Facebook PixelComment investir son épargne quand on est freelance ? | Embarq

Comment investir son épargne quand on est freelance ?

Charlyne avatar

Écrit par Charlyne

Publié le 07/07/2021

Excellente question, qu’il convient de se poser le plus tôt possible ! En effet, en freelance, le revenu peut parfois être instable et les conditions moins sécurisantes que celles d’une personne salariée dans une entreprise. C’est donc stratégique de prévoir un éventuel coup dur. Alors, quels produits financiers choisir ? Quels rendements ? Comment s’y prendre et optimiser votre patrimoine ? On vous partage dans cet article nos meilleurs conseils pour vous constituer un beau capital. 

Pourquoi épargner quand on est freelance ?

Par précaution, parce que l’on ne sait jamais. Les aléas de la vie peuvent faire qu’à un moment vous aurez besoin d’avoir des finances disponibles (accident, fuite d’eau, voiture à remplacer, …). Certaines de ces dépenses peuvent être couvertes par des assurances, d’autres non. Alors, pour éviter des stress inutiles, il est important de penser, tout au long de sa vie, à épargner. En freelance, c’est encore plus important que lorsque l’on est salarié d’une entreprise. En effet, si vous veniez à ne plus pouvoir travailler, vous ne bénéficierez pas du chômage. Il vous faudrait donc pouvoir subvenir aux besoins de votre ménage. N’attendez pas d’avoir un problème, anticipez et constituez en amont votre patrimoine ! 

Quelle différence entre épargne et investissement ? 

L’épargne c’est la part de vos revenus que vous n’avez pas besoin d’utiliser pour vos consommations du quotidien (alimentaire, loyer, déplacements, ...). C’est votre tirelire. En d’autres mots, le surplus que vous pouvez placer, sans impacter votre vie de tous les jours. Vous pouvez alors placer ce montant sur différents produits financiers afin de le faire fructifier.

L’investissement a une approche plus long terme. C’est une épargne que vous investissez à un horizon à plus de 5 ans (biens immobiliers, actions et parts sociales, …). Elle est généralement utilisé pour anticiper des projets de vie (études des enfants, retraite, achat de votre maison, etc.). 

Les règles d’or pour bien épargner

Il existe des milliers de produits financiers, certains plus complexes que d’autres (les actions, le luxe, les crypto-monnaies, …). Peu importe ce que vous choisissez, et les besoins de votre foyer, voici quelques critères pour épargner de façon cohérente. 

Déterminer votre filet de sécurité

Pour faire simple, c’est le montant que vous devez avoir à disposition en cas de situation difficile (perte de mission, rénovation de votre logement, comptabilité en berne). Cette épargne doit être accessible quasi instantanément et ne pas être sujette à des variations trop importantes. 

Bon à savoir : Il est en général conseillé d’épargner de façon à pouvoir tenir 3 à 6 mois. Vous dépensez 3000€/mois en moyenne ?  Il vous faudrait alors avoir une épargne de minimum 18 000€. Autre point essentiel ? Que cette épargne soit facilement disponible, et facile à retirer en cas de besoin. En d’autres mots ? Qu’elle ne soit pas sur un Compte Épargne Retraite bloqué pendant 15 ans. 

Évaluez votre profil investisseur 

À chacun sa façon d’investir, selon sa situation personnelle, les dépenses de son ménage, son profil de consommation. Cela dépend de nombreux critères (capacités à investir, besoins, objectifs, sensibilité au risque). En tout logique, votre profil investisseur évolue au cours de votre vie (augmentation de vos revenus, projets à financer, état de votre comptabilité). Un freelance qui vient de se lancer n’investira par de la même façon qu’une personne de 40 ans qui est salariée d’une entreprise et qui a déjà eu le temps de se constituer un capital. Retrouvez par ici un questionnaire pour avoir une idée de votre profil d'épargnant.

Bon à savoir : Le profil d’investisseur dépend aussi … du pays dans lequel vous vivez. En effet, la France est un pays particulièrement connu pour sa capacité à épargner. La preuve, les Français ont épargné en moyenne 21,3 % de leur revenu brut disponible l’an dernier, contre 15 % en 2019

Choisir la répartition de votre portefeuille

Il est conseillé d’épargner de façon diversifiée. Autrement dit, de répartir vos placements sur des modes d’épargne différents. Ne pas mettre tous les oeufs dans le même panier. C’est une façon de minimiser les risques, et de maximiser les gains. C’est aussi une astuce pour investir de façon plus sécurisante, en n’étant pas dépendant d’un seul placement. C’est le même principe que pour les missions freelance. Il vaut mieux avoir plusieurs clients qu’un seul gros client. Si l’un d’eux annule votre mission, vous conservez ainsi une partie de votre revenu et ne vous mettez pas dans une situation délicate ;) 

Investir régulièrement 

En freelance, le revenu peut parfois être instable. Des mois avec un haut revenu, et d’autres avec un très faible revenu. Dans l’idéal, il est conseillé de lisser ses revenus, et placer chaque mois un peu d’argent. Cette opération peut largement être facilitée avec l’option du portage salarial. Vous avez ainsi chaque mois un salaire, un revenu lissé, et pouvez épargner sereinement. Pour simuler votre revenu en portage salarial, rendez-vous par ici. 👇

CTA\Simuler mes revenus en portage salarial\/simulation-portage-salarial\blog-to-simulation

Bon à savoir : En général, il est conseillé de placer 10% de ses revenus. Attention, pour un freelance, c’est un peu spécifique. Ces 10% doivent être calculés une fois les charges déduites. Petit exemple. Votre revenu est de 10 000€ sur le mois. Il ne vous suffit pas d’épargner 1000 euros. Il faut d’abord déduire les frais (taxes, impôts, frais divers) et ensuite déduire les 10%. 

Comment bien évaluer vos placements ? 

Vous savez maintenant quels sont vos besoins en termes d’épargne. Rentrons dans le vif du sujet. Voici les 4 critères à regarder pour choisir la meilleure forme d’épargne. 

1/ La rentabilité 

C’est tout simplement ce que votre placement vous rapporte. Voici un aperçu, en très résumé, des rendements moyens selon les types de placement : 

  • Rendement faible : livrets A, LDDS, livrets, CEL, parts sociales, nouveaux PEL

  • Rendement moyen : anciens PEL et fonds européen d’assurance-vie

  • Rendement de négatif à très élevé : actions et immobilier. 

2/ Le risque

Le risque correspond au potentiel de perte en capital. Voici un aperçu des risques selon le type de placement : 

  • Risque nul : livrets A, LDDS, livrets, PEL, fonds européen d’assurance-vie.

  • Risque modéré à élevé : investissements immobiliers et actions (et en obligations si vente avant échéance). Il est même possible de faire une moins-value !

Bon à savoir : En général, les choses sont proportionnelles. Plus l’investissement est risqué plus le rendement potentiel est important, et vice versa. Tout dépend donc du risque que vous êtes prêt à prendre. 

3/ La liquidité

Cela correspond à la disponibilité de vos fonds. En d’autres mots, c’est le délai nécessaire pour retirer votre argent investi. 

Voici un aperçu de l’échelle moyenne :

  • Très rapide : livrets A, LDDS, livrets et actions cotées.

  • Moyen : assurances-vie (de 72 heures à 1 mois) et les parts sociales

  • Lent : immobilier (plusieurs mois pour vendre et recevoir l’argent du notaire), en PEE et Plan d’épargne Retraite (conditions pour sortir).

Bon à savoir : Certains placements sont dits “à terme”. Cela veut dire que vous ne pourrez pas les récupérer avant une certaine date, ou alors à des conditions coûteuses. Assurez-vous de ne pas avoir besoin de vos fonds dans l’urgence.

4/ Les coûts 

Cela inclut la fiscalité (intérêts taxés ou non) et les frais (gestion). Prenons un exemple : si un compte vous rapporte 2% d’intérêts par an mais vous coûte 10€ par mois de gestion … il faut placer au moins 6000€ pour ne pas perdre d’argent ! Pensez donc à regarder ces choses en détail. 

Comment bien investir votre épargne ?

Vous savez quels sont les éléments à regarder pour choisir la bonne épargne, regardons maintenant l’horizon de placement. Pour faire simple, vous pouvez avoir besoin d’investir dans une voiture dans 6 mois, ou tout simplement prévoir votre retraite pour dans 25 ans. Les placements financiers que vous ferez seront directement impactés par cet aspect. On vous explique.

Objectif court terme

Vous devrez alors opter pour des placements adaptés à court terme. C’est l’épargne de précaution. Voici quelques exemples de placements financiers intéressants : 

  • Livret jeune (LJ) ou livret d’épargne populaire (LEP) :  Pensez à vérifier votre éligibilité. Le livret jeune peut être souscrit jusqu’à 25 ans maximum. 

  • Livret A ou Livret de développement durable (LDD) : Ces livrets ne sont pas bloqués. Autrement dit, vous pouvez retirer l’épargne dans des délais très courts. 

Bon à savoir : L’ensemble de votre épargne est placé sur ces formes de placement ? Il va être intéressant de diversifier votre portefeuille. En effet, le taux étant très faible, vous perdez en pouvoir d’achat face à l’inflation. La partie suivante est pour vous. 

Objectif moyen terme

On considère un placement moyen terme quand il est à partir de 3 à 5 ans. Dans ce cas, voilà quelques formes d’épargne qui peuvent être intéressantes : 

  • Plan épargne entreprise (PEE) : Malheureusement, si vous êtes en freelance, cette forme d’investissement ne vous concerne pas. 

  • Plan épargne logement (PEL) : Le taux est récemment passé à 1%, il n’est donc plus vraiment intéressant. En revanche, si vous avez souscrit il y a quelque temps, vous avez probablement un taux de 2%. Conservez votre PEL, en cas de clôture du contrat vous ne pourrez pas souscrire de nouveau aux mêmes conditions. 

  • Assurance-vie (AV) : C’est un format largement utilisé pour l'épargne à moyen terme. Il existe des dizaines d'assurances vie différentes, chacune avec ses avantages et inconvénients. Libre à vous de regarder les offres présentes sur le marché. 

Objectif long terme

Cette forme d’épargne est la plus avantageuse (meilleur rendement, fiscalité avantageuse, …). Elle implique également des frais à l’ouverture assez conséquents, qui sont largement compensés à condition de ne pas le retirer avant minimum 5 ans. L’épargne long terme est privilégiée pour les projets de vie (études des enfants)

Il peut y avoir plusieurs options : 

  1. Bourse = plan d’épargne en actions (PEA), assurance-vie, compte-titres ordinaire (CTO)

  2. Immobilier : l’immobilier locatif autrement dit, l’achat de biens immobiliers dans le but de les mettre en location. En général, l’objectif est que le revenu généré par la location permette de financer l’investissement. 

  3. Plan d’épargne retraite (PER) : Sauf cas particuliers, les sommes placées en PER sont bloquées jusqu’à liquidation de la retraite. L’avantage ? La possibilité de défiscaliser une partie des fonds. Pensez à vous renseigner en amont. 

Questions fréquentes : Épargner en freelance

Comment diversifier son épargne ? 

L’idée est de minimiser les risques et maximiser vos revenus. Pour cela, il est conseillé de diversifier vos investissements selon le profil de risque (moins avantageux mais moins risqué, et vice versa). Selon votre profil investisseur et vos habitudes de consommation, la répartition se fera différemment. Une personne en début de carrière qui a peu d’économies aura probablement un profil peu risqué. Autrement dit, il placera davantage sur des épargnes moins risquées. 

Comment définir une stratégie pour son épargne ?

C’est très simple ! Définissez d’abord le montant de votre filet de sécurité. Autrement dit ? Les économies que vous devez avoir à disposition en cas de coup dur. Évaluez ensuite votre profil d'investissement et choisissez la répartition de vos placements. Investissez ensuite régulièrement afin de lisser vos dépens.

Charlyne avatar

Écrit par Charlyne

Publié le 07/07/2021

Découvrez d’autres articles de la même catégorie :

Prêt à vous lancer ?

Nous contacter