Facebook Pixel

Comment devenir freelance informatique en portage salarial ?

Maëlane avatar

Écrit par Maëlane

Publié le 17/03/2022

Vous souhaitez valoriser vos compétences en tant que consultant informatique ? Vous affranchir des contraintes du salariat pour voler de vos propres ailes, choisir vos clients et vos missions, gérer votre emploi du temps et fixer vos tarifs ? La solution, c’est de devenir freelance informatique, donc d’exercer comme travailleur indépendant. C’est d’autant plus intéressant que, sur un marché en tension, ce profil freelance est très recherché par les entreprises. Mais avant de vous lancer, il est essentiel de comprendre les enjeux de l’indépendance et de vous poser la question du statut juridique adapté.

Devenir freelance informatique, qu’est-ce que ça veut dire ?

Dans un secteur d’activité qui croît à grande vitesse, les freelances informatiques sont de plus en plus demandés par les entreprises. Celles-ci font appel à des consultants indépendants lorsqu’elles manquent des compétences nécessaires en interne, ou lorsqu’elles veulent bénéficier d’une expertise sans recruter du personnel à long terme.

Devenir freelance informatique, c’est donc mettre vos compétences au service d’entreprises qui ont besoin de vos services. Mais ça veut dire quoi, en réalité ?

Devenir travailleur indépendant dans l’informatique

C’est très simple : devenir consultant freelance signifie exercer votre activité en tant que travailleur indépendant, sans être embauché par une société. 

Les freelances informatiques s’appuient sur une solide expérience de consulting au sein d’entreprises de services du numérique (ESN) ou comme salariés dans les directions des systèmes d’information (DSI) des grandes sociétés. Ils justifient de diplômes allant de Bac +2 à Bac +6. Devenir freelance informatique suppose donc de combiner une expérience théorique et pratique.

Pour un consultant informatique, les domaines d’intervention sont variés. Vous pouvez exercer votre activité indépendante comme chef de projet, développeur web, intégrateur de logiciel, administrateur réseau ou base de données, expert en cyber-sécurité, et bien d’autres encore.

Avantages et inconvénients de l’indépendance professionnelle

Devenir freelance informatique revêt des avantages nombreux. Un travailleur indépendant, par définition, est son propre patron : il choisit ses clients et ses missions, fixe ses honoraires (à négocier avec l’entreprise cliente), organise son emploi du temps. En bref, il exerce son activité de freelance en toute autonomie.

Bien entendu, il y a des contreparties. En tant que consultant informatique indépendant, vous devez :

  • faire de la prospection et communiquer sur votre activité afin de trouver des clients, 

  • gérer votre administratif et votre comptabilité, 

  • facturer vos clients, 

  • assumer vos frais pour l’achat du matériel et la location des équipements,

  • gérer les périodes de disette, en l’absence de missions (sans pouvoir toucher le chômage, sauf dans le cadre de certains statuts),

  • prévoir une protection sociale adaptée.

Pour toutes ces raisons, avant de devenir freelance informatique, vous devez vous poser la question du statut juridique qui répond le mieux à vos besoins.

Quel statut juridique choisir pour exercer comme consultant informatique indépendant ?

Le « freelancing » n’est pas un statut : un freelance est une personne qui exerce une activité professionnelle comme travailleur indépendant. Mais cet exercice, pour être légal, suppose de se doter d’un statut juridique concret. Si, par exemple, vous envisagez de devenir développeur freelance, être un expert dans ce domaine est insuffisant : il faut aussi disposer d’un cadre légal adapté à l’exercice de votre profession.

Or il est important de prendre le temps de bien choisir, car chaque statut a ses particularités en matière de responsabilité, de lourdeur administrative, de protection sociale ou de chiffre d’affaires. Quels sont les statuts accessibles pour devenir consultant informatique ?

La micro-entreprise et l’entreprise individuelle

Devenir freelance informatique en créant une micro-entreprise, c’est à la fois simple, rapide et pratique. Ce statut est en effet pensé pour faciliter la création d’entreprise et permettre aux entrepreneurs en herbe de se lancer sans prendre de risques, puisque les charges sont calculées sur le chiffre d’affaires réalisé.

Pour autant, certains inconvénients sont à prendre en compte, comme le plafonnement des bénéfices (72 600 € pour les activités libérales) et l’impossibilité de déduire ses frais professionnels.

L’entreprise individuelle (EI) est une forme simplifiée d’entreprise qui convient bien au travail de consultant informatique. Sa création aussi est très simple, mais les obligations imposées sont plus nombreuses que pour l’auto-entrepreneur : il faut, en particulier, tenir une comptabilité régulière. Enfin, le montant des charges sociales est élevé.

Ces deux statuts ont en commun de confondre les patrimoines professionnel et personnel du freelance, sauf dans le cas de l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), et d’offrir une faible protection sociale.

La société unipersonnelle

Une société unipersonnelle (SASU ou EURL) représente une alternative intéressante pour devenir freelance informatique, surtout si vous envisagez de développer votre activité professionnelle à court terme et/ou de vous associer. C’est aussi un moyen de bénéficier d’une meilleure couverture sociale : en SASU, le dirigeant est assimilé à un salarié (sauf pour l’assurance chômage).

Ces statuts juridiques se caractérisent par des démarches de création d’entreprise et de gestion comptable plus complexes. De fait, le recours à un expert-comptable est indispensable.

Le portage salarial

Le portage salarial est un statut hybride qui combine les avantages de l’indépendance et du salariat. En tant que consultant porté, vous exercez votre activité professionnelle en toute autonomie. Dans le même temps, vous signez un contrat de travail avec une société de portage et êtes considéré comme salarié à part entière. Ce faisant, vous bénéficiez des mêmes privilèges que n’importe quel salarié :

  • affiliation à la Sécurité sociale,

  • cotisations retraite,

  • assurance chômage,

  • congés payés,

  • salaire versé tous les mois,

  • prise en charge des démarches administratives et comptables,

  • remboursement des frais professionnels,

  • accès à des formations en interne.

L’entreprise de portage s’occupe de facturer vos clients pour votre compte et de transformer votre chiffre d’affaires en rémunération mensuelle.

En ce sens, le portage salarial est un tremplin idéal pour devenir freelance informatique : c’est un statut qui vous laisse votre liberté tout en déployant un filet de sécurité optimal.

Comment fixer ses tarifs comme consultant indépendant en informatique ?

Reste une question importante à se poser pour devenir freelance informatique : comment fixer ses honoraires ?

En effet, la rémunération d’un travailleur indépendant dépend du chiffre d’affaires réalisé. C’est vrai dans tous les cas de figure, y compris en portage salarial. Or le chiffre d’affaires, lui, correspond au montant des honoraires demandés par le consultant en amont de ses missions. On parle aussi de « taux journalier moyen », et c’est un préalable essentiel pour devenir freelance informatique.

Pour le fixer, vous devez tenir compte de plusieurs paramètres :

  • Les tarifs pratiqués par les autres freelances informatiques sur le marché. Plus votre expertise est recherchée, plus vous êtes en mesure d’imposer des honoraires élevés.

  • La politique du client et sa grille tarifaire interne.

  • La nature, l’étendue et la durée de la mission. Sachant qu’une mission de longue durée chez un client justifie un tarif moindre, en contrepartie d’une certaine sécurité. Les missions des freelances peuvent aussi comporter des primes liées à des engagements quant au résultat.

  • La négociation commerciale. Pour bien négocier, il faut aussi connaître son client, ses besoins et ses contraintes.

En somme, vouloir devenir freelance informatique ne suffit pas : il faut aussi savoir où vous mettez les pieds, choisir le bon statut, fixer des tarifs cohérents au regard du marché et des clients, mais aussi sécuriser votre activité. C’est pourquoi l’option du portage salarial s’avère si attractive et séduit de nombreux candidats à l’indépendance !

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter