Facebook Pixel

Portage salarial ou SASU : quel statut est le mieux adapté à votre projet d’activité ?

Antoine avatar

Écrit par Antoine

Publié le 17/01/2022

Vous êtes sur le point de lancer votre activité de consultant et vous vous interrogez sur le statut juridique idéal ? Vous n’êtes pas seul(e) dans ce cas. Au vu des possibilités (nombreuses) qui s’offrent à vous, il est indispensable de comprendre les caractéristiques des divers statuts, mais aussi d’identifier leurs différences. Cela, afin de sélectionner le statut qui vous permettra d’exercer votre activité professionnelle en toute sérénité. Si vous hésitez encore entre le portage salarial et la SASU, voici tout ce qu’il faut savoir au sujet du statut en portage salarial et de la société unipersonnelle.

Portage salarial ou SASU : comment fonctionnent ces statuts juridiques ?

Avant de répondre à la question qui vous taraude, à savoir s’il faut choisir le portage salarial ou la SASU, commençons par analyser le fonctionnement de ces deux statuts.

Le portage salarial, c’est quoi ?

Le salarié porté est un consultant freelance qui exerce son activité professionnelle sous contrat avec une société de portage salarial. Après avoir trouvé un premier client, vous signez un contrat de travail avec une entreprise spécialisée qui facture vos prestations et vous reverse un salaire calculé sur la base de votre chiffre d’affaires (moins les frais de gestion et les cotisations sociales).

Cette pratique, de plus en plus courante en France, permet de combiner le meilleur des statuts d’entrepreneur et de salarié :

  • L’autonomie totale dans le choix des clients, des missions et des honoraires ;

  • Les avantages d’un salarié de droit commun (régime de la Sécurité sociale, assurance chômage, congés payés, cotisations retraite, et responsabilité civile professionnelle souscrite par l’entreprise de portage).

La SASU, c’est quoi ?

La SASU est une société par actions simplifiée unipersonnelle, composée d’un unique associé. Elle se rapproche de l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée), sauf que la SASU est dirigée par un président, et l’EURL par un gérant.

Proche de la SAS (société par actions simplifiée) sur le plan juridique, la SASU bénéficie de règles de constitution et de fonctionnement allégées par rapport à cette dernière, en particulier de démarches comptables plus souples. En outre, le président d’une SASU voit sa responsabilité limitée au capital apporté.

Néanmoins, la SASU reste une société à part entière : sa gestion est donc soumise au respect d’obligations administratives, comptables et fiscales.

Portage salarial ou SASU : quelles sont les différences ?

Chaque statut juridique a ses avantages et ses inconvénients. Le choix du portage salarial ou de la SASU doit donc se faire en tenant compte de vos besoins spécifiques. Faisons le tour des paramètres les plus importants.

Le lancement de votre activité

La création d’une SASU est soumise à des formalités incontournables :

  • Rédaction des statuts,

  • Publication d’une annonce légale,

  • Blocage d’un capital au montant libre (au moins la moitié lors de la création de l’entreprise, le reste dans les 5 ans),

  • Ouverture d’un compte bancaire professionnel dédié à l’activité,

  • Souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle.

En somme, la création d’une SASU prend du temps et engendre des coûts. En contrepartie, il est possible d’exercer en freelance tout type d’activité, alors qu’en portage salarial seules les professions de conseil sont éligibles.

En portage, le lancement de l’activité est plus simple et plus rapide, parce qu’il n’y a pas de création d’entreprise. La signature d’un contrat avec une société de portage salarial suffit. Sur ce point, l’activité de portage partage quelques points communs avec l’intérim (voir à ce sujet notre article portage salarial vs intérim).

La rémunération

En matière de rémunération, le choix du portage salarial ou de la SASU change pas mal de choses. Le président d’une SASU reçoit une rémunération dont le montant est fixé en amont, et qui peut prendre deux formes :

  • Un salaire versé chaque fin de mois, peu importe le résultat dégagé ;

  • Un dividende calculé sur la base du bénéfice réalisé.

En portage salarial, le salaire versé au consultant est calculé en fonction du chiffre d’affaires réalisé, duquel l’entreprise de portage déduit ses frais de gestion et les cotisations sociales. Le salaire net correspond à 50 % environ du bénéfice. Il est toutefois possible de se faire rembourser les frais professionnels.

À travail équivalent, la rémunération en SASU est donc plus élevée que celle d’un salarié porté, sans pour autant être plafonnée comme c’est le cas en micro-entreprise. Mais la protection sociale est réduite par rapport à celle dont dispose un salarié porté.

La gestion administrative et comptable

La gestion d’une SASU s’accompagne d’obligations administratives et comptables nombreuses. Parmi celles-ci : la déclaration de TVA, le versement des cotisations sociales à l’Urssaf, la facturation des clients, la réalisation de bilans comptables, et la gestion du prélèvement à la source pour les impôts. Ces formalités, complexes, supposent de travailler avec un expert-comptable, ce qui entraîne un coût notable. Conséquence pour l’entrepreneur : moins de temps pour faire son métier ou penser au développement de son affaire.

En portage, les choses sont bien plus simples : la gestion administrative et comptable est prise en charge par la société de portage salarial.

La protection sociale

Au moment de choisir le portage salarial ou la SASU, il est important de s’interroger sur le degré de protection offert par chaque statut. Car lancer une activité représente toujours un risque : celui de ne pas trouver de mission et de ne pas générer un chiffre d’affaires suffisant.

Sur ce point, portage salarial et SASU sont proches. Le président d’une SASU étant assimilé à un salarié, il relève du régime général de la Sécurité sociale. Mais il ne profite pas de tous les avantages du salariat : pour l’assurance chômage ou la mutuelle, il faut souscrire des contrats à titre personnel. Alors qu’un consultant porté bénéficie de l’ensemble de la protection sociale due à un salarié, y compris les droits au chômage.

Portage salarial ou SASU : quel est la meilleure solution pour lancer votre activité ?

Alors, portage salarial ou SASU ? Les deux statuts sont indiqués pour exercer comme consultant indépendant. Mais ils sont très différents : l’un offre un important filet de sécurité (sans rogner sur l’autonomie du consultant) tandis que l’autre laisse un maximum de liberté et de plus larges perspectives de développement (avec une protection limitée).

À vous de faire le bon choix – portage salarial ou SASU – en tenant compte de vos besoins, de votre situation personnelle, et de vos aspirations. Sachant qu’il est très facile de se lancer comme salarié porté, puis de basculer vers un autre statut une fois votre activité bien installée.

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter