Gérer une équipe de freelances : les défis et responsabilités du Chief Freelance Officer

Businessman working and writing notes in officeby JESHOOTS.COM
Détails de publication
Naviguez sur nos réseaux :

Sommaire

De nos jours, avec les nouvelles technologies et le changement de paradigme enclenché par la crise de la Covid notamment, le monde du travail connaît une évolution qui s’accélère encore et toujours plus. C’est dans ce cadre si particulier que de nouveaux postes et de nouvelles façons de travailler voient le jour, et en peu de temps s’imposent comme des métiers tout simplement indispensables. Aujourd’hui, nous allons spécifiquement nous pencher sur le rôle de Chief freelance officer, que l’on désigne souvent par le sigle CFO dans le jargon. Très peu recherché il y a encore quelques années ou même quelques mois, ce nouveau profil et ce nouveau rôle s’imposent petit à petit au sein d’entreprises toujours plus nombreuses, alors que l’activité des freelances commence à prendre son envol et gagne en envergure chaque semaine, pour ne pas dire chaque jour.

Le rôle de Chief Freelance Officer découle tout naturellement de la tendance actuelle du marché, qui se veut aller vers la multiplication des freelances, et la place de plus en plus importante qu’ils se taillent dans l’économie moderne est un fait.

Au fil de ce contenu, nous allons revenir dans le détail sur tout ce qu’il faut savoir vis-à-vis de ce métier tout neuf, qui a sans nul doute de très beaux jours devant lui, en commençant par voir quels profils de personnes pourraient effectivement correspondre et prétendre occuper ce rôle. Dans un même temps, nous survolerons aussi la trajectoire à épouser pour y accéder, en nous demandant quelles formations et quels cursus pourraient y conduire le plus naturellement, si tant est qu’il y en ait.

Une fois que nous aurons fait cela, alors nous prendrons tout le temps nécessaire pour décortiquer le rôle et le métier de CFO, car c’est un sujet relativement vaste, pour peu que l’on veuille entrer dans le détail.

A priori, le Chief Freelance Officer doit savoir et pouvoir gérer tous les aspects juridiques du travail de  freelance, il se doit donc bien connaître ce domaine d’activité sur le bout des doigts ; il peut lui-même être Freelancer, ou non, mais on considère qu’il est toujours préférable d’avoir au moins eu une expérience en la matière. A vrai dire, tout dépend des besoins de l’entreprise : pour une PME ou un grand groupe sollicitant régulièrement des externes, le fait d’embaucher un CFO en CDI aura de fait plus de sens que pour une société qui ne table son activité que sur des projets ponctuels et de courte durée… A chaque situation la réponse idéale.

D’une manière générale, on peut considérer qu’un bon chief freelance officer doit posséder des compétences plutôt polyvalentes. Mais qu’entendons-nous par là ?

Il doit être capable d’effectuer un recrutement efficace, il doit aussi avoir une certaine maîtrise en termes de droit du travail, il doit aussi maîtriser le sourcing (en ressources humaines, le sourcing est une méthode d'identification, de mobilisation et de mise en réseau structurée, avec des candidats potentiels adaptés au besoin de l’entreprise...), et en plus de cela il doit avoir de très bonnes aptitudes en management. En outre, le métier de Chief Freelance Officer requiert un sens de l’organisation extrêmement fin et poussé, à tous les étages de la société, et à tous les niveaux de l’activité. Étant donné qu’il est la passerelle majeure, le lien principal entre l’entreprise, les freelances qu’elle emploie, et les collaborateurs (qui quant à eux sont des salariés), sa gestion multitâche efficace et sereine est un atout en plus, sans lequel pérenniser l’activité risque d’être compliqué et infiniment plus difficile.

Pour finir sur ces généralités, notons que le CFO doit aussi avoir un très bon sens du relationnel, car il traite avec de très nombreux acteurs du marché et de la société ; s’il veut effectivement fidéliser les collaborateurs extérieurs, et bien c’est très simple, cela passe par une communication bien maîtrisée et pertinente.

Passons maintenant à la formation ou au cursus qui sont nécessaires, ou tout du moins conseillés, afin de devenir CFO. Nous avons affaire à un métier tout à fait nouveau, qui n’est apparu qu’avec l’avènement de la génération Y, et en réponse à la révolution du monde du travail que ces dernières années ont connue et causée. Voilà sans doute la principale raison faisant que le métier de CFO ne dispose pas encore de formation spécifique qui y est dédiée et qui y aboutit. Néanmoins, il faut savoir que d’autres parcours permettent d’acquérir l’ensemble des compétences requises pour occuper ce type de poste, ou tout au moins de se doter de suffisamment de cordes à son arc pour oser se lancer sans frémir.

Nous pouvons notamment citer le Master en management de projet numérique ou encore le Master en management de la communication numérique. De notre point de vue, s’il n’existe effectivement pas de formation pour devenir chief freelance officer, le fait d’avoir été soi-même un freelance auparavant dans sa carrière, s’avère un atout majeur pour une meilleure compréhension du métier et des attentes de chacune des 2 parties, que ce soient les freelances ou les sociétés clientes ou partenaires.

Après avoir rappelé l’ensemble de ces informations, plutôt génériques, mais absolument névralgiques, nous allons pouvoir revenir en détail sur tous les points cruciaux qui définissent et circonscrivent l’activité du CFO à proprement parler. Même si certaines informations viendront en échos par rapport à ce que nous avons déjà expliqué, nous allons creuser plus profond et entrer dans le détail lorsque cela s’avérera nécessaire.

Le métier de Chief Freelance Officer, et les tâches qui lui incombent

Le CFO est tout simplement chargé de gérer les freelances qui travaillent le temps d’une mission ou d’une période donnée au sein de son entreprise (sauf s’il est lui-même indépendant, ce qui est tout à fait possible et commun).

C’est un métier tout neuf, comme nous l’avons déjà souligné, dont l’avènement est rendu possible par l’explosion du numérique et par l’augmentation exponentielle des prestations assurées par des indépendants de divers secteurs d’activité, que ce soient des linguistes, des traducteurs, des infographistes, des développeurs et codeurs, des rédacteurs web, des modélistes 3 D, des correcteurs, ou encore des community managers, pour ne citer que ces métiers. Tous ces métiers du numérique sont le plus souvent sollicités de manière ponctuelle et ne passent pas par le schéma de recrutement classique que l’on connaît lorsque l’on est un salarié « standard ».

Le CFO est donc là pour « driver » les indépendants qui collaborent avec son entreprise, et à priori, c’est un métier qui devrait se développer considérablement dans les prochaines années, si l’on en croit la tendance.

Le Chief Freelance Officer s’occupe du recrutement des freelances en fonction des besoins du moment et à venir de l’entreprise. En fonction de la situation, le Chief Freelance Officer peut tout à fait avoir l’entière responsabilité du processus de recrutement (de A à Z), ou bien travailler en étroite collaboration avec le service des RH, s’agissant tout d’abord de la rédaction de l’offre, puis du sourcing, de la première sélection des candidatures, puis de la sélection finale, au crible des entretiens.

Nous l’avons déjà précisé un peu plus tôt, mais il est  primordial de bien comprendre qu’un Chief Freelance Officer peut tout à fait être directement salarié par l’entreprise, ou bien d’un cabinet de conseils externe. Selon les besoins de l’entreprise, et après que la sélection des freelances est terminée, le CFO devient alors le POC (pour Point Of Contact…), ou l’interlocuteur privilégié des nouvelles recrues, et c’est alors à lui de déployer puis de piloter l’intégralité du “Pool”.

Par ailleurs, c’est également au Chief Freelance Officer que revient la mission de présenter aux freelances le pourquoi de leur engagement, et les objectifs de leurs prestations : quelles sont la nature et la durée de la mission ? Quels sont les objectifs de la mission ? Quels niveaux de rémunérations sont prévus ?

Une fois la mission entamée, le CFO aura pour rôle d’accompagner les freelances pendant tout le temps que durera leur travail ; il sera là pour aider, et pour faciliter les échanges, pour répondre à leurs interrogations, à leurs doutes, mais pas seulement… En effet, outre l’aspect d’accompagnement, le CFO a aussi pour mission d’évaluer le travail effectué, de le valider ou non, de demander des améliorations ou des corrections, de réceptionner et de vérifier les factures des freelances avant de les transmettre au service de la comptabilité, etc. 

Si le poste de CFO semble rencontrer un tel succès et avoir un si bel avenir, c’est parce que la gestion d’un freelance est sensiblement différente de celle d’un salarié, sans quoi le métier n’aurait tout simplement aucune raison d’exister.

Pour bien illustrer cela, soulignons que l’indépendant moyen n’a pas la même approche du travail que le salarié lambda : pour commencer, à priori il n’intervient que ponctuellement, et il n’est donc pas imprégné de la culture de l’entreprise, ou tout du moins, pas aussi profondément. Peut-être que cela est clair pour tout le monde, toutefois nous préférons le rappeler : il n’est pas nécessaire pour le CFO de rencontrer physiquement les freelances qu’il va contracter, c’est d’ailleurs l’un des avantages de ce type de statut. 

Un Chief Freelance Officer peut donc gérer des indépendants qu’il n’a jamais eus physiquement en face de lui, et c’est même une situation qui est très répandue avec l’explosion du nombre de nomades numériques… Les entretiens se font par téléphone ou bien en visioconférence, et ne pensez pas que cette méthode est forcément moins bonne, car au final, les résultats prouvent le contraire ! 

Une fois qu’un “Pool” de freelances est constitué en perspective de répondre à un besoin et de remplir une mission bien précise au sein de telle ou telle entreprise, le CFO en assure la gestion, et d’une certaine manière, pour préparer l‘avenir, il est toujours intéressant de savoir fidéliser les meilleurs éléments. En effet, cela pourra toujours servir, et dites-vous bien que le fait d’étayer son réseau professionnel n’est JAMAIS une perte de temps ni d’énergie, bien au contraire !

Voilà pourquoi il faut avoir des compétences, non seulement en management et en gestion de projet, mais aussi, idéalement tout du moins, dans le ou les domaines techniques pour lequel les freelances ont été sollicités. Une fois que l’on a ben compris cela, il s’avère effectivement que la polyvalence est primordiale pour devenir un bon CFO, mais elle ne suffit pas. Cette dernière doit aussi être doublée, triplée, quadruplée, décuplée, de nombreuses autres qualités, et c’est précisément ce sur quoi nous allons nous pencher, maintenant que nous avons couvert son domaine d’activité.

Les qualités nécessaires pour faire un bon Chief Freelance Officer

Pour peu que nous ayons été clairs dans notre propos, alors vous aurez déjà compris que le CFO est un intermédiaire dont la mission commence par l’élaboration du besoin de l’entreprise, afin de parfaitement cerner les profils qui devront être recrutés.

Dans la réalité, la mission du CFO ne s’arrête jamais vraiment si l’on peut dire, dans la mesure où, en plus du travail à fournir par son “Pool” de Freelancers (et comme nous l’avons aussi déjà dit un peu plus tôt), il devra aussi avoir en tête de fidéliser les meilleurs talents d’entre ces derniers ; un excellent CFO ne se limite pas au travail bien fait à court terme, ni même à moyen terme, il voit non seulement les choses en grand, mais aussi le plus loin possible !

Si, comme nous l’avons dit en entame de contenu, il n’y a pas de formations, de diplômes ou de parcours types afin de devenir CFO, il convient toutefois de noter que certains prérequis, certaines qualités, vous aideront grandement à être efficace dans votre poste. Afin de vous éviter de devoir réfléchir à ce sujet, et comme nous vous l’avions promis, nous en avons tout simplement dressé la liste, que voici :

  • L’aisance relationnelle : que ce soit à l’oral ou à l’écrit, le fait de bien savoir communiquer, et de se sentir à l’aise ne peut que favoriser des interactions positives. Le CFO doit être capable d’aller à l’essentiel, de synthétiser, de se faire comprendre aisément. La fonction amène souvent à fréquenter de nombreux interlocuteurs (que ce soit les freelances, le service des RH, celui des achats…), ce qui implique une capacité d’adaptation importante en fonction de l’interlocuteur et de grandes qualités de pédagogue.
  • Un grand sens de l’organisation : certes cette qualité est essentielle pour occuper un très grand nombre de postes et de métiers différents, sachez cependant que lorsque vous avez à gérer un “Pool” (une équipe) de 5, 10, 50, voire plus de 100 ou 150 freelances au sein d’une entreprise, l’organisation sera une condition sine qua non sans laquelle de très nombreux soucis peuvent émerger à bien des niveaux (production, facturation, etc.). 
  • Une grande flexibilité : le Chief Freelance Officer doit pouvoir travailler de façon rapide, dans divers domaines et sans se précipiter. Il doit être capable de canaliser les énergies de son équipe et de s’adapter à toutes sortes de situations et de personnalités. Cela rejoint aussi le fait qu’un CFO de qualité aura aussi la capacité de savoir être multi-tâches !
  • Un bon équilibre émotionnel : le CFO sera amené à défendre à la fois les intérêts de l’entreprise et ceux des freelances qu’il a intégrés, c’est donc un poste qui nécessite de posséder beaucoup d’intelligence émotionnelle pour toujours garder la tête froide, de savoir négocier et trouver les bons compromis.

En résumé, le Chief Freelance Officer est une personne qui doit être capable de jouer sur plusieurs tableaux à la fois (pour ne pas dire “tous”) et de répondre aux attentes des deux parties (les freelances et l’entreprise) avec le même brio.

Pour conclure

Voilà notre contenu terminé, et vous savez désormais à peu près tout ce qu’il faut savoir du rôle de Chief Freelance Officer. Vous avez compris que ce travail nécessite de grandes qualités managériales, qu’il faut savoir organiser son travail et celui des autres, coordonner le projet et les équipes, prendre des décisions, être à l’écoute, savoir synthétiser et se faire comprendre dans les moindres détails. Le CFO idéal est une personne qui est passionnée par l’univers du numérique et qui possède par ailleurs une grande culture générale dans ce domaine, c’est en tout cas un plus qui fait toute la différence, croyez-nous sur parole ! Capable de gérer son propre stress, tout en canalisant celui des autres, il représente à la fois une sorte de charnière permettant d’articuler différentes forces de l’entreprise, et le lubrifiant qui permettra de voir cette charnière fonctionner sans grincement et de manière optimale. Pour ce qui est du salaire du Chief Freelance Officer, ce dernier varie en fonction des missions qui lui seront proposées ou imposées tout comme de son expérience, mais il est bien évident que plus l’entreprise sollicite un « Pool » de freelances important, plus le volume de travail pour le Chief Freelance Officer sera conséquent, et par voie de conséquence, plus sa rétribution et son salaire seront alors importants. Nous vous invitons à consulter les forums et autres sites dédiés qui traitent de ce nouveau métier, vous y trouverez des centaines de témoignages qui vous donneront de précieuses informations et éléments afin de vous faire une idée plus précise sur le fait de savoir si vous êtes, ou non, fait pour devenir une pointure parmi la communauté de CFO !

Découvrez aussi :

5/3/2024

Déclaration des revenus BNC en tant qu'auto-entrepreneur : Guide complet pour éviter les pièges fiscaux

Découvrez les étapes essentielles et astuces pratiques sur la déclaration des revenus BNC en tant qu'auto-entrepreneur

Lire l'article
5/3/2024

Guide ultime pour lancer votre micro-entreprise de nettoyage

Découvrez les étapes clés pour ouvrir une micro-entreprise de nettoyage et réussir dans ce secteur en pleine croissance

Lire l'article
4/3/2024

Tarification en auto-entrepreneur : Trouvez le juste prix pour vos services

Apprenez dans ce guide comment déterminer le juste prix pour vos services en tant qu'auto-entrepreneur et maximisez votre rentabilité dès maintenant

Lire l'article
4/3/2024

Concrétiser vos projets immobiliers : Guide ultime pour obtenir un crédit immobilier en tant qu'auto-entrepreneur

Découvrez dans cet article les étapes clés, conseils financiers et astuces pour obtenir un crédit immobilier en tant qu'auto-entrepreneur

Lire l'article
1/3/2024

Les meilleurs logiciels gratuits pour les auto-entrepreneurs

Découvrez les meilleurs logiciels gratuits pour les auto-entrepreneurs : gestion financière, productivité, marketing et bien plus encore !

Lire l'article
1/3/2024

Comment déterminer si vous êtes un auto-entrepreneur en BIC ou BNC ?

Découvrez comment déterminer votre statut BIC ou BNC en tant qu'auto-entrepreneur pour optimiser vos obligations fiscales et assurer une gestion financière efficace

Lire l'article
Simuler mon revenu