Facebook Pixel

Qu'est-ce qu'une micro-entreprise ?

Sophie avatar

Écrit par Sophie

Publié le 26/10/2023

frais
Sommaire

C’est l’une des raisons qui poussent la majorité des Français à devenir auto-entrepreneur aujourd’hui. Cela, en plus du besoin devenu fondamental - suite à la crise sanitaire - d’être financièrement indépendant.

Selon l’Insee, le nombre de micro-entreprises ne cessent d’augmenter dans l’Hexagone. En janvier 2022, elles représentaient 60% des entreprises créées. Et la tendance a encore fortement augmenté en 2023.

Il faut dire que ce régime offre de nombreux avantages. Outre des formalités administratives extrêmement simples, elle propose également une comptabilité plus allégée avec possibilité de facturation sans TVA. Les cotisations sociales sont aussi moins élevées, et les conditions fiscales moins contraignantes. C’est à l’auto-entrepreneur de choisir s’il souhaite une imposition sur les revenus, avec versement libératoire; ou une imposition sur les bénéfices avec versement mensuel ou trimestriel. 

Et pour couronner le tout, le budget pour créer une micro-entreprise n’est pas élevé. Nous vous en disons justement plus dans ce guide. Découvrez le budget nécessaire pour créer une micro-entreprise en 2023.

Les frais de création pour une micro-entreprise

Pour encourager les auto-entrepreneurs, l'État français a fait en sorte que le coût de la création d’une micro-entreprise soit réduit au maximum. Ainsi, la majorité des démarches se font sans frais. Mais cela ne signifie pas pour autant que vous n’allez rien dépenser du tout. En plus du coût des formalités administratives, vous devrez également vous acquitter des frais de fonctionnement et de communication de votre entreprise. Tout cela doit être compris dans le budget que vous allez préparer.

Le coût des formalités administratives pour une micro-entreprise

Enregistrer votre entreprise auprès du guichet unique de  l’INPI ne nécessite aucun frais. La création de la micro-entreprise en ligne est totalement gratuite. Il vous suffit de vous rendre sur le site, de remplir le formulaire adéquat et de fournir les documents justificatifs demandés selon votre activité et le tour est joué. Il en va de même pour l’obtention des numéros d’identifiant ainsi que du code APE. Le coût de l’immatriculation d’une micro-entreprise est nul. C’est entièrement gratuit.

En revanche, il n’en va pas de même pour l’étape qui suit, c’est-à-dire l’enregistrement auprès du RNE (Répertoire national des entreprises). Le coût de l’inscription au registre va dépendre des activités de votre micro-entreprise : 

  • Aucun frais pour les commerçants, qui devaient être inscrits au RCS (Registre du commerce et des sociétés) auparavant.
  • Aucun frais pour les artisans, qui devaient être inscrits au RM (Registre des métiers) auparavant.
  • 24.30 € pour les agents commerciaux, qui devaient être inscrits au RSAC (Registre spécial des agents commerciaux) auparavant.

Le coût des aides à la création d’une micro-entreprise

Bien que les démarches pour devenir auto-entrepreneur ne soient pas compliquées en soi, elles sont vraiment nombreuses. Certes, la déclaration peut se faire en quelques minutes, sans bouger de chez soi. Mais ce n’est pas la seule chose à faire. Et malheureusement, il ne faut pas brûler les étapes sous peine de se tromper.

Si vous choisissez de cumuler votre activité d’auto-entrepreneur avec votre statut de salarié, il se peut que vous ne trouviez pas de temps pour tout faire. La meilleure solution, dans ce genre de situation, est de se faire aider par un tiers. Et cela, aussi bien pour les formalités de création que pour la gestion après. Il va sans dire que cela a un prix. Si vous choisissez cette solution par conséquent, il faudra ajouter à votre budget le coût de l’adhésion à un centre de gestion agréé pour une micro-entreprise.

Si vous voulez vous en occuper vous-même, c’est la solution la plus économique. Mais si vous n’avez aucune expérience dans le domaine, vous pouvez aussi vous former. Il faut donc prévoir le coût de la formation pour créer une micro-entreprise en sus. Par ailleurs, si vous n’avez pas le temps de vous former, vous pouvez demander l’aide d’un professionnel de droit. Ce n’est pas vraiment nécessaire dans la mesure où vous n’aurez même pas à rédiger un statut constitutif. Mais cela peut être utile si vous voulez protéger votre entreprise d’un point de vue légal et que vous ignorez comment procéder. Dans ce cas, il faut prévoir le coût de la protection juridique pour une micro-entreprise.

Les frais de fonctionnement d’une micro-entreprise

Bien avant la déclaration de vos activités, vous devez vous procurer certains matériels et équipements nécessaires pour lancer votre activité. En plus des dépenses liées aux formalités administratives, vous devez également prévoir un budget pour l’investissement initial d’une micro-entreprise.

Cela peut inclure : 

  • Le coût des équipements pour une micro-entreprise, qui va dépendre essentiellement de votre activité. 
  • Le budget pour le local d’une micro-entreprise, surtout si vous ne pouvez pas la domicilier chez vous, ni chez un membre de votre famille, par exemple. Il faudra donc prévoir les frais de location d’une usine, ou d’un espace de coworking, en fonction des solutions que vous aurez trouvées.

Les frais après la création de la micro-entreprise

En effet, les dépenses ne s’arrêtent pas une fois que vous avez créé votre micro-entreprise. Quelques charges supplémentaires vous attendent encore pour vraiment lancer votre activité. 

Les frais annexes

Le coût des assurances pour une micro-entreprise est à prévoir. Certes, souscrire à une assurance n’est obligatoire que pour certaines activités, mais elle reste une option vraiment recommandée afin de couvrir les biens matériels de votre entreprise de tout accident éventuel. Il vous faut au moins une assurance responsabilité civile professionnelle, dont le coût peut varier entre 100 à 200 € par an, en fonction de l’assureur.
Le coût du compte bancaire professionnel pour une micro-entreprise n’est pas à négliger non plus. Là encore, vous n’êtes pas obligé d’en ouvrir un, surtout en début d’activité. L’ouverture d’un compte bancaire dédié ne devient obligatoire que lorsque vous avez dépassé un chiffre d’affaires annuel de 10 000 € pendant deux années consécutives. Dans la mesure où vous débutez, cette étape est donc tout à fait optionnelle. Cela dit, il peut s’avérer très pratique dans le suivi et la gestion des mouvements et des activités de votre micro-entreprise d’avoir un compte séparé de votre compte personnel. Cela peut vous coûter dans les 250 € par an, en fonction de tarifs pratiqués par l’établissement bancaire.

Les frais de lancement

Pour finir, il y a également les frais liés à la stratégie marketing et de vente que vous allez adopter pour faire connaître votre enseigne. Le budget marketing pour une micro-entreprise doit inclure : 

  • Le coût de la communication pour une micro-entreprise, sachant que vous aurez besoin d’imprimer des flyers, des cartes de visite et autres supports de communication. En règle générale, le budget alloué à une stratégie de communication efficace doit représenter 3 à 5% de la valeur du chiffre d’affaires annuel.
  • Le coût de la prospection pour une micro-entreprise, dont la valeur va dépendre des moyens de prospection que vous allez utiliser (téléphone, mailing, meeting, etc.).
  • Le coût du site internet pour une micro-entreprise, sachant que la rémunération d’un développeur peut aller de 1 500 € à 4 000 € selon que vous souhaitez créer un site vitrine ou un site e-commerce.

Les aides à la création de micro-entreprises disponibles en 2023

En France, les auto-entrepreneurs sont vraiment encouragés et soutenus dans leur projet. En plus de formalités hautement simplifiées, les micro-entrepreneurs peuvent bénéficier d’aides lorsqu’ils se lancent dans la création de leur propre entreprise individuelle.

On peut en répertorier deux sortes : les aides fiscales et les aides financières.

Les aides fiscales

L’auto-entrepreneur bénéficie d’un régime fiscal plus adapté et vraiment proportionnel à ce qu’il gagne. Le montant imposé est calculé à partir des recettes réelles. A lui de choisir s’il souhaite un versement périodique (tous les mois ou tous les trois mois) ou un versement libératoire tous les ans. Si son CA ne dépasse pas un certain seuil par ailleurs, il peut aussi : 

  • Être exonéré de TVA

  • Être exonéré de la cotisation foncière des entreprises (CFE)

Les aides financières

Les micro-entrepreneurs ne se verront pas forcément verser d'aides pécuniaires directes. Mais s’ils remplissent certaines conditions, ils peuvent bénéficier de dispositifs d’aides leur permettant de ne pas payer certaines charges, tels que : 

  • L’ACRE (Aide à la création ou à la reprise d’entreprise) qui leur permet de ne pas payer une partie des charges sociales pendant la première année d’exercice.
  • L’ARCE (Aide à la reprise ou à la création d’entreprise) qui leur permet de percevoir une allocation chômage pendant la période de création, afin qu’ils puissent financer leur projet.
  • L’ARE (Allocation de retour à l’emploi) qui leur permet de toucher une allocation chômage jusqu’à ce que leur micro-entreprise soit véritablement lancée.

N’hésitez pas non plus à vous renseigner auprès de votre conseil régional ou départemental pour savoir si des aides sont offertes aux futurs auto-entrepreneurs. Il y en a généralement et elles peuvent alléger encore plus vos dépenses.


Prêt à vous lancer ?

Nous contacter