Pourquoi de plus en plus d'ingénieurs exercent leur métier en freelance ?

Businessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

Alors que le monde du travail connaît une véritable révolution avec le télétravail et le concept de nomade digitale, le corps de métier des ingénieurs finit lui aussi par être impacté. Si, au départ, les freelances étaient plutôt des profils de codeurs, de designers graphiques, d’auteurs ou de traducteurs, désormais ce n’est plus seulement le cas et de plus en plus de sociétés dans le besoin font appel aux indépendants, y compris pour des tâches qui relèvent d’une qualification et de compétences d’ingénieur. C’est précisément ce que nous allons voir aujourd’hui au fil de ce contenu, que nous vous promettons très clair, mais aussi relativement dense !

Avant de plonger dans le grand bain et d’aller nager en des eaux où nous n’avons pas pied, le mieux sera de commencer par définir ce dont il est question lorsque l’on parle d’un ingénieur freelance, ne serait-ce que pour ne pas mettre la charrue avant les bœufs, si l’on peut dire.

Le terme « freelance » est un mot provenant de l’anglais qui désigne tout simplement un travailleur indépendant. La principale différence entre un travailleur indépendant et un salarié tient en ce ci qu’il n’y a pas de lien de subordination entre le travailleur indépendant et la société pour laquelle il travaille. En outre, le freelance est tout à fait en droit de travailler pour plusieurs sociétés à la fois, pour peu qu’aucun des contrats signés ne stipule expressément le contraire. Par extension, et pour faire à la fois simple et court, un ingénieur freelance est donc un ingénieur qui a choisi d’embrasser la voie d’un indépendant. En deux mots, il travaille à son compte et non pas pour une entreprise, et il ne bénéficie donc pas d’un salaire fixe qui tombe tous les mois et de tout le cadre classique d’une entreprise ; il est son propre patron.

Au fil de ce contenu qui se concentre spécifiquement sur la catégorie des Ingénieurs indépendants, nous allons dans un premier temps tâcher d’expliquer les raisons qui pourraient vous amener à choisir cette voie et nous continuerons en survolant les parcours et les cursus qui devraient vous y amener. Une fois tout cela clarifié, alors il sera temps de survoler l’ensemble du spectre des missions que vous pourriez alors avoir à remplir, en nous arrêtant aussi longuement sur les qualités qui seront nécessaires afin de parvenir à établir une activité rentable et pérenne.

Pourquoi et comment devenir Ingénieur Freelance ?

A priori, lorsque l’on pose la question à des personnes qui ont fait le choix de devenir des freelances, 8 ou 9 fois sur 10, on s’entend répondre que c’est un choix effectué afin de vivre différemment, de s’enlever quelques contraintes et de sortir du cadre extrêmement rigide de l’entreprise et du salariat traditionnels.

Une fois que l’on a dit cela, le choix de se lancer en tant que freelance, ingénieur ou non, implique de prendre un statut juridique adapté. Le choix doit alors être fait entre :

  • L’établissement individuel ;
  • Le statut d’autoentrepreneur ;
  • L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (aussi appelée EIRL) ;
  • L'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (aussi appelée EURL) ;
  • Le portage salarial.

Il va de soi que chacun de ces statuts présente ses avantages et ses inconvénients, il convient donc de bien se pencher sur ce qu’ils englobent et impliquent en amont. Pour ce faire, allez tout simplement vous renseigner auprès du site officiel du gouvernement, c’est la source la plus complète, la plus fiable et nous ne pouvons pas expliciter toutes ces fines différences dans ce contenu, sans quoi la lecture prendrait plus d’une heure.

Nous aimerions préciser que le portage salarial est un statut un peu à part, et qu’il présente de multiples avantages pour les ingénieurs, notamment le fait de pouvoir choisir le cadre de travail et d’avoir aussi un réel droit de regard sur votre emploi du temps, ou sur vos horaires.

Il faut noter à ce propos qu’en principe la société de portage salarial prend en charge de nombreuses tâches administratives qui peuvent très énergivores et chronophages (notamment de nombreuses tâches administratives ou de secrétariat, telles que les diverses déclarations, le paiement des cotisations, etc.) ; cela permet, plus globalement, de mieux se concentrer sur son métier et sur l’aspect Mission. Pour finir avec le cas un peu particulier du portage salarial, la plupart du temps, bien que ce ne soit pas systématique, les sociétés de portage mettent à votre disposition divers outils de pilotage qui vont vous permettre de suivre l’évolution du chiffre d’affaires, d'émettre rapidement des devis et des factures.

Voilà pour cette première phase, traitant du choix du statut juridique, ce qui est une bonne avancée, avant d’envisager démarrer l’activité, car il va s’agir de cela à présent.

Qui dit démarrer l’activité, dit trouver des contrats et des clients, alors tâchons de voir une méthode qui devrait vous permettre d’y parvenir dans des délais raisonnables :

  • La première chose à penser sera la création d’un beau CV efficace, et d’un portfolio qui vous met en valeur, vous, ainsi que vos compétences. Ne soyez pas naïfs, vous allez nécessairement vous retrouver en concurrence avec d’autres ingénieurs qui présentent sensiblement le même profil que vous, alors il est important de se démarquer autant que possible dès la ligne de départ, et le premier contact, qui sont le CV et le Portfolio !Ne perdez surtout pas de vue que vous êtes à priori un freelance débutant, de ce fait, vous ne bénéficiez pas de Feedbacks, d’avis ou de commentaires positifs, ni vous ne pouvez exhiber un grand nombre de projets réussis ; vous êtes dans la phase où il va falloir commencer à vous constituer un portefeuille de clients.
  • Préparez l’endroit qui va vous servir de bureau, et ne pensez pas que cette phase est à prendre à la légère… Vous avez choisi de devenir freelance justement pour pouvoir vous aménager quelques libertés par rapport à votre poste de travail et au cadre de l’entreprise, qui ne vous plaisait plus, alors profitez-en pour jouer sur ce levier, mais intelligemment ! De nombreux ingénieurs indépendants choisissent de travailler à domicile, d’autres font le choix de travailler depuis un espace de coworking, ou un « think-tank ». Ces espaces dédiés sont de véritables pouponnières à idées et à projets, ils servent souvent à étoffer son réseau et vous seriez bien inspirés de vous renseigner sur ce qui existe près de chez vous en la matière... Que ce soit à domicile ou que ce soit hors de chez vous, le plus important est de vous assurer d’avoir à portée de main tout ce dont vous avez besoin pour faire votre travail sereinement, et de vous mettre dans les meilleures conditions pour fournir un travail d’une qualité optimale.
  • Utiliser les outils mis à disposition de la communauté des freelances, en s’inscrivant sur un site ou sur plusieurs sites de freelancing. Ces derniers ont éclos en grand nombre sur la toile ces dernières années, car le marché est apparu et n’a de cesse de croître. Ils vont vous permettent d’avoir un accès rapide à de très nombreuses missions, de créer un profil qui vous ressemble et qu’il faudra bien tenir à jour afin qu’il parle pour vous ; la plupart du temps le profil contient des statistiques de complétion des contrats, de satisfaction des clients, et d’autres chiffres qui illustrent votre travail. Nous ne voulons par faire spécifiquement de publicité, car nous ne sommes pas là pour ça, si bien que nous vous laissons vous renseigner sur le sujet et trouver celles qui ont pignon sur rue. Quoi qu’il en soit, la bonne plateforme pour ingénieurs freelance, celle qui est faite pour vous, sera celle qui vous permettra de faire du marketing et votre promotion sans effort ou sans avoir l’impression de le faire ; ce sera aussi cella qui vous paraîtra la plus intuitive et la plus ergonomique, car il est important de parfaitement savoir naviguer entre toutes les options disponibles, les filtres, etc.
  • Une fois que vous avez accompli ces différentes étapes et que vous avez pu répondre à quelques offres, vous serez en relation avec des clients qui recherchent précisément les compétences que vous proposez, il s’agira alors de mettre toutes les chances de votre côté, et commencez par une politique de prix avenante (nous précisons surtout cela pour les profils de débutants, qui doivent comprendre qu’un peu de temps sera nécessaire pour se faire une place et un nom).
  • Après avoir obtenu une ou plusieurs missions, il sera temps de montrer ce dont vous êtes capable, ni plus ni moins, et pour cela, ne lésinez pas sur le temps, ni sur l’énergie, c’est décisif pour véritablement viser l'excellence qui vous vaudra des avis positifs en pagaille, et une promotion gratuite, faite par vos propres clients !!! Nous ne saurions trop vous conseiller, tout du moins dans un premier temps, de n’accepter QUE les missions que vous êtes capable de mener à bien, qui entrent pleinement dans le cadre de ce que vous savez faire et maîtrisez absolument. Dans un même ordre d’idée, n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre, comme on dit autour d’une table bien garnie… Ne vous surchargez pas de travail, ou bien vous prenez le risque de fournir un travail de qualité inférieure, ce qui va nécessairement vous nuire dès le court terme, car le client risque de ne pas revenir vers vous, et aussi de vous faire une mauvaise publicité ! Cela est si important que nous le réitérons encore et encore : fournir un travail de très haute qualité est tout simplement primordial, et cela est valable dans tous les domaines, ainsi que dans tous les secteurs d’activité. Partez du principe que la moindre mission qui est mal réalisée a un impact négatif 10 fois plus important qu’une mission réussie entraîne de positif...cela vous aidera !
  • Ayez toujours un œil sur la courbe de votre activité et ne soyez le moins possible en flux tendu par rapport à la pérennité financière de votre activité. Ceci est un fait trop souvent constaté, la plupart des freelances novices ont une petite tendance à sous-estimer la charge de travail qu’implique le statut d’indépendant ; tout du moins la charge de travail nécessaire afin de prétendre à vivre de cette activité uniquement. Il ne faut pas oublier certains aspects très chronophages sous-jacents au statut de freelance, comme par exemple tout ce qui touche à la prospection (que ce soit des clients, ou des éventuels fournisseurs...), la facturation, et pas mal de tâches administratives. Pour ce qui est des taxes et de tout cet aspect qui peut s’avérer particulièrement technique et pointu, il est possible (voire utile) de faire appel à un conseiller fiscal ou à un comptable. Cela vous fera non seulement gagner de l’énergie, mais également du temps.
  • Soignez la communication, et tâchez d’appendre de vos erreurs. Il faut parvenir à se mettre dans la tête que parvenir à se vendre est une condition sine qua none pour parvenir à conquérir de nouvelles parts de marché et de nouveaux clients. Le fait de savoir parfaitement communiquer n’est pas seulement utile afin de parvenir à décrocher des missions devant les autres freelances, cette qualité est également essentielle tout le temps que dureront les projets entrepris. Vous n'aurez pas beaucoup de temps d'intégration, mais vous devrez vous adapter rapidement.

Pour finir là-dessus, notez enfin que si vous laissez une bonne impression, il y a de fortes chances pour que les clients prolongent votre contrat (ou le renouvellent ultérieurement lorsque leur besoin sera là), dans la mesure où leur budget le leur permet. Nous avons couvert la méthode, alors pour finir cette première partie, penchons-nous sur les formations et le cursus pour devenir ingénieur indépendant. Encore une fois, il serait fastidieux et très long de recenser l’ensemble des formations précises qui devraient permettre de tenir ou d’aider à tenir un emploi d’ingénieur indépendant.

Néanmoins, comme nous ne souhaitons pas non plus vous laisser complètement dans le flou, nous avons listé pour vous certains des secteurs dans lesquels il est recommandé de suivre une formation et/ou un stage pour prétendre ensuite à travailler comme ingénieur indépendant :

  • La communication et les télécommunications ;
  • Les techniques de formalisation d’offres (dans le recrutement par exemple) ;
  • Les techniques de rédaction des documents commerciaux ou juridiques ;
  • Les techniques pour développer votre réseau et de prospection de la clientèle.

Si vous prenez le temps qu’il faut afin de vous former à tout cela, alors vous vous dotez des meilleures chances pour réussir, même si rien n’est jamais garanti. A présent, nous allons pouvoir commencer notre seconde partie, qui s’articulera autour de la nature des missions à remplir tout d’abord, puis des qualités intrinsèques que le freelance ingénieur devra avoir pour réussir.

Quelles sont ses missions et quelles qualités doit avoir l’ingénieur freelance ?

Dans nos sociétés postmodernes, de très nombreux secteurs d’activité font appel aux compétences d’un ingénieur, et c’est une des raisons pour lesquelles le statut de freelance, là encore commence à se faire une place intéressante sur le marché. L’ingénieur indépendant peut exercer dans toutes sortes de domaines d’activité, notamment le BTP, l’informatique, le génie civil, l’agroalimentaire, l’industrie, ou encore l’aéronautique, pour ne citer que ceux-là.

Par la force des choses, et c’est en tout cas dans l’intérêt des 2 parties, l’ingénieur indépendant se voit confié des missions d'ordre technique qui sont en lien avec son domaine d'expertise. Les secteurs que nous allons citer ici ne sont pas exhaustifs, mais ils représentent tout de même 85 % à 90 % de l’activité, selon les dernières études menées sur le sujet :

  • La conception de nouveaux produits ou de nouveaux services ;
  • La recherche ou le développement (au sein, ou non, d’un bureau d’étude dédié…) ;
  • Le conseil et l’expertise auprès des instances de décision de l’entreprise l’ayant contracté.

Pour ce qui est des qualités nécessaires, plus un ingénieur freelance en sera pétri, et plus il se dotera de grandes probabilités de réussite dans son entreprise, bien évidemment. Notez que bien souvent, les qualités dont il est question ne sont pas des choses que l’on peut apprendre sur les bancs de l’école, alors il s’agira de les travailler personnellement et de les cultiver dans la vie de tous les jours.

Au demeurant, il ne s’agit pas d’avoir des qualités échevelées, qui ne complètent pas, ou qui ne rentrent pas dans le cadre de celles qui pèsent véritablement, dont voici la liste :

  • La capacité d’adaptation :

L’ingénieur en freelance devra être capable de s'adapter à des environnements de travail divers (que ce soit la taille de l’entreprise, la nature de l’activité, l’entourage humain, etc.). Cela passe notamment par le fait d’être prêt à travailler plus de 8 heures par jour si tant est que le projet nécessite cet effort ponctuel.

En outre, l’ingénieur freelance devra aussi savoir résoudre toutes sortes de soucis de façon rapide, car le projet doit avancer quoiqu’il en coûte.

  • Les compétences techniques et la curiosité :

Peu importe le secteur d’activité dont il est question, l’ingénieur doit bien sûr parfaitement maîtriser un ensemble de compétences techniques ; mais comme il n’est pas salarié, il doit aussi être capable de sortir de sa zone de confort, et cela nécessite surtout d’être en veille permanente, afin de rester au top et de ne pas se faire dépasser.

  • La rigueur avant tout :

Même si cela risque de faire sourire ou grimacer certains, de notre point de vue, nous n’avons pas peur de dire qu’un ingénieur souhaitant travailler en freelance devra être encore plus rigoureux que ses homologues qui sont salariés en entreprise (il n’y a personne pour vous rattraper, pas de filet de sécurité...). Voilà pourquoi il doit être très organisé, méticuleux jusque dans les moindres détails et toujours travailler avec le souci de respecter les dates de fin du projet, qui ne sont pas extensibles ! Chaque erreur, chaque approximation de sa part peut avoir des conséquences importantes sur l’ensemble du projet, et seul lui en portera la responsabilité, et non l’équipe ou l’entreprise tout entière.

  • La culture du collectif :

Peu importe son domaine de prédilection ou même son niveau de compétences, le fait est qu’un ingénieur ne travaille jamais en solo (sauf cas très rare). Partant de cela, on comprend bien que l’ingénieur indépendant doit être en mesure de s’adapter à différentes équipes et à toutes sortes de profils d’individus et de personnalités, car il ne les choisira pas. Par extension, il faut aussi préciser qu’il doit être capable de communiquer en tenant compte de leur avis et que dans certains contextes, il sera amené à devoir travailler en suivant de nouvelles méthodes.

  • L'esprit de synthèse :

Pour finir, nous aimerions dire que l’ingénieur indépendant doit aussi être capable de se faire comprendre par tous, sans pour autant avoir à utiliser un jargon trop pointu qui pourrait exclure le public non spécialiste. Lorsqu’il échange avec un futur client, par exemple, il devra être capable de simplifier les éléments techniques pour être parfaitement intelligible.

Pour conclure :

Vous l’aurez compris à la lecture de ce contenu très dense, le statut d’ingénieur freelance possède effectivement de nombreux atouts pour lui, par rapport à la même activité qui serait exercée au sein d’une entreprise, et c’est ce qui fait son succès. Au demeurant, il serait dangereux de ne considérer que ces aspects positifs, et de ne pas voir aussi tous les efforts que le métier d’indépendants implique, ne serait-ce que pour le rapport à la clientèle, le fait de devoir démarcher soi-même, de se construire son activité et de ne pas avoir de salaire fixe, etc. Si l’on en croit les statistiques, il semblerait que les points positifs l’emportent sur les négatifs ces dernières années, car le nombre des ingénieurs freelance sur le marché n’a de cesse d’augmenter, avec une tendance à l’exponentiel ! Quel que soit votre secteur d’activité, si vous êtes ingénieur vous-même, prenez le temps d’y réfléchir quelques instants, de peser le pour et le contre, afin de savoir si vous ne seriez pas mieux sous un statut d’indépendant, après tout.

Découvrez aussi :

12/6/2024

Comment cumuler plusieurs emplois légalement et profiter des avantages multiples statuts économiques ?

Découvrez quel statut économique choisir pour cumuler plusieurs emplois et maximiser vos revenus tout en respectant les réglementations en vigueur.

Lire l'article
12/6/2024

Quels moyens pour enrichir la qualité de la formation professionnelle ?

Découvrez des stratégies efficaces et des conseils pratiques pour optimiser la qualité de la formation professionnelle, améliorer les compétences des apprenants et renforcer l'efficacité des programmes éducatifs.

Lire l'article
11/6/2024

Déclarer un employé en auto-entrepreneur : Les étapes à suivre

Découvrez les étapes essentielles pour déclarer un employé en tant qu'auto-entrepreneur et naviguer avec succès dans les formalités administratives.

Lire l'article
11/6/2024

Sur quels éléments se baser pour choisir une formation professionnelle ?

Découvrez nos conseils pratiques pour sélectionner la formation professionnelle qui correspond parfaitement à vos objectifs et besoins. Apprenez à évaluer les critères essentiels pour faire le bon choix et avancer dans votre carrière.

Lire l'article
10/6/2024

Devenir entrepreneur : Quelles études choisir pour réaliser vos rêves de business ?

Découvrez les meilleures voies éducatives pour aspirer à l'entrepreneuriat : formations académiques, alternatives, et l'importance de l'apprentissage continu.

Lire l'article
10/6/2024

Procédure de déclaration fiscale pour une formation professionnelle

Découvrez les étapes essentielles pour déclarer une formation professionnelle aux impôts. Suivez notre guide détaillé pour comprendre les démarches administratives et fiscales nécessaires à la déclaration de vos formations professionnelles. Simplifiez votre processus de déclaration grâce à nos conseils pratiques.

Lire l'article
Simuler mon revenu