Facebook PixelQuels sont les métiers de demain ? | Embarq

Quels sont les métiers de demain ?

Clément avatar

Écrit par Clément

Publié le 13/10/2020

Le développement des nouvelles technologies entraîne un changement majeur dans l’évolution de notre société actuelle. Quels seront les métiers de demain en France ? Difficile à imaginer. Plus de deux tiers des enfants scolarisés à l’école maternelle et/ou primaire exerceront un emploi qui n’existe pas encore. Et le phénomène était déjà le même ces dix dernières années. Qui aurait imaginé que le designer UX ou le Social Media Manager deviennent des rôles si importants en entreprise (source) ? Certains métiers vont prendre plus d’ampleur (intelligence artificielle, robotique, data, etc.), d’autres vont émerger. On a enquêté pour connaître les tendances actuelles et prévisions pour le futur.

Sommaire

  1. Quels seront les métiers du futur ?

  2. Quels sont les secteurs d’activité à privilégier demain ?

  3. Quelles autres évolutions pour le monde du travail ?

  4. Un monde professionnel en pleine révolution

Quels seront les métiers du futur ?

Le marché de l’emploi reflète-t-il l’évolution de la société?  

Tout à fait ! La société évolue, les habitudes de consommation aussi, les attentes encore plus. Les métiers de demain reflètent tout simplement l’ensemble de ces changements. Mais ce n’est qu’une partie de ce que sont réellement les métiers du futur. En fait, cela ne comprend pas seulement les nouveaux métiers mais également tous ceux qui ont un fort potentiel de recrutement dans l’avenir. Par exemple, on peut parler des métiers dits « en tension ». Ce sont pour lesquels l’offre est plus importante que la demande. Pour le moment, on parle notamment des services à la personne, principalement à cause du vieillissement de la population française, qui compte désormais 26,2 % de personnes ayant plus de 60 ans.

Comment sera organisé le marché du travail demain ? 

À très court terme, le marché de l’emploi se divise entre deux catégories : 

  • Les recrutements qui ont vocation à remplacer les départs en retraite. Entre 2012 et 2022, la DARES (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques) estimait que plus de 80% des emplois proposés seraient destinés à ces fameux remplacements. Une aubaine pour les jeunes diplômés !

  • Les emplois qui vont permettre de répondre à des nouveaux besoins de l'économie et de la société. On remarque deux tendances : l’augmentation du nombre d’emploi cadre (ingénieurs, informaticiens, comptables, financiers, responsables administratifs, etc…), une demande croissante pour les métiers de service (assistantes maternelles, aides à domicile, vendeurs, garde d’enfants, assistante maternelle, agents d'entretien, conducteurs de véhicules, etc). Une belle opportunité également pour les jeunes qui viennent de terminer leurs études et arrivent sur le marché du travail. 

Quels seront les nouveaux métiers de demain ?

Comme on l’évoquait, une grande majorité des métiers de demain n’existent pas aujourd’hui. L’effet boule de neige devrait s’intensifier dans les années à venir, à tous les niveaux, dans tous les domaines. Les transformations que nous vivons aujourd’hui seront encore plus importantes demain. Les mutations vont s'accélérer (évolutions technologiques, augmentation des outils informatiques, transformation numérique, etc…). Certaines filières et activités sont déjà impactées. C’est le cas par exemple des métiers industriels, qui nécessitent des compétences techniques, d’une part, et des compétences technologiques plus avancées, d’autre part.

L’enjeu écologique va-t-il influencer les emplois de demain ?

C’est en effet un enjeu qui va engendrer de nouvelles professions, bien que pour l’instant, le changement soit plutôt axé sur les métiers existants. Le bâtiment connaîtra par exemple de nombreuses adaptations (constructions durables, matériaux écologiques, conception à faible impact, etc…). Ce phénomène vient tout juste de démarrer, son ampleur devrait s’accentuer.

Quels seront les emplois qui vont le plus recruter ?

  • Le secteur de la santé et du service à la personne : Il y a déjà un manque de personnel aujourd’hui, et ce phénomène devrait s'accentuer avec le vieillissement de la population. Il va y avoir besoin de nouveaux effectifs dans ce domaine, sur des profils avec des formations courtes ou intermédiaires, et avec tous les niveaux d’études et d’expertise.

  • Le secteur du commerce: Le développement du digital ne va pas effacer les emplois dans le commerce. De nombreux profils vont être recherchés (techniciens des services administratifs, comptables et financiers, chefs de rayon, etc.). Le niveau d’études de ces recrutements sera en général autour du bac+5.

  • Le secteur de l’hôtellerie-restauration : Ce n’est pas le domaine avec le plus de recrutements en vue, tout simplement parce que la moyenne d’âge est déjà basse. En revanche, les activités liées aux loisirs et au bien-être vont petit à petit prendre plus d’ampleur. Cela va donc amener à pousser le développement de la filière (cuisiniers, employés de l'hôtellerie, coach sportifs, etc.) et encourager les recrutements d’étudiants venant de parcours très divers. 

  • Les cadres commerciaux et financiers : Les entreprises vont avoir besoin de se transformer, et donc de recruter de nouveaux effectifs capables de gérer ces évolutions. Ce seront plutôt des personnes avec un parcours bac+5 qui seront privilégiées (écoles de commerce, écoles d'ingénieurs, IAE, master universitaire, etc.).

  • Le secteur de l’informatique et du numérique : C’est le secteur d’activité qui est le plus amené à exploser dans les prochaines années. La bonne nouvelle ? Il inclut des profils aux formations très variées allant de bac+2 à ingénieur bac+5 (DUT, BTS, licences professionnelles, masters ou diplômes d'écoles d'informatique, etc.).

Quels sont les secteurs d’activité à privilégier demain ?

La data : un secteur en pleine révolution

La data et l’intelligence artificielle sont deux concepts que l’on entend désormais partout. Il s’agit de secteurs avec un fort taux de croissance (et ça n’est pas prêt de s’arrêter). De nombreuses entreprises se lancent sur le sujet et opèrent de gros changements stratégiques pour faire face à la concurrence. Souvent, la transformation numérique est au cœur des principaux projets des grandes entreprises et elles tentent d’utiliser à bon escient les données qu’elles possèdent. Ce sont alors de nouveaux modèles économiques qui se créent, amenant avec eux leurs lots de nouveaux métiers. Les données valent aujourd’hui de l’or. C’est un des secteur qui recrute le plus et continuera de recruter dans le futur.

4 exemples de métiers liés à la data

  • Data miner : C’est un rôle transverse qui peut être rattaché à différents services (systèmes d'information, marketing, direction financière, etc...). Le data miner collecte et recherche des données susceptibles d’être exploitées par l’entreprise. Ainsi, selon la stratégie adoptée, celle-ci pourra mettre en place de nouveaux produits ou de nouvelles campagnes marketing (à partir des informations de clients, par exemple). Il s’agit principalement d’un travail de tri et de qualification des données pour aider le data scientist. Le data miner a généralement un parcours étudiant situé de niveau bac+3 et bac+5.

  • Data scientist : Cet ingénieur (diplômé de bac+4 à bac+5) utilise des connaissances mathématiques, statistiques et informatiques pour analyser et traiter des millions de données avec un meilleur niveau d’expertise que le data miner. C’est le rôle du data scientist ou data manager. Il va permettre à l’entreprise de répondre à des besoins et des enjeux stratégiques et fonctionnels. Il va réussir à optimiser des produits/services existants, et même à en créer de nouveaux.

  • Expert en cybersécurité : Ce métier vise à défendre une entreprise contre les attaques de cybercriminelles (les fameuses cyberattaques). Protection contre les virus ou les hackers, mais aussi la détection de faille dans le réseau informatique. Les postes à pourvoir dans ce métier sont nombreux. Il nécessite des profils variés (techniciens supports, spécialistes de l’intrusion, auditeurs, etc.). Ce seront en quelque sorte des hackers professionnels mais du bon côté. Ils mettront leurs compétences au service des entreprises. 

  • Développeur : Cela inclut une large variété de profils d’ingénieurs (Mobile, Web, Logiciel/Embarqué, etc.). Il code l’ensemble d’un site internet ou d’une application web et mobile. Très demandé, il n’en reste pas moins accessible à tous. Il touche à toutes les fonctionnalités techniques et propose des solutions sur-mesure à ses clients. Les développeurs sont d’ailleurs parmi les professionnels qui sont déjà les plus demandés aujourd’hui. C’est une formation que les étudiants sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à choisir.

L’intelligence artificielle : avenir de la société

L’intelligence artificielle a tendance à faire la une des journaux télévisés de façon quotidienne. Voitures autonomes (avec Elon Musk et son entreprise Tesla), assistances vocales (avec Google et Amazon), et bien d’autres encore. Mais concrètement c’est quoi ? Il s’agit de créer des machines capables de simuler l'intelligence humaine. Et ce phénomène ne se limite pas simplement aux dimensions entrepreneuriales, il s’étend à tous les secteurs. La médecine en est un bon exemple ? On peut désormais faciliter le diagnostic d’un patient ou effectuer des examens d’imagerie médicale plus précis via cette technologie. 

Quels sont les métiers de demain liés à l’Intelligence Artificielle ?

Les métiers d’avenir sont déjà en train de recruter. En voici d’ailleurs 2 exemples :

  • Expert en machine learning : Aujourd’hui, de nombreuses entreprises ont besoin de concepteur d’algorithmes permettant d’enrichir, en temps réel, l’apprentissage des machines dotées d’une I.A. Celles-ci peuvent ainsi apprendre automatiquement ou par le biais d’implantations de fonctionnalités supplémentaires comme la reconnaissance de formes basiques ou avancées, faire des analyses sémantiques ou proposer des traductions automatiques.

  • Expert en chatbot : En développant le concept de chatbot et pour pouvoir offrir une excellente expérience utilisateur aux clients d’une entreprise, le concepteur entraîne et améliore sans cesse la capacité de l’intelligence artificielle à répondre parfaitement à l’utilisateur, principalement pour les réseaux sociaux et sites internet.

Les objets connectés : un quotidien 2.0

Vous possédez un objet connecté ou connaissez quelqu’un qui en a un ? Pas surprenant. Ils sont partout (montre ou bracelet connecté, balance connectée, enceinte connectée, frigo connecté, robots connectés, etc.;). Que ce soit pour les particuliers ou les professionnels, les objets connectés sont au cœur de nos vies. L’émergence de ces nouveaux produits va nécessiter des personnes pour les concevoir, les piloter, les programmer, les fabriquer. La demande de main-d’œuvre va donc fortement augmenter, et de nouveaux parcours de formation vont probablement être créés. Tous les secteurs sont concernés : automobile, aéronautique, agroalimentaire, pharmaceutique, médicale, défense, …

Voici d’ailleurs 2 professions qui vont être amenées à recruter largement :

  • Pilote de drone : Le pilote de drone civil doit connaître la législation et les textes réglementaires, maîtriser la technologie, respecter les règles de sécurité, savoir contrôler et manier l’engin en toutes circonstances. Ses compétences sont recherchées dans de nombreux secteurs (bâtiment, sécurité industrielle, médias, cinéma, associatif, etc.). Qui sait, peut-être que demain il y a aura de nouveaux parcours étudiants dédiés à ce sujet ?

  • Domoticien : C’est lui qui s’occupe de l’installation d’objets connectés (thermostat, lampes, détecteurs de présence, frigo, etc.) dans votre maison. Il sera le garant du bon fonctionnement de votre maison connectée et reliera l’ensemble de vos installations via le Wi-Fi (ou la 4G/5G).

La robotique : un domaine qui va exploser

La robotique est un secteur qui ne fait que grandir avec les années. Voici d’ailleurs une sélection de métiers, propres à la robotique, qui se développent fortement :

  • Concepteur en robotique : Il est capable de créer de A à Z un robot intelligent, de la production à la programmation. Son travail est complet et demande des compétences polyvalentes (mécanique, électronique, informatique embarquée).

  • Mécatronicien : Il conçoit des systèmes embarqués à la fois compacts et intelligents. Il est au cœur de l’innovation.

  • Opérateur de commande numérique : Une fois installés dans une chaîne de production, les robots industriels ont besoin d’être paramétrés en fonction de la production en cours. Une programmation du bras articulé est donc nécessaire pour l’adapter au travail requis, par exemple. Sur le même principe, un technicien de maintenance, lui, s’occupe de maintenir le bon fonctionnement des robots grâce à un suivi et un entretien régulier.

Petit exemple : Vous connaissez Boston Dynamics ? Cette entreprise diffuse régulièrement des images de tests en laboratoire, grandeur nature, de robots intelligents. Leurs capacités sont impressionnantes (ouverture de porte, déplacement d’objets, etc…) et évoluent à une vitesse vertigineuse. Chaque partage sur les réseaux sociaux est scruté par les nouvelles générations du monde entier.

Quelles autres évolutions pour le monde du travail ?

L’émergence de ces nouveaux métiers va aussi faire évoluer la forme de travail, et ce en France et dans le monde entier. Ils vont accentuer la disparition du salariat et favoriser l'émergence du statut de freelance. Oui, ces nouveaux métiers, autour des nouvelles technologies, vont favoriser de nouvelles pratiques (télétravail, externalisation des tâches numériques, etc.). À terme, les experts estiment qu’il y aura beaucoup moins de salariés et de plus en plus d’indépendants sur le marché du travail, et ce dans tous les domaines d’activité. Et cette transition est déjà en cours.


Un monde professionnel en pleine révolution

Les métiers « traditionnels » n’ont plus le même attrait auprès de la nouvelle génération. Ils sont petit à petit amenés à laisser la place à de nouvelles formes d’emplois dans l’ensemble des secteurs (intelligence artificielle, automatisation, objectifs connectés, etc.). L’évolution numérique est en route, en France mais aussi dans le reste du monde. Le monde professionnel devra suivre ce mouvement et développer de nouvelles compétences clés pour la réussite de demain.

Clément avatar

Écrit par Clément

Publié le 13/10/2020

Découvrez d’autres articles de la même catégorie :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter