Facebook Pixel

Comment devenir artiste freelance ?

Sophie avatar

Écrit par Sophie

Publié le 16/03/2022

Quel statut choisir
Sommaire

Vous envisagez de démarrer une activité en tant qu’artiste indépendant ? Vous exercez comme graphiste, illustrateur, webdesigner, photographe, peintre, ou dans toute autre profession relative à la création artistique ? S’il est tentant de devenir artiste freelance en raison des multiples avantages de ce mode de travail, un tel projet doit néanmoins être préparé avec soin. En effet, devenir freelance suppose de disposer des compétences et des qualités indispensables, mais aussi de choisir un statut juridique et de fixer des honoraires. De plus, vous devez faire ce qu’il faut pour que votre profil freelance attire l’attention des clients potentiels. Faisons le point.

Qu’est-ce qu’un artiste freelance ?

Devenir artiste freelance signifie démarrer une activité professionnelle indépendante. Mais d’abord, c’est quoi un artiste indépendant ? La réponse est simple : c’est un créateur d’œuvres artistiques, une personne qui exerce l’un des arts appliqués en tant que professionnel. Ce type d’activité peut concerner le graphisme, l’illustration, le design web, la photographie, la peinture, la musique, la création audiovisuelle ou encore l’écriture. En somme, tous les métiers des arts.

Par exemple, un illustrateur ou un graphiste indépendant est un professionnel des arts graphiques, qui conçoit des dessins, des illustrations ou des supports de communication visuelle, qui donne corps à des images, des textes ou des idées. Le métier de graphiste freelance, très demandé, peut être exercé pour le compte d’agences de communication ou de publicité, d’organes de presse, de maisons d’édition, d’entreprises ou d’associations.

Dans un but de simplification, cet artiste se focalise sur les graphistes, les illustrateurs et toutes les professions qui tournent autour des arts graphiques. Ce sont, en effet, les activités artistiques pour lesquelles le nombre de freelances est en augmentation constante. Ainsi, en posant la question « comment devenir artiste freelance », nous entendons : « devenir graphiste ou illustrateur freelance ». Sachant que nos conseils s’appliquent à toutes les professions artistiques susceptibles de faire l’objet d’une activité indépendante. 

Pourquoi devenir freelance graphiste ou illustrateur ?

Devenir artiste freelance, c’est profiter de tous les avantages inhérents à l’exercice d’une activité professionnelle indépendante. Pour un freelance, il n’y a pas de relation employeur-employé, de lien de subordination, ni de contrat de travail (sauf en portage salarial). Le graphiste indépendant met ses compétences au service de ses clients sans subir de contraintes ni d’horaires. Sa seule obligation consiste à respecter les délais imposés et à suivre le cahier des charges établi en amont par l’entreprise cliente.

Le principal avantage du freelance, c’est donc l’autonomie. En tant qu’artiste indépendant, vous choisissez avec qui vous travaillez, sélectionnez les missions qui vous intéressent, fixez vos propres tarifs. Vous pouvez vous déplacer sur votre lieu de travail (chez les clients, dans un local que vous louez, dans un espace de coworking) ou exercer depuis votre domicile.

En contrepartie, devenir artiste freelance vous oblige à gérer les différents aspects de votre activité professionnelle. Ces obligations varient en fonction du statut juridique choisi (selon que vous avez créé ou non une entreprise), mais elles comprennent le plus souvent des formalités administratives, comptables et fiscales. En outre, vous devez prendre en charge la partie commerciale de votre activité : trouver vos clients, négocier les modalités de vos missions, gérer votre planning et facturer vos prestations.

Comment devenir artiste freelance ?

Quelle que soit votre activité de création artistique (en graphisme, en illustration ou autre), devenir artiste freelance suppose d’avoir les compétences adéquates et de se doter d’une structure juridique.

Les prérequis pour devenir freelance graphiste ou illustrateur

Pour devenir artiste freelance, il ne suffit pas d’avoir du talent. Il faut aussi avoir les compétences incontournables pour exercer, en particulier maîtriser les outils exigés par le métier. Par exemple, un graphiste indépendant est amené à travailler sur des logiciels de création sur ordinateur, comme InDesign ou Photoshop.

C’est pourquoi, même si les métiers artistiques ne sont pas réglementés et ne nécessitent pas de présenter de diplômes spécifiques, il est recommandé d’avoir suivi une formation dédiée. Il existe un grand nombre de cursus adaptés : BTS design graphique, Bachelor en art, diplôme d’arts appliqués, licence en communication visuelle, Master en graphisme, et bien d’autres.

Quant aux qualités requises pour devenir artiste freelance, citons : la créativité (indispensable), la polyvalence (essentielle), la rigueur (plus que souhaitable) et l’adaptabilité (cruciale). Il faut aussi être à l’écoute du client, afin de bien comprendre sa demande et ses contraintes, pour ensuite concrétiser son projet dans le format ou sur le support souhaité.

Enfin, dans le domaine artistique, et quel que soit le métier, il est important de savoir se mettre en avant et se différencier sur un marché concurrentiel. Sur ce point, vous devez pouvoir compter sur votre style personnel, celui qui vous caractérise et vous distingue des autres graphistes ou illustrateurs.

Le statut juridique de votre activité d’artiste freelance

Devenir artiste freelance nécessite aussi de donner un cadre juridique à votre activité. À ce titre, vous pouvez choisir d’en passer par la création d’entreprise, d’opter pour le statut d’artiste-auteur, ou de recourir au portage salarial. Telles sont les formes juridiques que les créateurs indépendants choisissent le plus souvent.

Créer une entreprise

Pour créer une entreprise, vous devez choisir le statut juridique qui vous convient. Les possibilités sont multiples, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients pour celui qui souhaite devenir artiste freelance. En voici un aperçu :

  • La micro-entreprise est adaptée à un lancement d’activité. Les formalités sont réduites, les charges sociales limitées, et le régime fiscal simplifié. L’auto-entrepreneur peut démarrer son activité professionnelle en quelques heures. L’inconvénient, c’est le manque de souplesse du statut, une protection sociale anecdotique, et les plafonds de chiffre d’affaires (72 500 € par an pour une activité libérale).

  • L’entreprise individuelle est une version plus souple de l’auto-entreprise. Le chiffre d’affaires n’est pas plafonné, au contraire de ce qu’il se passe pour le micro-entrepreneur, mais la protection sociale reste faible. Dans les deux cas, toutefois, l’entrepreneur engage sa responsabilité complète : seul l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) permet de séparer le patrimoine personnel du patrimoine professionnel.

  • La société unipersonnelle (EURL ou SASU) est un type d’entreprise dont la création et la gestion sont soumises à des obligations plus lourdes. Dans le cas de la SASU, le freelance est considéré comme salarié et jouit d’une meilleure protection sociale (affiliation au régime général de la Sécurité sociale). Ces statuts sont intéressants pour devenir artiste freelance si vous prévoyez de développer votre activité et de passer, dans un avenir proche, à une forme plus classique de société.

Adhérer au statut d’artiste-auteur

Le statut d’artiste-auteur permet aux indépendants qui exercent une activité artistique (création d’œuvres) de bénéficier d’un régime social avantageux. Ce régime, solidaire, est plus protecteur que celui des activités libérales, et vise à pallier la précarité relative propre aux métiers des arts. C’est donc une bonne option pour devenir artiste freelance.

Selon la nature de l’activité, un artiste-auteur dépend de la Maison des Artistes ou de l’Agessa. Les rémunérations sont soumises à des formalités déclaratives spéciales, permettant au freelance graphiste ou illustrateur d’être affilié au régime de Sécurité sociale des artistes indépendants.

Devenir salarié porté

Le portage salarial combine les avantages de l’indépendance avec ceux du salariat. Sous contrat avec une société de portage salarial, le salarié porté jouit d’une autonomie complète tout en profitant d’une protection sociale accrue. De plus, les démarches administratives et comptables sont prises en charge par l’entreprise de portage, qui s’occupe aussi de facturer les clients et de transformer le chiffre d’affaires réalisé par l’artiste en salaire versé chaque mois.

En contrepartie, le consultant verse à la société de portage des frais de gestion, qui sont déduits de son chiffre d’affaires, et s’acquitte des cotisations patronales et salariales. Le salaire net correspond à environ 50 % du bénéfice réalisé.

Le statut de salarié porté s’avère très intéressant pour devenir artiste freelance : votre activité est lancée dès que vous trouvez un premier client et signez un contrat de travail avec une entreprise de portage. Le portage salarial est aussi adapté à la plupart des activités de conseil et de communication : c’est une bonne manière de devenir community manager freelance, par exemple.

Comment fixer ses honoraires d’artiste indépendant ?

Pour un freelance, la question de la rémunération est importante à deux égards : d’abord, parce qu’il faut bien gagner sa vie. Ensuite, parce que le salaire net dépend des honoraires fixés en amont et négociés avec les clients, mais aussi des charges et autres taxes dues en fonction du statut juridique.

Il est donc essentiel, pour devenir artiste freelance, d’apprendre à fixer ses honoraires. Et pour cela, de prendre en compte différents paramètres :

  • votre expérience et votre spécialité,

  • les prestations que vous proposez,

  • la nature et la durée de chaque mission,

  • les modalités de la mission (négociées avec le client),

  • l’état de l’offre et de la demande sur le marché (en fonction de votre activité : consultez les tarifs demandés par les autres graphistes ou illustrateurs),

  • le mode de rémunération choisi (tarif journalier ou tarif horaire),

  • le temps passé à gérer votre activité,

  • vos frais professionnels (déplacements, hébergement, repas, achat de matériel),

  • vos charges et taxes diverses.

Comment trouver ses premières missions comme freelance graphiste ou illustrateur ?

Vous y êtes presque ! Néanmoins, pour devenir artiste freelance pour de bon, vous devez réaliser vos premières missions, donc trouver vos premiers clients. Dans ce but, il est recommandé de jouer sur plusieurs tableaux :

  • Constituez un portfolio pour montrer vos créations à vos futurs clients. L’objectif est double : mettre en avant l’étendue de vos talents, mais aussi permettre aux prospects d’évaluer la qualité de votre travail et de s’assurer que votre style correspond à leurs besoins.

  • Soyez actif(ve) sur le web. Un site internet professionnel, un blog et des comptes sur les réseaux sociaux sont autant de leviers de visibilité digitale qui vous aideront à générer des contacts.

  • Créez des profils sur des plateformes pour freelances, qu’elles soient généralistes (comme Malt) ou spécialisées dans la création et la communication visuelles (99designs, Creads, Graphiste.com ou encore Talents Around).

  • Mobilisez votre réseau pour trouver des clients. Vous pouvez compter sur vos anciens collègues salariés, sur vos camarades de formation et sur vos proches.

Quels sont les points d’attention à avoir en tête pour démarrer son activité d’artiste freelance ?

Terminons ce guide pour devenir artiste freelance avec quelques précisions importantes. Il se trouve que les métiers artistiques ont des particularités que n’ont pas d’autres activités indépendantes, et qui doivent faire l’objet de mentions spécifiques dans le contrat de prestation :

  • La cession des droits d’auteur. Par définition, l’artiste est l’auteur des œuvres qu’il crée. Toutefois, le plus souvent, les droits des œuvres en question sont cédés au client à titre gratuit ou onéreux. Cela doit être précisé dans le contrat.

  • Le droit à l’image. Si vous avez recours à des visuels existants dans le cadre de votre prestation, leur usage peut nécessiter d’obtenir des autorisations préalables et/ou de verser une somme d’argent.

  • Les frais liés à l’emploi des logiciels. Si votre mission vous contraint à acheter des licences pour des outils informatiques spécifiques, les frais afférents peuvent être prévus dans le contrat de prestation.

Vous voilà prêt(e) à devenir artiste freelance et à démarrer votre activité !

Pour aller plus loin sur le sujet :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter