Facebook Pixel

Comment devenir graphiste freelance ?

Guillaume avatar

Écrit par Guillaume

Publié le 14/03/2022

Vous envisagez de vous lancer comme graphiste indépendant ? Le statut de freelance est en vogue, et les entreprises recherchent de plus en plus souvent des compétences externes pour des prestations ponctuelles. Parce que le métier de graphiste est parmi les plus demandés, vous n’aurez aucun mal à obtenir des missions avec un tel profil freelance. Mais avant toute chose, il est important de vous poser les bonnes questions : qu’est-ce qu’un graphiste indépendant ? Comment devenir graphiste freelance ? Quel statut juridique choisir pour encadrer votre activité ? Et comment trouver des clients ?

Devenir freelance graphiste, ça veut dire quoi ?

Un graphiste est un professionnel des arts graphiques et de la communication visuelle, qui déploie ses talents pour tous types de clients (entreprises, particuliers, associations, institutions).

Le plus souvent, le graphiste conçoit des illustrations, des dessins, des affiches, des logos, des supports de communication ou des univers graphiques, mais il peut aussi forger l’ensemble de l’identité visuelle d’une marque, faire du design graphique sur le web, voire travailler en synergie avec d’autres métiers (développeur web, designer ou marketeur, par exemple).

Devenir graphique freelance, c’est mettre ses compétences au service d’un client le temps d’une mission dont la durée peut varier. Cela signifie aussi fixer ses conditions de travail et sa rémunération, gérer son planning, et choisir son lieu d’exercice.

De sorte que les graphistes freelances ont une seule contrainte : respecter la demande et les délais du client.

Comment devenir graphiste freelance ?

Si vous souhaitez devenir graphiste freelance et lancer votre activité comme travailleur indépendant, vous devez justifier des compétences nécessaires, fixer vos tarifs, et identifier le statut juridique pertinent.

Les compétences pour devenir graphiste indépendant

Les métiers du graphisme ne sont pas réglementés et ne requièrent pas de diplômes spécifiques. Il est donc possible, pour devenir graphiste freelance, de s’auto-former et d’apprendre sur le tas, par exemple en travaillant comme salarié dans une entreprise ou une agence avant de prendre son envol.

Une formation est tout de même souhaitable, dans la mesure où le métier de graphiste suppose de maîtriser les logiciels de publication assistée par ordinateur (PAO) comme Photoshop ou InDesign. Une telle formation peut prendre divers chemins : BTS communication visuelle ou design graphique ; licence professionnelle en communication visuelle ; Bachelor, Master ou DSSA en graphisme.

Le graphiste indépendant peut aussi venir des métiers de l’informatique, car il existe de nombreux liens entre les deux univers. (Découvrez comment devenir freelance informatique.)

La fixation de vos honoraires

Les compétences pour devenir graphiste freelance sont indispensables, mais elles ne suffisent pas : il faut aussi maîtriser les différents aspects liés à l’exercice d’une activité comme indépendant, et en particulier fixer ses honoraires.

En effet, vous allez devoir trouver des clients, négocier les modalités des prestations, mais aussi leur faire des offres commerciales cohérentes. En d’autres termes : demander le juste prix au regard de vos compétences, de votre expérience, de votre notoriété et de la technicité de votre savoir-faire. C’est d’autant plus important que vos honoraires vont déterminer votre chiffre d’affaires, donc votre rémunération.

Or la tarification d’un graphiste indépendant est très variable. Elle dépend de la nature de la prestation (création d’un logo ou d’un support web, par exemple) ou de la durée de la mission (dans ce cas, on fixe plutôt un tarif journalier).

Le choix de votre statut juridique

Devenir graphiste freelance suppose de choisir la structure juridique qui va encadrer votre activité professionnelle. Plusieurs possibilités s’offrent à vous.

  • L’entreprise individuelle ou la micro-entreprise. Ces deux solutions se caractérisent par une grande souplesse et peu de démarche lors de la création. Le régime social et fiscal de l’auto-entreprise est idéal à ce titre, car très simplifié. Néanmoins, l’auto-entrepreneur est soumis à un plafond de chiffre d’affaires (72 600 € pour les activités libérales).

  • La société unipersonnelle (EURL ou SASU), ou société à associé unique. Ce type de structure implique pour l’entrepreneur des démarches plus lourdes et coûteuses au moment de la création d’entreprise, et nécessite de recourir aux services d’un comptable. Mais c’est aussi une bonne solution si vous envisagez de développer très vite votre activité et de passer à une forme classique de société. À voir en fonction de votre business plan !

  • Le statut d’artiste-auteur est souvent choisi par les graphistes freelances. Avantageux sur le plan fiscal, il offre toutefois une couverture sociale limitée.

  • Le portage salarial. Ce statut hybride, entre l’entrepreneur et le salarié, est un excellent tremplin pour devenir graphiste freelance. En tant que salarié porté, vous bénéficiez d’une solide protection sociale (Sécurité sociale, cotisations retraite, assurance chômage, congés payés), d’un contrat de travail signé avec la société de portage, d’un salaire mensuel et de la prise en charge de vos démarches administratives et comptables.

L’option du portage salarial est très avantageuse si vous lancez votre activité de graphiste. Elle offre surtout un filet de sécurité bienvenu !

Comment trouver vos premiers clients en tant que graphiste freelance ?

Vous savez désormais comment devenir graphiste freelance sur le plan juridique. Mais il faut maintenant trouver vos propres clients.

Pour cela, il est recommandé de mobiliser tous les supports à votre disposition : plateformes pour les freelances, réseaux sociaux, site web professionnel, et même distribution de votre carte de visite chaque fois que vous en avez l’occasion. C’est en variant les canaux d’acquisition que vous trouverez des missions en grand nombre !

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter