-entrepreneur, il faut respecter certains seuils de chiffre d'affaires annuels. En 2023, les plafonds sont fixés à 188 700 euros pour les activités de vente de marchandises et à 77 700 euros pour les prestations de services et les professions libérales. De plus, l'entrepreneur doit s'inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Répertoire des Métiers (RM) selon la nature de son activité.

Avantages

Simplicité des démarches administratives

La simplicité est l'un des principaux attraits du statut de micro-entrepreneur. Les démarches pour créer une micro-entreprise sont rapides et peu coûteuses, souvent limitées à une déclaration en ligne. La gestion quotidienne est également simplifiée : les obligations comptables se résument à la tenue d'un livre des recettes et, le cas échéant, d'un registre des achats.

Régime fiscal avantageux

Le régime fiscal de la micro-entreprise est particulièrement attractif pour les entrepreneurs débutants. Les impôts sont calculés sur le chiffre d'affaires avec des abattements forfaitaires pour frais professionnels (71 % pour les ventes, 50 % pour les prestations de services commerciales et 34 % pour les activités libérales). De plus, le prélèvement libératoire de l'impôt sur le revenu permet de régler ses impôts en même temps que les cotisations sociales, simplifiant ainsi la gestion fiscale.

Charges sociales réduites

Les cotisations sociales des micro-entrepreneurs sont proportionnelles au chiffre d'affaires réalisé, sans cotisations minimales en l'absence de revenus. Ce système permet une flexibilité financière et une adaptation des charges en fonction de l'activité réelle, ce qui est particulièrement bénéfique pour les débuts ou en cas de fluctuations d'activité.

Inconvénients

Plafonds de chiffre d'affaires

Le principal inconvénient du statut de micro-entrepreneur réside dans les plafonds de chiffre d'affaires. Dépasser ces seuils entraîne une sortie automatique du régime simplifié et une transition vers un statut d'entreprise individuelle classique, avec des obligations comptables et fiscales plus complexes. Cela peut freiner la croissance des activités à fort potentiel.

Limitation des charges déductibles

Contrairement aux autres statuts juridiques, le micro-entrepreneur ne peut pas déduire ses frais réels de son chiffre d'affaires. L'abattement forfaitaire peut ne pas couvrir l'ensemble des dépenses réelles, surtout dans les activités nécessitant des investissements significatifs. Cette limitation peut impacter la rentabilité de l'entreprise.

Pas de possibilité de déduire la TVA

Les micro-entrepreneurs sont en franchise de TVA, ce qui signifie qu'ils ne facturent pas la TVA à leurs clients et ne peuvent pas récupérer la TVA sur leurs achats. Si cette situation simplifie les démarches administratives, elle peut aussi représenter un désavantage compétitif par rapport aux entreprises qui peuvent récupérer cette taxe, notamment pour celles qui ont des dépenses importantes en matériel ou services soumis à la TVA.

Ainsi, le statut de micro-entrepreneur offre une porte d'entrée accessible et flexible dans le monde du freelancing. Ses avantages en termes de simplicité administrative et de charges sociales proportionnelles sont contrebalancés par des limitations de chiffre d'affaires et l'impossibilité de déduire certaines charges. Pour les freelances en début de carrière ou ceux cherchant une structure légère, se demander quel est le statut micro-entrepreneur représente une option attrayante. Toutefois, pour ceux ayant des ambitions de croissance ou des dépenses importantes, il peut être judicieux d'envisager d'autres statuts juridiques.

L'entreprise individuelle (EI)

Pour travailler en freelance, le choix du statut juridique est une décision cruciale qui peut avoir un impact significatif sur la gestion de votre activité, vos obligations fiscales et votre protection sociale. Parmi les différents statuts disponibles, l'entreprise individuelle (EI) représente une option intéressante pour ceux qui recherchent une plus grande liberté de gestion par rapport au statut de micro-entrepreneur. Cet article explore les caractéristiques, avantages et inconvénients de l'entreprise individuelle.

Définition et cadre légal

Présentation de l'EI

L'entreprise individuelle (EI) est une forme juridique simple permettant à une personne physique d'exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale. Elle se distingue par l'absence de personnalité juridique distincte de celle de l'entrepreneur. En d'autres termes, il n'y a pas de distinction entre le patrimoine de l'entreprise et celui de l'entrepreneur, ce qui signifie que ce dernier est responsable sur l'ensemble de ses biens personnels.

Distinction avec la micro-entreprise

La principale distinction entre l'entreprise individuelle et la micro-entreprise réside dans le régime fiscal et social. Tandis que la micro-entreprise bénéficie d'un régime simplifié avec des seuils de chiffre d'affaires, l'entreprise individuelle n'a pas de plafonds de chiffre d'affaires et permet une gestion plus détaillée des charges. De plus, l'EI permet de choisir entre le régime réel d'imposition et le régime de la déclaration contrôlée, offrant ainsi plus de flexibilité dans la gestion fiscale.

Avantages

Liberté de déduction des charges

Un des avantages majeurs de l'entreprise individuelle est la possibilité de déduire l'ensemble des charges réelles liées à l'activité professionnelle. Contrairement à la micro-entreprise, où les abattements sont forfaitaires, l'EI permet de réduire le bénéfice imposable en déduisant les dépenses effectivement engagées (loyer, matériel, déplacements, etc.). Cette flexibilité peut être particulièrement avantageuse pour les activités nécessitant des investissements importants.

Pas de plafonds de chiffre d'affaires

L'entreprise individuelle ne souffre d'aucune limitation de chiffre d'affaires. Cette absence de plafond permet aux entrepreneurs de développer leur activité sans se soucier de dépasser un seuil critique qui nécessiterait un changement de statut. Cela offre une plus grande liberté de croissance et de développement pour les freelances ambitieux.

Inconvénients

Responsabilité illimitée sur les biens personnels

L'un des principaux inconvénients de l'entreprise individuelle est la responsabilité illimitée. En cas de difficultés financières ou de dettes, l'entrepreneur risque de voir ses biens personnels engagés pour rembourser les créanciers. Pour limiter ce risque, il est possible d'opter pour l'Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL), qui permet de séparer le patrimoine personnel du patrimoine professionnel, mais cela nécessite des démarches supplémentaires.

Formalités administratives plus lourdes

Par rapport à la micro-entreprise, l'entreprise individuelle nécessite des formalités administratives plus complexes et une comptabilité plus rigoureuse. L'entrepreneur doit tenir une comptabilité régulière et établir des comptes annuels, ce qui peut représenter une charge de travail supplémentaire. De plus, les déclarations fiscales et sociales sont plus détaillées, impliquant parfois le recours à un expert-comptable pour s'assurer de la conformité des obligations.

En conclusion, l'entreprise individuelle offre une plus grande liberté de gestion et de déduction des charges, ainsi qu'une absence de plafonds de chiffre d'affaires, ce qui peut être avantageux pour les freelances en phase de croissance. Cependant, la responsabilité illimitée et les formalités administratives plus lourdes représentent des défis à prendre en compte avant de choisir ce statut.

La société unipersonnelle (EURL et SASU)

Lorsqu'on envisage de travailler en freelance, le choix du statut juridique est une étape déterminante. Parmi les options disponibles, créer une entreprise sous le statut de SASU offre une structure plus formelle et professionnelle, avec des avantages significatifs en termes de responsabilité et de fiscalité. Cet article examine les caractéristiques des deux principales formes de sociétés unipersonnelles en France : l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) et la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU).

Définition et cadre légal

Présentation de l'EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée)

L'EURL est une variante de la SARL (Société à Responsabilité Limitée) qui permet à un seul associé de créer une société. Créer une entreprise sous le statut d'EURL offre une séparation juridique entre le patrimoine personnel et le patrimoine professionnel, limitant ainsi la responsabilité de l'associé unique aux apports effectués dans la société. L'EURL est soumise à l'impôt sur le revenu (IR) par défaut, mais peut opter pour l'impôt sur les sociétés (IS) si cela est plus avantageux.

Présentation de la SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle)

La SASU est une déclinaison de la SAS (Société par Actions Simplifiée) permettant à un seul associé de créer une société. Elle se caractérise par une grande flexibilité statutaire et une responsabilité limitée aux apports. Contrairement à l'EURL, la SASU est soumise par défaut à l'impôt sur les sociétés (IS), mais peut, sous certaines conditions, opter pour l'impôt sur le revenu (IR) durant les cinq premières années d'activité. La SASU est appréciée pour sa souplesse dans la gestion et les formalités internes.

Avantages

Responsabilité limitée aux apports

L'un des principaux avantages de l'EURL et de la SASU est la limitation de la responsabilité aux apports effectués dans la société. En cas de difficultés financières, les biens personnels de l'associé unique sont protégés, ce qui constitue une sécurité importante pour l'entrepreneur.

Possibilité de se verser des dividendes

Ces structures permettent à l'associé unique de se verser des dividendes en plus de son salaire. Les dividendes sont généralement soumis à une fiscalité plus favorable que les salaires, ce qui peut permettre d'optimiser les revenus de l'entrepreneur. Cette possibilité offre une flexibilité supplémentaire dans la gestion des rémunérations.

Image plus professionnelle

Opter pour une société unipersonnelle confère souvent une image plus professionnelle et sérieuse aux yeux des partenaires commerciaux et des clients. La structure juridique formelle rassure sur la pérennité et le sérieux de l'activité, ce qui peut faciliter la conclusion de contrats et l'accès à certains marchés.

Inconvénients

Formalités de création et de gestion plus complexes

La création et la gestion d'une EURL ou d'une SASU sont plus complexes que celles d'une micro-entreprise ou d'une entreprise individuelle. Elles nécessitent la rédaction de statuts, l'immatriculation au registre du commerce et des sociétés, et des obligations comptables strictes. Cette complexité administrative peut représenter un frein pour certains entrepreneurs.

Coûts administratifs plus élevés

Les coûts liés à la création et à la gestion d'une société unipersonnelle sont également plus élevés. Ils incluent les frais d'immatriculation, les honoraires de rédaction des statuts, et souvent le recours à un expert-comptable pour la tenue des comptes et l'établissement des bilans annuels. Ces coûts peuvent peser sur les finances de l'entrepreneur, surtout en phase de démarrage.

Cependant, l'EURL et la SASU offrent des avantages significatifs en termes de responsabilité limitée et d'image professionnelle, tout en permettant une gestion flexible des rémunérations. Cependant, les formalités complexes et les coûts administratifs plus élevés sont des aspects à considérer avant de choisir ce statut. Pour ceux qui recherchent une structure solide et une protection de leur patrimoine personnel, ces formes de sociétés unipersonnelles représentent une option judicieuse à explorer.

Le portage salarial

Le choix du statut juridique est une décision clé pour tout freelance. Parmi les options disponibles, le portage salarial offre une alternative intéressante, combinant les avantages du travail indépendant avec ceux du salariat. Cet article explore le cadre légal, les avantages et les inconvénients du portage salarial pour aider les freelances à faire un choix éclairé.

Définition et cadre légal

Qu'est-ce que le portage salarial ?

Le portage salarial est un dispositif permettant à un professionnel de travailler en freelance tout en bénéficiant du statut de salarié. Il repose sur une relation tripartite entre le freelance (appelé salarié porté), l'entreprise cliente et la société de portage salarial. Cette dernière embauche le freelance en CDI ou CDD et facture les prestations réalisées auprès des clients.

Fonctionnement du portage salarial

Le freelance signe un contrat de travail avec la société de portage salarial, qui devient son employeur. Cette société gère toutes les formalités administratives, les facturations et les encaissements. Le freelance se concentre sur son activité et facture ses prestations à ses clients via la société de portage. En échange, la société de portage prélève des frais de gestion sur le chiffre d'affaires réalisé. Le freelance perçoit un salaire net après déduction des charges sociales et des frais de gestion.

Avantages

Protection sociale du salarié

L'un des principaux avantages du portage salarial est la protection sociale du salarié. Le freelance bénéficie de la couverture sociale des salariés (assurance maladie, retraite, chômage), ce qui constitue un filet de sécurité non négligeable. En cas de cessation d'activité, le salarié porté peut prétendre aux allocations chômage, un avantage absent pour les autres statuts freelances.

Simplicité administrative

Le portage salarial simplifie grandement les démarches administratives pour le freelance. La société de portage s'occupe de toutes les formalités administratives, comptables et fiscales. Cela permet au freelance de se concentrer pleinement sur son activité sans se soucier des contraintes administratives. Cette simplicité est particulièrement appréciée par ceux qui n'ont pas le temps ou les compétences pour gérer ces aspects.

Inconvénients

Frais de gestion

Le principal inconvénient du portage salarial est le coût des frais de gestion. La société de portage prélève une commission sur le chiffre d'affaires, généralement entre 5 % et 15 %. Ces frais peuvent réduire de manière significative les revenus nets du freelance par rapport à d'autres statuts juridiques où ces coûts sont inexistants.

Moindre indépendance par rapport à une entreprise individuelle

Le portage salarial implique une certaine perte d'indépendance. Le freelance reste subordonné à la société de portage pour la gestion administrative et doit respecter certaines contraintes liées au salariat. Cette moindre autonomie peut être perçue comme un frein par ceux qui recherchent une totale liberté dans leur activité professionnelle.

Ainsi, le portage salarial offre une solution hybride intéressante pour les freelances souhaitant combiner indépendance et protection sociale. La simplicité administrative et les avantages sociaux sont contrebalancés par des frais de gestion et une moindre indépendance. Il convient de peser soigneusement ces éléments pour déterminer si ce statut correspond aux besoins et aux attentes de chacun.

Conclusion

Le choix du statut pour travailler en freelance dépend de nombreux facteurs, dont la nature de l'activité, les objectifs personnels et professionnels, ainsi que la tolérance au risque et la capacité à gérer des démarches administratives. Chaque statut présente des avantages et des inconvénients qu'il convient de peser soigneusement avant de se lancer. Quelle que soit l'option choisie, il est recommandé de se faire accompagner par un professionnel, comme un expert-comptable, pour s'assurer de prendre la meilleure décision en fonction de sa situation personnelle. Travailler en freelance peut être une aventure passionnante et enrichissante, à condition d'avoir bien préparé son terrain juridique et administratif. 

Découvrez aussi :

21/6/2024

Congés payés et arrêt maladie : Tout ce que vous devez savoir pour bien calculer

Découvrez comment les congés payés sont calculés pendant un arrêt maladie. Informez-vous sur les règles et exceptions pour protéger vos droits.

Lire l'article
21/6/2024

Réaliser un prévisionnel financier pour une nouvelle entreprise

Découvrez comment réaliser un prévisionnel financier efficace pour la création de votre entreprise et assurez-vous une gestion optimale de vos ressources et de votre rentabilité.

Lire l'article
20/6/2024

Devenir un expert en accompagnement entrepreneurial : quel chemin suivre ?

Découvrez les étapes essentielles pour devenir conseiller en création d'entreprise et réussir dans ce domaine passionnant de l'entrepreneuriat.

Lire l'article
20/6/2024

Quelles démarches pour bénéficier du chômage lors de la création d'une entreprise ?

Découvrez comment bénéficier des allocations chômage tout en créant votre entreprise grâce aux démarches administratives et dispositifs comme l'ACCRE.

Lire l'article
19/6/2024

Quelles étapes pour élaborer un budget prévisionnel lors de la création d'une entreprise ?

Apprenez à créer un budget prévisionnel pour votre entreprise. Suivez nos conseils pour planifier efficacement vos finances et réussir votre projet entrepreneurial.

Lire l'article
19/6/2024

Méthodologie pour rédiger un plan de création d'entreprise

Découvrez une méthodologie efficace pour rédiger un plan de création d'entreprise, étape par étape, afin de lancer votre projet entrepreneurial avec succès.

Lire l'article
Simuler mon revenu