Facebook Pixel

Guide du portage salarial : les clés pour comprendre ce statut entre salarié et indépendant

Sophie avatar

Écrit par Sophie

Publié le 02/02/2022

Le portage salarial est un statut hybride permettant à un freelance de bénéficier des avantages d’un salarié. Vous vous interrogez sur cette pratique ? Vous n’êtes pas seul(e) dans ce cas ! Ce guide du portage salarial vous aidera à mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ce statut à mi-chemin entre le salariat et l’entrepreneuriat.

Définition du portage salarial

Pour bien démarrer ce guide du portage salarial, il est essentiel de définir cette notion. Elle désigne un mode de travail permettant à un travailleur indépendant de bénéficier des avantages du statut de salarié tout en conservant son autonomie.

Dans le cadre du portage salarial, vous prenez en charge des missions pour des entreprises tout en étant sous contrat avec une société de portage. Celle-ci facture vos clients à votre place tous les mois et vous reverse vos honoraires sous forme de salaire. 

Devenir un « salarié porté » (c’est-à-dire  exercer son activité en portage salarial), c’est donc une façon de vivre mieux son statut d’indépendant ou de se lancer dans une activité professionnelle tout en gardant un filet de sécurité. Pour connaître votre salaire en portage salarial, consultez notre page dédiée simulation portage salarial.

Avantages du statut de salarié porté

Un salarié porté est lié à une société de portage salarial par le biais d’un contrat de travail. Pour cette raison, les principaux avantages sont ceux du statut de salarié :

  • La protection juridique et sociale (responsabilité civile professionnelle, sécurité sociale, cotisations retraite, cotisations chômage, …).

  • La prise en charge, par l’entreprise de portage salarial, de la gestion administrative et fiscale des salariés portés. C’est un gain de temps considérable.

  • L’accompagnement de la société de portage et les formations proposées.

  • La possibilité de déclarer des frais professionnels (déplacements ou achat de matériel, par exemple).

À cela, il faut ajouter l’autonomie dont jouit le salarié porté. Celui-ci est libre de chercher ses clients, de proposer les prestations de son choix, de gérer son planning et de piloter sa relation avec l’entreprise cliente.

Fonctionnement du portage salarial

Ce guide du portage salarial a aussi pour but de vous aider à comprendre le fonctionnement de cette pratique. Ses conditions d’exercice sont prévues dans le Code du travail.

Le portage salarial fait intervenir trois entités :

  • Le salarié porté, qui réalise des prestations. Il lui incombe de rechercher ses missions et d’en négocier les modalités avec les entreprises concernées.

  • L’entreprise cliente du salarié porté, qui verse le montant des prestations à la société de portage.

  • La société de portage salarial, liée au salarié porté par un contrat de travail (en CDD ou en CDI) et à l’entreprise par un contrat de prestation. Elle facture les prestations à la place du freelance, et lui  reverse sous forme de salaire, après en avoir retranché les cotisations sociales, les taxes patronales et salariales, ainsi que sa commission. Elle émet aussi des bulletins de paie.

Qui peut devenir salarié porté ?

Si vous lisez ce guide du portage salarial, c’est que vous envisagez la possibilité de recourir à cette pratique. Mais qui est concerné ?

Le portage salarial s’adresse à toute personne qui souhaite facturer des prestations à ses clients sans s’encombrer des démarches administratives et fiscales inhérentes à la création et à la gestion d’une société. Le statut est accessible…

  • Aux travailleurs indépendants (entrepreneurs individuels, freelances, libéraux) ;

  • Aux salariés actifs (cadres, consultants) qui souhaitent proposer des prestations sans créer une entreprise ;

  • Aux demandeurs d’emploi qui envisagent de devenir entrepreneurs et désirent tester la faisabilité de leur projet ;

  • Aux retraités désireux d’exercer une activité partielle pour bénéficier d’un complément de revenus.

Mais tous les métiers ne sont pas éligibles. Les prestations commerciales (achat et vente de marchandises), les professions réglementées (médecins, avocats, notaires et autres) et les services à la personne ne peuvent pas faire l’objet d’un contrat de travail en portage salarial. A contrario, de nombreux métiers sont ouverts à cette pratique : informatique, communication, immobilier, management, ressources humaines, coaching, , commerce, marketing, formation, et bien d’autres encore.  Enfin, le cadre légal prévoit que la facturation minimum pour exercer en portage salarial soit de 250 € par jour.

Grâce à ce guide du portage salarial, vous avez toutes les cartes en main pour vous lancer !

Pour aller plus loin :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter