Facebook Pixel

Optimisation des frais en portage salarial : les clés pour optimiser vos revenus

Clément avatar

Écrit par Clément

Publié le 06/01/2022

Freelance
Sommaire

Dans le cadre du portage salarial, le salarié porté perçoit un salaire qui correspond à environ 50 % de son chiffre d’affaires hors taxes. Ce résultat est atteint une fois que l’entreprise de portage a déduit des sommes facturées aux clients les charges et cotisations diverses, ainsi que ses frais de gestion. Le montant du salaire net perçu dépend donc en grande partie des frais appliqués, mais aussi de l’aptitude du salarié porté à actionner les leviers pour optimiser ses revenus. Vous voulez connaître les bonnes pratiques d’optimisation des frais en portage salarial ? Vous n’êtes pas seul(e) dans ce cas ! Remboursement des frais professionnels, amortissement des immobilisations, dispositifs d’épargne salariale et avantages divers : on vous donne toutes les clés pour optimiser votre rémunération en tant que salarié porté.

Comment est calculé le salaire d’un salarié porté ?

Le portage salarial est une pratique qui permet à un consultant de combiner les avantages de l’indépendance (autonomie dans le choix des clients et des missions) et ceux du salariat (Sécurité sociale, mutuelle, cotisations retraite, assurance chômage, accès aux dispositifs d’épargne salariale, congés payés, indemnités en cas de rupture du contrat). Cela, tout en déléguant sa gestion administrative et comptable à la société de portage.

Ce statut hybride est donc très intéressant pour celui qui désire lancer son activité et tester le marché, ou générer un complément de revenu en sus de son activité salariée ou de sa pension de retraite.

L’autre intérêt du portage salarial, c’est le versement, par l’entreprise de portage, d’un salaire mensuel au consultant. Un salarié porté perçoit, en général, un salaire net compris entre 45 et 60 % du chiffre d’affaires hors taxes réalisé.

Comment en arrive-t-on là ? 

  • Le chiffre d’affaires hors taxes correspond au paiement des prestations par les entreprises clientes du consultant ;

  • La société de portage déduit de ce montant les charges (cotisations patronales et charges salariales) ;

  • L’entreprise de portage déduit aussi ses frais de gestion, qui correspondent à sa rémunération ;

  • Le montant restant est le salaire net touché par le salarié porté. Cette rémunération est soumise à l’impôt sur le revenu.

En somme, le coefficient de transformation du chiffre d’affaires en salaire net est fonction des frais pratiqués par la société de portage – le montant des cotisations étant fixé par l’administration. Mais ce n’est pas le seul paramètre à prendre en compte ! Car il est possible de mobiliser certains leviers pour augmenter son revenu net, dans une démarche d’optimisation des frais en portage salarial.

Quels sont ces leviers ? 

Optimisation des frais en portage salarial : le remboursement des frais professionnels

Les frais de fonctionnement constituent le premier (et le plus important) levier d’optimisation des frais en portage salarial. Il s’agit d’un avantage majeur du statut en portage salarial : lorsque l’activité exercée par le consultant génère des frais déductibles, ceux-ci peuvent être remboursés par l’entreprise de portage.

Par comparaison, un statut comme celui de micro-entrepreneur ne prévoit pas cette possibilité : l’abattement applicable au chiffre d’affaires est censé couvrir les frais professionnels, mais ne tient pas compte des frais réels.

Voyons comment fonctionne ce levier d’optimisation des frais en portage salarial dans le détail.

Les deux types de frais professionnels

Les frais professionnels désignent les montants engagés par le salarié dans le cadre de son activité. Il faut distinguer deux types de frais : 

  • Les frais de mission, liés à des composantes indissociables de la prestation, et donc facturés au client. Ces frais font l’objet d’une négociation préalable avec l’entreprise cliente.

  • Les frais de fonctionnement, qui n’ont pas de lien direct avec la prestation, mais restent indispensables pour exercer l’activité, par exemple : les déplacements, les repas, l’hébergement si la mission se déroule loin du domicile, la location d’un espace de travail, les abonnements (téléphonie, Internet), le recours à de la sous-traitance, l’achat de matériel ou de fournitures, ou encore les dépenses consacrées au développement de l’activité (comme la création d’un site web). Ces frais peuvent être déduits du compte d’activité du salarié porté. Cette possibilité de remboursement fait partie des droits et obligations du salarié porté.

Le remboursement des frais professionnels : fonctionnement 

Ainsi, vous pouvez demander à votre entreprise de portage de prendre en charge vos frais professionnels et de les intégrer à votre compte d’activité, sous réserve de présenter les justificatifs associés. Cela, dans la limite de 30 % du salaire brut.

Ces frais vous sont reversés en complément de votre rémunération nette. Par exemple, si le salaire versé est de 5 000 euros et que vos frais professionnels s’élèvent à 500 euros, vous toucherez au final 5 500 euros pour le mois concerné.

En quoi est-ce un levier d’optimisation des frais en portage salarial ? Parce que les frais professionnels ne sont pas considérés comme faisant partie du salaire, et pour cette raison, ne sont pas soumis aux cotisations sociales ! En outre, comme tout salarié, au moment de calculer votre impôt sur le revenu, vous bénéficiez de l’abattement de 10 % couvrant les frais professionnels. C’est donc une bonne façon d’optimiser vos revenus.

Optimisation des frais en portage salarial : l’amortissement des immobilisations

Un autre levier d’optimisation des frais en portage salarial concerne les immobilisations et leur amortissement. Les « immobilisations » désignent des biens d’une valeur fiscale supérieure à 500 euros acquis au profit de l’exercice de l’activité, et qui ne peuvent pas être comptés au titre des frais professionnels. Certaines entreprises de portage proposent à leurs consultants d’inscrire ces achats en immobilisations pour la durée de leur utilisation, et ainsi de les amortir.

En somme, ces immobilisations peuvent être imputées sur votre compte d’activité de consultant en portage, et amorties sur plusieurs années, en fonction des durées conventionnelles d’usage. C’est une excellente façon de réaliser les investissements nécessaires au développement de votre activité. Cette possibilité se retrouve dans certains statuts juridiques (EURL, SASU), mais pas en micro-entreprise.

Comment ça marche ? Prenons un exemple : vous investissez dans un ordinateur à 2 000 euros dans le cadre de votre activité, et vous transmettez la facture à votre société de portage. Celle-ci commence à déduire de votre compte d’activité la valeur du matériel, moins les frais de traitement, pour une période déterminée en fonction de la durée de vie du bien (celle-ci est fixée à trois ans pour un ordinateur). À l’issue de cette période, elle peut aussi vous rembourser la TVA correspondante. C’est donc un levier d’optimisation des frais en portage salarial très intéressant.

Optimisation des frais en portage salarial : les dispositifs d’épargne salariale

Les dispositifs d’épargne salariale, comme le plan d’épargne retraite d’entreprise (PER obligatoire ou non) et le plan d’épargne d’entreprise (PEE), participent aussi de l’optimisation des frais en portage salarial.

Ces dispositifs font partie d’un système d’épargne collectif mis en place par certaines entreprises, en vertu duquel les salariés ont la possibilité d’effectuer des versements afin de constituer un capital à débloquer plus tard (par exemple lors de la retraite). Là où c’est intéressant, c’est que les employeurs peuvent abonder ces contrats d’épargne, et aller jusqu’à doubler ou tripler le montant des versements effectués par les salariés.

Ces dispositifs permettent ainsi de convertir une partie de votre rémunération en épargne et de bénéficier du processus d’abondement prévu par votre accord d’entreprise, jusqu’à trois fois le montant de vos versements volontaires.

L’optimisation des frais en portage salarial se fait à deux niveaux :

  • Les versements réalisés sur les PER et PEE bénéficient de dispositions fiscales avantageuses, et sont donc moins taxés que la rémunération, puisqu’ils ne sont pas soumis aux cotisations sociales et patronales.

  • Les abondements de la société de portage sont exonérés d’impôt sur le revenu.

Les sommes versées sur les produits d’épargne salariale sont généralement bloquées pour de nombreuses années, par exemple jusqu’à l’âge de la retraite en ce qui concerne le PER. Toutefois, il est possible de sortir d’un tel contrat dans des situations spécifiques : un accident de la vie ou un projet d’achat de résidence principale.

Optimisation des frais en portage salarial : les autres leviers pour optimiser vos revenus

Il existe d’autres mécanismes d’optimisation des frais en portage salarial moins déterminants que les leviers présentés jusqu’ici, mais qui méritent tout de même d’être signalés :

  • La société de portage peut vous proposer des titres-restaurant, des chèques-cadeaux ou des chèques-vacances. Vous pouvez déduire de vos revenus une partie des montants alloués par le biais de ces avantages sociaux.

  • L’entreprise de portage peut également vous proposer d’acheter des titres Cesu (des Chèques Emploi Service Universel) préfinancés pour rémunérer des prestations de services à domicile : garde d’enfants, ménage, soutien scolaire, livraisons de repas ou autres. Ces chèques ont l’avantage d’être exonérés de cotisations sociales (dans la limite d’un plafond annuel) et d’impôt sur le revenu.

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses possibilités d’optimisation des frais en portage salarial, en fonction de ce que vous propose la société de portage. Notre conseil, c’est d’interroger votre entreprise de portage au sujet de sa politique de gestion des frais professionnels et d’amortissement des immobilisations, de ses dispositifs d’épargne salariale, et des autres avantages qu’elle propose. Vous pourrez ainsi faire le meilleur choix pour optimiser votre rémunération en tant que salarié porté !

Pour aller plus loin :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter