Facebook Pixel

Charges en portage salarial : à quoi correspondent-elles ?

Romain avatar

Écrit par Romain

Publié le 10/01/2022

invest-money
Sommaire

Vous vous intéressez au statut de salarié porté, et en particulier au mode de calcul du salaire ? Il faut savoir que la rémunération du consultant est calculée sur la base du chiffre d’affaires réalisé, duquel la société de portage déduit ses frais de gestion, puis les inévitables cotisations sociales. À quoi correspondent ces charges en portage salarial ? Sont-elles dues par tous les salariés portés ? Peut-on les moduler à des fins d’optimisation des frais en portage salarial ? Découvrez toutes les réponses aux questions que vous vous posez.

Le salarié porté est-il redevable de cotisations sociales ?

Dans le cadre d’un contrat de travail entre une entreprise et un salarié, il est convenu que chacune des deux parties contribue au financement de la protection sociale - Sécurité sociale, retraite, chômage et autres. C’est ce qu’on appelle les charges sociales, composées des cotisations patronales d’un côté et des cotisations salariales de l’autre. Et puisque le consultant porté a un statut de salarié, il est tout autant concerné que les autres employés… même s’il est en partie indépendant.

La réponse est donc oui : le salarié porté est redevable des charges en portage salarial. Mais c’est l’entreprise de portage qui s’occupe de reverser ces charges à l’Urssaf et aux caisses concernées. C’est une différence majeure par rapport à d’autres statuts, comme celui d’auto-entrepreneur, qui contraignent les travailleurs indépendants à prendre en charge eux-mêmes ces démarches.

Pour rappel, en portage salarial, la société de portage est responsable des démarches administratives, sociales et fiscales pour le compte du consultant. C’est aussi ce qui explique le coût du portage pour le salarié porté.

Quelles sont les charges dues par le salarié porté ?

La particularité du statut de salarié porté réside dans le fait que l’ensemble des charges en portage salarial est supporté par le consultant. Les cotisations patronales sont déduites du chiffre d’affaires (moins les frais de gestion appliqués par les sociétés de portage) pour aboutir au salaire brut. Puis, les cotisations salariales sont déduites du brut pour donner le salaire net.

Par le biais des charges en portage salarial, le consultant participe au financement des dispositifs sociaux : cotisations retraite, cotisations chômage, cotisations à la Sécurité sociale, CSG et CRDS, aide au logement – et la liste est encore longue.

C’est ce qui lui permet, en retour, de bénéficier d’une couverture sociale solide lorsqu’il en a besoin : en cas d’arrêt maladie ou de période de chômage, ou au moment de faire valoir ses droits à la retraite. C’est tout l’intérêt (et l’un des principaux avantages) du statut de salarié porté.

C’est aussi parce que les charges en portage salarial sont élevées que les consultants doivent générer un chiffre d’affaires minimal pour exercer sous ce statut. Le seuil est fixé à 250 euros par jour en moyenne, mais il est calculé en fonction du plafond de la Sécurité sociale (qui tient compte du mode de calcul et de l’ancienneté du consultant). D’où la nécessité, pour le salarié porté, de bien négocier en amont ses honoraires avec son entreprise cliente (voir à ce sujet notre article portage salarial et honoraire).

Charges en portage salarial : quel est le taux appliqué aux cotisations sociales ?

Les charges en portage salarial sont réglementées au même titre que les cotisations sociales des salariés conventionnels. Il faut savoir que ces taux ne sont pas fixes : ils dépendent de l’activité, de la masse salariale et d’autres paramètres… mais le salarié porté ne peut en aucun cas agir dessus !

  • Le taux de charges patronales varie entre 25 et 42 % du chiffre d’affaires réalisé par le consultant (moins les frais de gestion).

  • Le taux de charges salariales varie entre 21 et 23 % du salaire brut.

  • Seuls les frais de gestion appliqués par la société de portage ne sont pas réglementés : ils tournent autour de 5 à 10 %.

Au final, déduction faite de toutes les charges, le salarié porté perçoit une rémunération nette qui équivaut environ à la moitié du montant qu’il a facturé.

Pour aller plus loin :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter